Actions cotées en cents : mini investissement, méga risque

Publié le 15/07/2015 à 09:55

Actions cotées en cents : mini investissement, méga risque

Publié le 15/07/2015 à 09:55

Malgré le risque élevé de fraude, les penny stocks, ou actions cotées en cents qui se transigent sous la barre des 1 $, sont toujours prisées en Bourse. Or, les investisseurs avisés savent s'en tenir à distance. Voici pourquoi.

Vendre 260 $ des actions acquises pour seulement 30 cents. C’est l’exploit improbable qu’ont réalisé certains des investisseurs qui avaient jeté leur dévolu sur la minière albertaine Bre-X Minerals au milieu des années 1990. Pour la plupart d’entre eux, ce rêve s’est cependant transformé en cauchemar. Bre-X n’était rien d’autre qu’une coquille vide. Le mystérieux et monumental gisement d’or qu’elle affirmait détenir en Indonésie était une pure invention.

L’affaire Bre-X illustre bien le risque de ces actions à moins d’un dollar. « Ce sont bien souvent des lottery stocks, prévient le professeur à l’École de comptabilité de l’Université Laval Jean-Marc Suret. La grande majorité du temps, vous allez tout perdre. »

Émises le plus souvent par des entreprises en démarrage, ces actions permettent un gain très rapide. Si un investisseur achète un titre à 10 cents et que celui-ci grimpe à 20 cents, on obtient instantanément un rendement de 100 %. Mais si les gains sont spectaculaires, les pertes le sont tout autant. « Si vos actions perdent 75 % de leur valeur à cause d'une baisse de seulement quelques cents, il faudra trouver un investissement rapportant 400 % de profit pour regagner ses pertes, explique Maurice N. Marchon, professeur d’économie aux HEC.

Pas pour les néophytes

Étant donné leur petite taille, les entreprises qui émettent ces actions ne sont généralement pas suivies par des analystes reconnus. « Ce ne sont pas des actifs très liquides, ajoute An-Lap Vo-Dignard, conseiller en placement et vice-président à la Financière Banque Nationale. On est parfois pris avec ce genre de titre parce qu’on ne trouve tout simplement personne à qui les vendre. »

Au Canada, où ce type de placement est davantage encadré qu’aux États-Unis, la plupart des penny stocks s’échangent en ligne par le TSX Venture Exchange. Il est possible de réaliser des profits grâce à ces échanges, mais ce n’est pas un exploit à la portée de tous. « C’est vraiment un marché de connaissances privilégiées et de spécialistes », précise Maurice N. Marchon.

Avant de faire l’achat de penny stocks, il faut étudier attentivement la compagnie émettrice. « Il faut s’assurer que la société a des liquidités, des revenus, des dettes, se demander depuis quand elle est en activité, si elle a des produits à vendre, qui sont ses dirigeants et s’ils sont crédibles, recommande Julien Michaud, analyste à l’information et à la vigie à l’Autorité des marchés financiers.

On doit aussi être conscient des risques de fraude, particulièrement dans le cas des actions qui se transigent de gré à gré, à l’extérieur des places boursières. « À cause de leur faible capitalisation boursière, il est relativement facile de manipuler la valeur d’un de ces titres », explique An-Lap Vo-Dignard.

Un stratagème courant est d’acquérir toutes les actions d’une petite entreprise ou de tout simplement créer une société, une coquille vide comme Bre-X Minerals. L’investisseur peu scrupuleux fait ensuite courir de fausses rumeurs sur la rentabilité future de l’entreprise pour faire monter le prix. Il vend ensuite toutes ses actions pour réaliser un important profit.

Capital à haut risque, les actions négociées en cents sont donc un produit extrêmement spécialisé. La plupart des épargnants feraient donc mieux de se tourner vers des solutions comme des fonds négociés en Bourse pour assurer leur retraite.

 


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre


image

Adjointes administratives

Mercredi 14 octobre


image

Femmes Leaders

Mercredi 21 octobre

À la une

Bourse: Wall Street minée par la hausse de cas de COVID-19

Mis à jour à 17:18 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street a entamé la semaine en repli lundi, après trois baisses hebdomadaires consécutives.

Titres en action: Unilever, Microsoft, Lufthansa, HSBC

Mis à jour à 11:25 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

08:14 | LesAffaires.com et AFP

« Les investisseurs restent indécis quant à la marche à suivre ».