Comment s'affranchir de l'impôt plus tôt

Publié le 03/09/2009 à 16:33

Comment s'affranchir de l'impôt plus tôt

Publié le 03/09/2009 à 16:33

C’est habituellement durant le mois de juin que les Québécois commencent à travailler pour eux-mêmes après avoir accumulé assez d’argent pour payer leurs impôts de l’année à venir.


Cette période, celle de l'affranchissement d'impôt, pourrait toutefois être devancée en utilisant une bonne planification fiscale. À cette fin, l'utilisation des REER et des CELI est un incontournable, mais il faut s'assurer de les exploiter à leur plein potentiel.

« La cotisation REER devrait avoir le dessus sur celle qui sera faite au niveau du CELI puisqu'elle donne toujours l'avantage immédiat des déductions », explique Josée Maure, spécialiste principale en planification fiscale et successorale au Groupe Investors.

Le REER permettra également de réduire le revenu net du contribuable ce qui peut, dans plusieurs cas, lui donner accès à toute une série de crédits d'impôts ou de prestations gouvernementales. En effet, ces programmes ne sont souvent accessibles qu'à partir d'un certain niveau de revenu.

« Plus le revenu net est bas, plus on a accès aux crédits d'impôts », indique Josée Maure.

Elle suggère également de mettre dans le REER les placements qui rapportent le plus d'intérêt afin d'amenuiser l'imposition sur les revenus d'intérêts qui sont traités comme des revenus ordinaires. Les placements qui génèrent des gains en capitaux sont quant à eux plus avantageux et moins coûteux, fiscalement parlant, lorsqu'ils sont détenus en dehors d'un REER.

« Lorsque la cotisation REER est entièrement utilisée on peut commencer à mettre de l'argent dans des placements non-enregistrés. Le CELI qui pourra quant à lui être consacré à l'achat d'une nouvelle maison pour les clients qui ne peuvent bénéficier du RAP », suggère Josée Maure.

On peut également considérer les placements non-enregistrés générant des dividendes déterminés, comme certaines actions de sociétés publiques, qui sont imposés à des taux moindres.

Les fonds de catégories sont aussi une option possible puisqu'ils permettent, selon Josée Maure, de faire des substitutions et des rééquilibrages de portefeuille sans être imposé. Tant que les changements sont faits à l'intérieur de la structure, les gains ne sont pas soumis à l'impôt.

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Passionnés et ti-clins de l'immobilier

Édition de Avril 2019 | Daniel Germain

De tous les investisseurs, ceux qui ont du succès dans l'immobilier sont sans doute les vendeurs les plus ardents et ...

Les milléniaux plus riches que les X!

CHRONIQUE. Leurs revenus sont nettement plus élevés. Mais aussi leurs dettes, selon Statistique Canada...

Le Galaxy Fold de Samsung veut révolutionner le marché du sans-fil

BLOGUE. L’inventeur de la phablette veut aussi être crédité pour le téléphone pliable. Ingénieux ou fausse bonne idée?