Pourquoi fournir un poste de travail virtuel à vos employés?

Publié le 01/06/2020 à 00:01

Par MICRO LOGIC

Le télétravail n’est plus une exception. Dans beaucoup d’organisations, il est devenu la norme, ou du moins, une composante importante dans l’organisation du travail. Pour les responsables des TI, l’explosion du travail à distance ajoute une couche de difficultés à la complexité de gérer les technologies utilisées par les employés.

Cette complexité vient d’abord de la multiplication des appareils numériques qui passent entre les mains des employés. Les téléphones intelligents et les tablettes sont venus s’ajouter aux ordinateurs. Alors qu’une entreprise pouvait auparavant commander auprès d’un seul fournisseur une même catégorie d’ordinateurs, fonctionnant sous un même système d’exploitation, aujourd’hui, les administrateurs système sont aux prises avec un parc informatique complètement hétérogène.

Les contours mêmes de ce parc sont flous : menés par les millénariaux, les employés veulent utiliser pour le travail leurs propres appareils et les applications qu’ils apprécient, ouvrant ainsi des failles dans le périmètre de sécurité de l’entreprise.

En parallèle, le foisonnement de l’écosystème mobile a multiplié le nombre d’applications utilisées dans le cadre du travail. En 2019, les quelque 7 000 entreprises clientes de la plateforme de gestion des accès et des identités Okta utilisaient en moyenne pas moins de 88 applications distinctes, soit 5 de plus que l’année précédente. Certaines d’entre elles étaient des applications commerciales accessibles sous forme de logiciels en tant que service (SaaS), d’autres étaient gérées sur la base de plateforme en tant que service (PaaS), et d’autres étaient développées en interne.

Cette grande diversité d’appareils, de systèmes d’exploitation et d’applications constitue un casse-tête presque insurmontable pour les administrateurs système, autant du point de vue de la gestion que de la sécurité.

Simplifier et sécuriser l’expérience des employés grâce à un espace de travail numérique

La solution à ce casse-tête est de standardiser l’expérience de l’employé, quel que soit son écran, en lui offrant un espace de travail numérique. Grâce à une couche logicielle qui gère l’interface d’accès à toutes les applications, l’espace de travail numérique facilite autant le travail des employés que celui des administrateurs TI.

Une solution comme Workspace ONE de VMware permet de gommer les disparités entre appareils et systèmes d’exploitation : tout appareil peut devenir un poste de travail virtuel, dans lequel l’employé trouve toutes les applications dont il a besoin, d’où qu’elles viennent, et encapsulées dans une coquille sécurisée et gérée par l’entreprise. L’employé y accède avec une authentification unique et multifacteur qui le rend immédiatement productif.

De son côté, l’administrateur TI contrôle à distance les droits d’accès. Il peut rapidement déployer de nouveaux postes de travail virtuels pour de nouveaux employés ou des employés existants auxquels on demande de travailler désormais à distance. Il peut tout aussi rapidement modifier ou fermer les accès selon l’évolution des besoins et des tâches de l’employé ou après son départ de l’entreprise.

Grâce à une solution d’espace de travail numérique, la supervision et la gestion du parc informatique se trouvent grandement facilitées, notamment par la simplicité d’effectuer les mises à jour à distance et par l’autonomisation des employés, qui réduit les demandes de soutien technique. Ce gain de temps se traduit par une diminution des dépenses.

L’espace de travail numérique est vraiment l’interface de travail idéale pour l’économie post-pandémie : plus conviviale et engageante pour les employés, où qu’ils se trouvent, plus facile à gérer par les administrateurs, et beaucoup plus sécuritaire pour l’entreprise.

 

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...