REER: 6 conseils avant d'emprunter pour investir

Publié le 23/02/2014 à 10:00

REER: 6 conseils avant d'emprunter pour investir

Publié le 23/02/2014 à 10:00

Par Thomas Cottendin

Photo: Shutterstock

Une stratégie d'emprunt à des fins de placement est parfois utilisée pour accroître les rendements, mais elle peut ne pas convenir à tous les investisseurs, prévient l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM).Voici six conseils pour y voir plus clair.

1. Réfléchissez à votre situation financière globale

Avant d'envisager d'emprunter pour acheter des titres, vous devriez examiner votre situation financière globale, conseille l’OCRCVM dans son Bulletin de l’investisseur publié jeudi.

L'emprunt à des fins de placement peut, par exemple, ne pas convenir à un investisseur qui cherche avant tout à préserver son capital, tel qu'un épargnant qui a pris ou qui prendra bientôt sa retraite ou qui pourrait avoir besoin d'argent rapidement.

Vous pourriez aussi tenir compte d'autres facteurs comme la sécurité de vos revenus, la nature de vos revenus et vos autres dettes et votre capacité de les rembourser, souligne le régulateur.

2. Saisissez bien les conditions de l'entente

Il existe plusieurs stratégies d'emprunt à des fins de placement, explique l’OCRCVM.

Il est notamment possible d’emprunter pour maximiser sa cotisation REER, d’emprunter sur la valeur de sa maison et d’emprunter « sur marge » ( entente selon laquelle une société de courtage prête de l'argent à un investisseur pour acheter des titres, le compte servant de garantie à l'emprunt).

Quelle que soit la forme de l'emprunt, assurez-vous de bien comprendre le taux d'intérêt, le mode de calcul des intérêts et les risques et conditions en rapport avec l'entente, recommande l’organisme d’autoréglementation national.

Certaines stratégies d'achat par emprunt sont plus risquées que d'autres et peuvent entraîner des pertes supérieures au placement initial. Soyez donc conscient de leurs risques.

3. Prévoyez comment vous allez couvrir vos coûts d'emprunt - même lorsque votre placement perd de la valeur

Bien qu'il soit tentant de croire qu'un placement permettra de rembourser l'emprunt, voire de payer les intérêts, rien n'est moins sûr, prévient l’OCRCVM.

Par exemple, lorsque vous achetez une action sur marge, vous empruntez une partie du prix d'achat à votre courtier. Dans ce type d'entente, votre placement sert de garantie à l'emprunt. Il est entendu que si le cours de l'action baisse en deçà d'un certain niveau, vous devrez rembourser une partie ou la totalité de l'emprunt en déposant des fonds supplémentaires dans votre compte, en affectant d'autres placements en garantie ou en vendant certains des titres de votre compte pour couvrir les coûts d'emprunt.

Si vous n'êtes pas en mesure de le faire, votre courtier pourra vendre une partie ou la totalité de vos placements en actions, ce qui réduira ou anéantira vos chances d'effacer vos pertes lorsque le cours de l'action remontera. Comme vous êtes toujours tenu de rembourser l'emprunt et de verser les intérêts, vos pertes pourraient même finir par dépasser votre placement initial.

De la même façon, une marge de crédit ou un prêt garanti par la valeur nette de votre maison expose cette dernière à un risque si vous êtes incapable d'effectuer les paiements exigibles sur le prêt.

4. Tenez compte des répercussions fiscales

Les règles fiscales applicables à un prêt contracté à des fins de placement peuvent dépendre de la nature de ce prêt, souligne l’OCRCVM.

Par exemple, les institutions financières offrent couramment des prêts qui permettent de maximiser ses cotisations REER. Or, les intérêts sur un prêt REER ne sont en général pas déductibles.

5. Soyez conscient de tous les risques, particulièrement de ceux que vous a signalés votre conseiller financier

L'OCRCVM oblige les courtiers et leurs représentants à respecter des obligations de convenance et de surveillance strictes lorsqu'ils recommandent une stratégie d'emprunt à des fins de placement à leurs clients ou apprennent que leurs clients recourent à une telle stratégie.

Ils doivent notamment veiller à ce que leurs clients soient parfaitement au courant des risques et les informer en particulier de trois faits essentiels :

1. l'emploi de sommes empruntées pour faire des placements comporte un plus grand risque que l'achat au moyen de sommes vous appartenant;

2. vous demeurez responsable du remboursement du capital et du paiement des intérêts même si la valeur du placement baisse; 

3. une stratégie d'emprunt à des fins de placement peut entraîner des pertes bien plus élevées qu'une stratégie de placement ne faisant pas appel à l'emprunt.

6. Adoptez une approche holistique et informez notamment votre conseiller des emprunts que vous pourriez avoir

En tant qu'investisseur, vous avez vous aussi des obligations. Si vous effectuez ou avez l'intention d'effectuer un placement financé par emprunt, il est capital d'en informer votre conseiller financier, avise le régulateur.

En effet, qu'il s'agisse d'un prêt bancaire, d'une marge de crédit ou d'un autre prêt consenti par un tiers, un emprunt influe sur votre situation financière globale et sur la réalisation de vos objectifs financiers.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

Le CELI de Claudette pour améliorer sa retraite

05/06/2019 | Daniel Germain

Quand le CELI a un effet magique sur la vie d’une retraitée. Étude de cas.

Rembourser l'hypothèque ou garnir le CELI?

16/01/2019 | Daniel Germain

Une lectrice doute que ce soit plus rentable d'investir un héritage dans un CELI plutôt que de rembourser l'hypothèque.

À la une

Gare aux faux «influenceurs»

BLOGUE INVITÉ. Un peu comme pour le dopage dans le cyclisme, certains savaient, mais peu ont agi.

Financement participatif: Hardbacon veut obtenir 1,5M$

Il y a 28 minutes | Denis Lalonde

La start-up Hardbacon lance une campagne de financement participatif pouvant lui rapporter un montant maximal de 1,5M$.

Bourse: cessez d'avoir «peur de votre ombre», dit Brian Belski

Il y a 31 minutes | Stéphane Rolland

Brian Belski, stratège de BMO Marchés des capitaux, pense que la peur est une mauvaise conseillère.