Moins d'Américains au chômage, les inégalités mises en lumière

Publié le 04/06/2020 à 09:04, mis à jour le 04/06/2020 à 11:46

Moins d'Américains au chômage, les inégalités mises en lumière

Publié le 04/06/2020 à 09:04, mis à jour le 04/06/2020 à 11:46

Par AFP

Un groupe de travailleurs de la Floride manifestent pour de meilleures conditions pour les gens qui n'ont plus d'emploi. (Photo : Getty Images)

Les Américains sont chaque semaine un peu moins nombreux à s’inscrire au chômage, mais le taux de mai pourrait frôler les 20 %, et les manifestations qui secouent le pays ont mis en lumière les inégalités face à la crise selon la couleur de peau.

Les États-Unis ont enregistré un peu plus de 1,87 million de nouveaux inscrits au chômage la semaine dernière, selon les chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

C’est la première fois que les demandes passent sous la barre des deux millions depuis que les mesures massives de confinement ont mis le pays à l’arrêt, à partir de fin mars.

En deux mois et demi, 43 millions d’Américains se sont inscrits au chômage.

Mais à peine la moitié d’entre eux (21,5 millions) étaient indemnisés au cours de la semaine du 17 au 23, ces données étant publiées avec une semaine de retard.

Cette différence s’explique par le fait que certains inscrits ne peuvent pas toucher le chômage, et que d’autres ont retrouvé un emploi.

Ce nombre de chômeurs indemnisés est reparti en légère hausse, après avoir diminué la semaine précédente pour la première fois depuis le début de la crise.

« Bien que la baisse du nombre de nouvelles demandes soit une bonne nouvelle et une preuve supplémentaire que le pire des pertes d’emplois est derrière nous, la reprise sur le marché du travail devrait être douloureusement lente », observent les analystes d’Oxford Economics dans une note.

En mai, les entreprises du secteur privé ont continué à détruire des emplois, mais près de dix fois moins qu’en avril, mois où l’économie américaine a été au plus bas.

Par ailleurs, la productivité aux États-Unis a diminué de 0,9 % au premier trimestre 2020 par rapport au dernier trimestre 2019, moins que la baisse de 2,5 % initialement annoncée, selon les données publiées jeudi par le département du Travail.

Quant au déficit commercial américain, il a bondi de 16,7 % en avril sous l’effet d’un plongeon record des exportations, notamment dans l’automobile, l’industrie aéronautique civile et les services, a annoncé jeudi le département du Commerce.

Discrimination et inégalités

Le taux de chômage du mois de mai sera publié vendredi. Il pourrait frôler les 20 %, selon les attentes des analystes, après avoir bondi à 14,7 % en avril, alors qu’il était en février à 3,5 %, son niveau le plus bas depuis 50 ans.

Il faut remonter aux années 1930 pour trouver un taux de chômage si élevé. Pendant la Grande dépression, il était monté jusqu’à 25 %.

Les États-Unis sont secoués par des manifestations contre le racisme et les violences policières depuis la mort, il y a dix jours, de George Floyd, un homme noir asphyxié par un policier blanc.

Le président Donald Trump, candidat à sa réélection, est largement critiqué pour sa gestion de cette crise.

« Nous ne pouvons pas permettre que cette crise (...) inflige de nouvelles souffrances économiques aux Afro-américains », a réagi dans un communiqué Joe Biden, candidat démocrate à la présidentielle du 3 novembre.

« Les communautés noires et latino-américaines sont les plus durement touchées », a-t-il ajouté, alors que 16,7 % des Afro-américains et 18,9 % des Hispaniques étaient au chômage en avril, contre 14,2 % chez les Américains blancs.

En raison de « la longue histoire d’exclusion raciale, de discrimination et d’inégalités, il y a dans chaque famille (Afro-américaine), moins de personnes actives, et des revenus et une épargne disponible plus faibles que chez les travailleurs blancs », explique une étude menée par Valerie Wilson et Elise Gould de l’Economic Policy Institute, et publiée lundi.

L’argent disponible chez les familles blanches (49 529 dollars) est, en moyenne, plus de cinq fois plus élevé que chez les familles noires (8 762 dollars), relèvent ces économistes.

Elles indiquent également qu’en 2018, « le revenu médian des ménages blancs était 70 % plus élevé que pour les ménages noirs (70 642 dollars contre 41 692 dollars) ».

L’Organisation des Nations Unies a également pointé du doigt la situation des États-Unis: ces manifestations « mettent en évidence (...) les inégalités dans la santé, l’éducation, l’emploi et la discrimination raciale endémique », a souligné mardi sa Haute-Commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Que disent l'emploi et d'autres signaux pour la suite en Bourse?

BLOGUE. L'emploi est un indicateur contraire parce que le chômage ne peut que s'améliorer après une récession.

É-U: 1,5 million de nouveaux inscrits au chômage en une semaine

11/06/2020 | AFP

Le nombre de nouvelles demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux États-Unis continue sa lente décrue.

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...