Voyager en avion à prix minime, c'est possible

Publié le 25/05/2016 à 10:51

Voyager en avion à prix minime, c'est possible

Publié le 25/05/2016 à 10:51

Parfois, les compagnies aériennes se trompent lorsqu’elles entrent les prix de leurs vols. Ces erreurs ne sont pas si rares et font le bonheur des voyageurs, qui parviennent à mettre la main sur ces aubaines.

Un aller-retour pour Osaka à 540 dollars? S’envoler pour l’Inde pour 450 dollars? Ces prix à faire rêver tous ceux qui aiment parcourir le monde ont bien été offerts récemment par des compagnies aériennes au départ de Montréal. Des tarifs ultrabas qui sont probablement le fruit d’une erreur de la part d’un employé.

Les erreurs de prix n’étant pas identifiées comme telles, seul un tarif sortant de l’ordinaire permet de comprendre que la compagnie s’est trompée. « On a déjà repéré des billets pour Hong-Kong à moins de 400 dollars, raconte Frédéric Prévost-Lebeuf, le fondateur du site Yulair, qui répertorie les bonnes affaires au départ de Montréal. C’était une erreur car le prix tourne toujours autour de 1000 dollars pour cette destination, voire 800 dollars quand il y a des promotions. »

Attention aux annulations

Pour en bénéficier, il est indispensable de dégainer sa carte de crédit au plus vite. « Les compagnies détectent leurs erreurs en quelques minutes ou en quelques heures alors il faut se décider à acheter très rapidement », indique-t-il.

Le risque des erreurs de prix est de voir son billet annulé par la compagnie une fois qu’elle se rend compte de son erreur. « Souvent, l’émission du billet se fait quelques heures après la réservation. Dans ce laps de temps, les compagnies peuvent annuler », explique Frédéric Prévost-Lebeuf. Par sécurité, il vaut donc mieux éviter de se précipiter pour réserver un hôtel ou une voiture sur place dès que l’on a pris un billet d’avion au tarif erroné.

Parfois, l’annulation survient après l’émission du billet. C’est ce qui est arrivé à des personnes ayant acheté des vols pour l’Europe, dont Yulair avait parlé sur son site. Fixé à 350 dollars aller-retour, le prix des billets était en réalité erroné. Et, la compagnie Swiss Air les a annulés au bout de quelques jours. « Je l’ai appelée et j’ai réussi à conserver les billets », raconte Frédéric Prévost-Lebeuf, qui recommande de faire pression sur les compagnies en cas d’annulation.

Normalement, au Québec, la Loi sur la protection du consommateur prévoit qu’aucun commerçant ne peut exiger pour un bien ou un service un prix supérieur à celui qui est annoncé, y compris sur Internet. Les consommateurs voulant forcer une compagnie aérienne à honorer une erreur de prix peuvent donc se tourner vers les tribunaux si elle refuse.

À débusquer sur Internet

Si les erreurs de prix ne sont pas si rares, elles ne surviennent pas tous les jours non plus. Il est toujours utile de placer des alertes sur des sites connus comme Kayak ou Expedia. Mais, dénicher ces vols à prix cassé nécessite donc de sortir un peu des sentiers battus. Des sites plus spécialisés comme SecretFlying ou TravelPirates recensent spécifiquement les erreurs de prix. Utiliser le mot-clic #errorfare sur Twitter permet aussi de se tenir au courant des opportunités.

« Il existe aussi des groupes de discussions privés sur Whatsapp ou sur Facebook dont les membres sont toujours à l’affût des bons plans pour voyager pas cher, explique Philippe Bouzaglou, un Montréalais technomade qui prend fréquemment l’avion. Ils s’échangent discrètement les erreurs de prix pour ne pas éveiller les soupçons des compagnies aériennes puis les partagent plus largement une fois qu’ils ont acheté leurs billets. »

Pour trouver plus facilement une erreur de prix, ce globetrotter conseille de faire quelques heures de voiture ou de bus pour se rapprocher d’un hub aérien. « On augmente ses chances si on est prêt à décoller de New York ou de Toronto », dit-il.

 

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 09 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 26 janvier


image

Sommet en finance

Jeudi 11 février


image

Contrats publics

Mardi 09 mars

À la une

Couche-Tard veut recharger les véhicules électriques

Alimentation Couche−Tard souhaite que ses établissements offrent la possibilité de recharger des véhicules.

Toujours vivant

Édition du 25 Novembre 2020 | Marie-Pier Frappier

BILLET. Chers compatriotes, ­armons-nous de patience et frappons dans la vie «à grand coup d’amour».

Retraite: plus de transparence demandée par des gestionnaires de fonds

Huit fonds exhortent les entreprises à divulguer des données environnementales, sociales et de gouvernance complètes.