Immobilier: les prix pourraient reculer en 2015 et 2016

Publié le 25/05/2015 à 09:25

Immobilier: les prix pourraient reculer en 2015 et 2016

Publié le 25/05/2015 à 09:25

Par lesaffaires.com

Photo Bloomberg.

Les prix de ventes des propriétés immobilières pourraient se situer en territoire négatif en 2015 et 2016 au Québec, selon les prévisions de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). L’agence fédérale anticipe tout de même une légère progression des ventes et des mises en chantier au cours de cette période.


Une partie de la fourchette de prévisions de prix de revente de la SCHL se trouve en territoire négatif pour les deux années. Ainsi, les prix pourraient varier de -2,2% à 5,3% en 2015 et d’entre -3,7% et 8,4% en 2016.


La SCHL anticipe de modestes gains de la construction résidentielle en 2015 et 2016. «Une légère accélération de la croissance économique du Québec au cours des deux prochaines années stimulera la demande d'habitation en 2015 et en 2016, croit Kevin Hughes, économiste principal à la SCHL pour le Québec. Durant cette période, le marché de la revente se resserrera quelque peu. Ces deux facteurs feront progresser les mises en chantier.»


Les mises en chantier de maisons individuelles se chiffreront entre 10 500 et 11 900 en 2015 et entre 12 000 et 14 000 en 2016. «À mesure que le marché de la revente se resserrera, la demande de maisons individuelles neuves augmentera graduellement », selon la SCHL. En 2014, le nombre de maisons individuelles était de 7 318, en baisse de 12% par rapport à l’année précédente.


Le nombre de mises en chantier de logements collectifs se situera entre 22 500 et 25 500 cette année. L'an prochain, l'activité attendue dans le segment des résidences pour personnes âgées contribuera à faire augmenter les mises en chantier de logements collectifs, dont le nombre devrait s'établir entre 24 800 et 28 900 en 2016.


Les ventes de logements existants conclues par l'entremise d’un courtier devraient connaître une légère progression. Il devrait se conclure entre 68 000 et 75 000 transactions en 2015. Pour 2016, le nombre de transactions serait de 68 500 à 76 000. En 2014, le nombre de transactions était de 70 686.



Ralentissement important à Montréal


La SCHL note qu’il y aura « un ralentissement important » de la construction résidentielle dans la région de Montréal à 14% en 2015. Tania Bourassa-Ochoa, analyste de la SCHL, note que la faible croissance de la demande et le nombre élevé d’unités sur le marché expliquent cette baisse.


L’ajustement sera notable du côté des condos, où le nombre de mise en chantier devrait diminuer de 25% cette année, selon les prévisions de l’agence fédérale. «Le marché de la copropriété sera dans une phase d’écoulement, et les constructeurs orienteront la demande vers les unités déjà en construction ou celles qui sont toujours inoccupées avant d’entamer de nouveaux projets», ajoute Mme Bourassa-Ochoa.


 


 


 

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

La marge de sécurité: un concept intemporel

BLOGUE INVITÉ. La «marge de sécurité». Les 3 mots les plus importants dans l'investissement, selon Warren Buffett.

BioÉnergie La Tuque veut transformer des résidus forestiers en diésel

BLOGUE. La Tuque compte devenir le premier endroit au pays producteur de carburant 100% renouvelable, fabriqué à ...

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.