La Fed se réunira au lendemain de l'élection présidentielle

Publié le 02/11/2020 à 09:31

La Fed se réunira au lendemain de l'élection présidentielle

Publié le 02/11/2020 à 09:31

Par AFP

(Photo: 123RF)

Les dirigeants de la Banque centrale américaine (Fed) auront peu dormi mercredi matin, lorsqu’ils se retrouveront pour leur réunion monétaire, au sortir de la nuit électorale, et alors que le nom du nouveau président des États-Unis pourrait ne pas être encore connu.

Ce n’est toutefois pas de politique dont ils discuteront.

La puissante Réserve fédérale américaine tient en effet trop à conserver son indépendance - que Donald Trump a, à plusieurs reprises, tenté de mettre à mal - pour commenter publiquement le résultat de l’élection présidentielle du 3 novembre.

C’est sur les outils qu’elle peut encore déployer pour aider la première économie du monde à traverser la crise inédite provoquée par la Covid-19, qu’elle se penchera.

Il se pourrait cependant qu’aucune décision ne soit annoncée jeudi, à l’issue de la réunion de deux jours.

« La concomitance de la réunion avec l’élection américaine et la détérioration de la situation sanitaire joueront en faveur d’une approche attentiste », estime Gregory Daco, d’Oxford Economics.

« Ils vont attendre de voir ce qui se passe. Je ne pense pas qu’ils fassent une quelconque annonce dans la foulée d’une élection », a également déclaré à l’AFP Robert Eisenbeis, responsable de la politique monétaire chez le gestionnaire de portefeuille Cumberland. 

 

« À vous maintenant »

« Et plus important, que peuvent-ils faire ? », s’interroge-t-il, relevant que « les taux d’intérêt sont déjà bas », et que « tous les programmes sont en place, mais ils ne sont pas utilisés » par ceux à qui ils sont destinés.

Sur la très large palette de mesures mises en place depuis le mois de mars, figurent évidemment les taux, abaissés à zéro, pour soutenir la consommation en rendant le crédit peu cher. 

La Fed a aussi injecté de l’argent dans le système financier en facilitant l’accès des banques commerciales aux liquidités pour éviter que la mauvaise passe économique ne s’accompagne d’une crise financière

Le président de l’institution Jerome Powell devrait souligner, une nouvelle fois, que la balle est désormais dans le camp des élus, et que de nouvelles aides aux ménages et entreprises sont nécessaires pour donner un coup de fouet à la croissance, anticipe Robert Eisenbeis.

Pour lui, M. Powell profitera de la conférence suivant la réunion pour dire, en substance: « “Okay, c’est à vous maintenant. On a fait tout ce qu’on pouvait, c’est à vous d’agir” ».

Le plan de relance historique de 2 200 milliards de dollars voté fin mars, rallongé de 500 milliards en avril, a largement permis de limiter les dégâts, en soutenant la consommation et en empêchant des millions de foyers de tombée dans la pauvreté et des petites entreprises de faire faillite.

Ce programme expire progressivement, et aucun nouveau plan n’a pas pu être adopté, à cause de désaccords persistants entre la Maison Blanche et les élus démocrates au Congrès, malgré plus de trois mois de discussions.

 

Rassurer

La Fed est plus susceptible d’agir lors de sa prochaine réunion, mi-décembre, « puisque beaucoup de programmes de soutien du plan de relance économique se terminent à la fin de l’année », observe James Knightley, chef économiste international pour ING.

Pour lui, l’institution va à court terme, surtout, chercher à rassurer, « dire de nouveau qu’elle se tient prête à toute éventualité, toute possibilité (...) comme fournir des liquidités et un soutien aux marchés financiers et s’assurer que le crédit continue à fonctionner ».

La Fed pourrait toutefois décider de racheter des dettes d’entités publiques pour aider les États, qui ont perdu d’importantes recettes fiscales du fait de la pandémie, estiment des experts. 

Les États-Unis ont annoncé jeudi une hausse record de leur PIB au troisième trimestre, à 33,1 % en rythme annualisé. Cela représente toutefois seulement 7,4 % par rapport au trimestre précédent, selon le calcul privilégié par les autres économies avancées.

Mais cette hausse a seulement permis de rattraper partiellement la chute historique du deuxième trimestre, et l’économie reste loin de ses niveaux d’avant-crise.

Les réunions monétaires de la Fed se déroulent immuablement, un mardi et un mercredi, toutes les six semaines - avec une exception pour l’été et les fêtes de fin d’année.

Dérogation à la règle, cette édition est reculée d’une journée, pour permettre à ses membres d’aller voter en personne, le calendrier ayant été arrêté avant que l’épidémie de Covid-19 n’encourage au vote par correspondance


image

Service à la clientèle

Mercredi 25 novembre


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

Retraite: plus de transparence demandée par des gestionnaires de fonds

Huit fonds exhortent les entreprises à divulguer des données environnementales, sociales et de gouvernance complètes.

Slack dans le viseur de la société américaine Salesforce

13:33 | AFP

L’action de Slack, entrée à Wall Street en juin 2019, a pris jusqu’à 32 % après la publication de cette information.

Joe Biden pourrait renoncer à hausser l’impôt des entreprises

En campagne électorale, Joe Biden a promis de faire passer le taux d’imposition des sociétés américaines de 21% à 28%.