L'attrait des actions japonaises


Édition du 04 Juin 2016

L'attrait des actions japonaises


Édition du 04 Juin 2016

[Photo : Shutterstock]

Les investisseurs qui s'intéressent aux actions japonaises devraient privilégier les titres qui bénéficieront d'une économie orientée davantage vers la croissance intérieure de ce pays plutôt que vers l'exportation, selon Gaël Combes et Julien Malet, deux analystes de la société de gestion d'actifs Unigestion, qui a son siège à Genève.

«Comme ne cesse de le répéter le gouvernement Abe depuis plusieurs années déjà, les occasions d'investissement au Japon dépendent de la reprise de l'économie intérieure. En effet, dans le programme d'Abe [Abenomics], la 1re flèche [relance monétaire, qui bénéficie essentiellement aux exportateurs grâce à la dépréciation du yen] fait désormais partie du passé, tandis que les 2e et 3e flèches, fondées respectivement sur la relance budgétaire et les réformes structurelles, devraient surtout bénéficier à l'économie nationale, dans des secteurs comme celui de l'infrastructure. Le gouvernement envisage notamment de réduire de 2,5 % l'impôt des sociétés [ce qui représente un potentiel de hausse de 3 à 4 % du bénéfice par action dans les secteurs de services]», écrivent-ils dans un récent rapport de recherche. C'est pourquoi leur portefeuille favorise les titres d'entreprises exposées à l'activité intérieure à hauteur de 70 %, alors que cette pondération est de 48 % dans l'indice MSCI Japan.

À 14,2 fois les bénéfices des 12 derniers mois et 12,7 fois ceux des 12 mois suivants, la valorisation de l'indice MSCI Japan serait toujours attrayante par rapport aux autres marchés développés, selon les auteurs. Ils soulignent qu'il n'y a pas eu d'augmentation des multiples depuis des années au Japon : les augmentations de prix des actions ont été favorisées par des améliorations de résultats.

Les risques à long terme

Parmi les risques à court terme d'investir au Japon, les auteurs notent que la politique de taux d'intérêt négatif que mène la Banque du Japon n'a pas les effets escomptés, car le yen s'est apprécié de 10 % par rapport au dollar américain depuis février. Le Partenariat transpacifique, un traité de libre-échange, n'est pas non plus chose faite, alors que ni Hillary Clinton ni Donald Trump n'y est favorable. Enfin, de récents indicateurs ont été plutôt décevants : les commandes de machines-outils sont en baisse, et les résultats de l'enquête Tankan de la Banque du Japon ne sont pas encourageants, sans compter le fait que les attentes inflationnistes ont baissé.

Les risques à moyen et long terme sont pendant ce temps de deux ordres : 1) une dérive potentielle du budget de l'État ; et 2) l'échec possible du programme Abenomics, puisqu'il n'y a pas de plan B au Japon. Plusieurs années de déficits record ont fait du Japon le pays le plus endetté du monde, tandis que la dette représente presque 250 % du PIB. Le déficit constituait 6 % du PIB en 2015. De plus, le pays fait face à une pénurie de main-d'oeuvre résultant de son déclin démographique, qui n'est pas compensé par l'immigration.

Le marché boursier japonais, tel que mesuré par l'indice Nikkei 225, a atteint son sommet de 38 957 le 29 décembre 1989, juste avant l'éclatement d'une bulle qui avait vu l'indice sextupler en 10 ans. Il a par la suite atteint un creux à 7 055 le 10 mars 2009, une chute de 82 % par rapport à son sommet de presque 20 ans. Les Japonais qui comptaient sur leur portefeuille d'actions en 1989 pour financer leur retraite s'en mordent encore les doigts, s'il leur en reste...

L'indice Nikkei 225 a ensuite presque triplé depuis son creux pour atteindre un sommet de 20 850 le 21 juillet 2015. Il a enfin reculé de 28,7 % à 14 866, le 12 février. Il se négocie aujourd'hui à environ 16 500 points. Le Nikkei 225 accuse donc toujours une perte de 57,6 % par rapport à son sommet de 1989. Cela en fait l'indice boursier le plus volatil de tous les pays développés.

Il existe trois fonds communs de placement et un fonds négocié en Bourse coté au Canada, consacrés à l'investissement au Japon. Celui qui a dégagé le meilleur profil rendement/volatilité sur cinq ans est le Fonds d'actions japonaises Banque Nationale géré par l'équipe de Nadim Rizk. Il affiche un ratio de frais de gestion de 2,55 %. Sur 15 ans, ce fonds a dégagé un rendement annualisé de 1,05 %.

À la une

Pourquoi Taïwan est crucial pour votre entreprise

13/08/2022 | François Normand

ANALYSE. Une guerre ou un blocus de l’île productrice de semi-conducteurs affecterait plusieurs entreprises au Canada.

Bourse: Wall Street termine en forte hausse, quatrième semaine de gains pour le Nasdaq

Mis à jour le 12/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le vert.

À surveiller: Canadian Tire, Linamar et Disney

12/08/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Canadian Tire, Linamar et Disney ? Voici quelques recommandations d’analystes.