Les prêts automobiles ne sont pas les prochains «subprimes»

Publié le 18/02/2019 à 14:36, mis à jour le 18/02/2019 à 15:09

Les prêts automobiles ne sont pas les prochains «subprimes»

Publié le 18/02/2019 à 14:36, mis à jour le 18/02/2019 à 15:09

Par Dominique Beauchamp

Après dix ans de croissance économique qui deviendra en juillet le plus long cycle de l’histoire, nombreux sont ceux qui tentent de détecter le maillon faible qui pourrait faire basculer les marchés financiers.

Dans cet environnement, le fait que plus de sept millions d’Américains accusent un retard de 90 jours ou plus sur les versements de leur prêt autos, soit un million de plus qu’en 2010, suscite plus d’anxiété qu’autrement.

Des commentateurs se demandent ouvertement si les prêts autos de 1 265 milliards de dollars américains ne deviendront pas l’épicentre de la prochaine crise.

Le blogueur Ben Carlson, directeur de la gestion institutionnelle chez Ritholtz Wealth Management, croit que le traumatisme de la dernière crise amplifie les craintes.

En même temps, il s’étonne que tant d’Américains s’endettent autant pour s’offrir des camions et des véhicules utilitaires sports à fort prix, alors que cet actif se déprécie dès qu’il sort du concessionnaire.

Il est exagéré de comparer la proportion des prêts autos défaillants à la crise des hypothèques à haut risque de 2008.

Premièrement, les prêts autos représentent seulement 9,4% de l’ensemble des dettes des ménages américains et cette proportion est conforme à leur moyenne historique, dit-il.

Deuxièmement, le taux de défaillance actuel des prêts autos de 4,3% n’est pas particulièrement élevé si on le compare au ratio de 11,5% pour les prêts étudiants et à celui de 7,9% pour les cartes de crédit.

Étant donné l’ampleur des prêts autos, dont la croissance dépasse celle des ventes d’auto, on peut s’attendre à ce que le ratio de défaillance augmente dans un ralentissement économique, convient M. Carlson.

En revanche, ces prêts ne provoqueront pas une «calamité économique à la 2008».

La crise des hypothèques à haut risque a été si retentissante parce que cet emprunt représente de loin le principal poste budgétaire des ménages.

Les résidences constituent aussi le principal actif de 74% des ménages.

La détérioration des prêts autos ne déclenchera donc pas une onde de choc sur le système financier.

«Les prêts autos me semblent davantage un problème de finances personnelles qu’un signal d’alarme économique. Trop de gens sont encore hantés par la crise financière de 2007-2009», conclut-il.

 

 

 

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Usure normale ou excessive?

Édition de Octobre 2019 | Claudine Hébert

Votre concessionnaire peut-il exiger le remplacement du capot, des pare-chocs ou de pneus jugés trop usés lors d'un ...

Bientôt, des voitures conçues grâce à l'IA?

06/08/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Une étude montre que ce n'est plus de la science-fiction. Loin de là.

À la une

Le titre de SNC-Lavalin bondit au lendemain des élections

Au lendemain du scrutin, l'action de SNC-Lavalin a effectué un bond à la Bourse de Toronto.

Le parti libéral devra mettre un peu d'eau dans son vin

06:51 | AFP

«Si le parti libéral fait les concessions attendues par le NPD, on peut s'imaginer que ça durera au moins 18 à 24 mois.»

Le PDG de Nike tire sa révérence

16:39 | AFP

Il était à la tête de l’entreprise depuis 2006.