PODCAST | «Mon père est riche en tabarnak»

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Mai 2016

PODCAST | «Mon père est riche en tabarnak»

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Mai 2016

Par Matthieu Charest

« Mon père est riche en tabarnak! » C’est ce qu’avait radoté un jeune homme, complètement ivre, à la sortie d’un club montréalais il y a quelques années. Il a été filmé, et la vidéo est devenue virale. Bien sûr, il n’y a aucune honte à être né avec une cuillère d’argent dans la bouche. Mais force est de constater que si l’argent n’achète pas l’élégance, les fortunes familiales font les entrepreneurs.

Voilà le nouveau débat des Dérangeants, suivi d'une discussion avec David Côté, cofondateur des jus LOOP, de Rise Kombucha et de Crudessence.

À écouter dès maintenant

Aussi sur iTunes, G Musique et YouTube

Règle générale, l’entrepreneur est affublé de toutes sortes de qualités. Le courage, l’agilité, l’intelligence, la créativité, l’ardeur au travail, etc. Et souvent, c’est tout à fait justifié. J’ai eu la chance de rencontrer des centaines d’entrepreneurs et j’ai rarement été déçu. L’immense majorité, riches ou pauvres, font très peu de cas de la voiture qu’ils conduisent, de leurs biens matériels. Ce qu’ils partagent, c’est plutôt la passion de leurs entreprises, dont ils parlent avec passion, les yeux pétillants.

Mais sur le lien de cause à effet, entre la richesse et l’entrepreneuriat, la littérature est sans appel. La causalité existe bel et bien. « Plusieurs chercheurs ont démontré que la tendance à se lancer en affaires est plus lié au fait de posséder de l’argent que du culot, a expliqué Andrew Oswald, professeur à l’Université Warwick au média électronique Quartz. Quand tu as un filet de sécurité, tu es plus porté à prendre des risques. »

Les effets d’un patrimoine familial bien garni sur le goût d’entreprendre a fait l’objet d’un débat lors du dernier épisode de Les Dérangeants. Pour l’occasion, nous avons réuni Étienne Crevier, de BiogeniQ, Alex Mensi, de Mango Software, David Côté, des jus LOOP, et Hughes Chandonnet, de Hubrid.

Quatre entrepreneurs, et quatre hommes blancs. Selon une étude conjointe produite par les chercheurs Levine et Rubinstein, des universités de Californie à Berkeley et de la London School of Economics, « les entrepreneurs sont, de manière disproportionnée, des hommes blancs très éduqués provenant de familles plus riches que la moyenne. Ils sont aussi plus “tannants” que la moyenne. Dans leur jeunesse, ils sont plus portés à fumer du pot, manquer des cours ou commettre des vols à l’étalage ».

L’effet du clan

Parlant de marijuana, « est-ce que Justin Trudeau serait rendu là si ce n’était pas de son père? » a lancé Étienne Crevier. « Moi, mon père était riche, et quand il est décédé, je me suis servi de l’héritage pour me lancer en affaires. Ça m’a permis de quitter mon ancien employeur, que j’appelais le “sanctuaire des rêves brisés” (Rires). Mais au-delà de l’argent, mes parents m’ont surtout encouragé à recevoir une bonne éducation ».

« C’est sûr que d’avoir un peu d’argent, un filet, ça aide à démarrer, a ajouté David Côté. Quand tu es en mode survie, c’est très compliqué. »

L’argent familial agit donc en quelque sorte comme un baume sur la peur d’échouer, le risque étant mitigé. L’argent permet aussi de fréquenter les bonnes écoles. Et de Stanford à McGill, les universités réputées sont des terreaux fertiles au réseautage. Et les bons contacts font les bons entrepreneurs.

« Si vous n’avez les bons contacts, vous avez déjà deux pas de retard avant même de vous lancer en affaires », a déjà écrit la chroniqueuse Minda Zetlin, du magazine Inc. Et puisque les familles riches ont tendance à posséder un réseau puissant, les enfants aisés ont nécessairement un accès simplifié à l’oreille des bonnes personnes. Le cycle se perpétue.

Mais attention, a tempéré Alex Mensi, de Mango Software, « l’argent ne fais pas que tu vas réussir. La peur d’échouer est une motivation en soi ».

C’est aussi l’avis de Barbara Corcoran, l’un des « requins » de l’émission Shark Tank. « Je n’investis pas dans des entreprises détenues par des enfants de riches, a-t-elle raconté au magazine Business Insider. Il leur manque un atout fondamental. Et cet atout, ça s’appelle “le besoin”. Ils n’ont pas besoin de réussir à tout prix. »

À (ré)écouter !

Dès le 14 juin prochain, un dernier épisode avant un retour en force en septembre. Les Dérangeants recevront Émilie Heymans, quadruple médaillée olympique devenue entrepreneure, et débattront de la « phase du non », à quel moment un entrepreneur arrête de se faire dire « non » et à quel moment doit-il apprendre à refuser?

Dans leur troisième épisode, nos Dérangeants ont reçu le proprio de Chocolats Favoris pour parler business, et c’était du bonbon! Marie-Philip Simard, Carlo Coccaro et Jean-Daniel Petit ont ensuite donné un débat enflammé en lançant cette question: « Qui peut cracher sur les dragons? ». Ça chauffe! 

Épisode 3 | Dominique Brown| Qui peut cracher sur les Dragons ?

Dans leur deuxième épisode, les Dérangeants ont abordé le risque d'entreprendre pour les femmes avec Anne-Marie Losique, créatrice et productrice de Vanessa TV.

Épisode 2 | Anne-Marie Losique | Le risque, une affaire de gars ?

Dans leur premier épisode, les Dérangeants ont reçu Olivier Primeau, le patron du populaire Beachclub de Pointe-Calumet, puis ils se questionnent et débattent: le mensonge est-il un passage obligé quand on est en affaires?

Épisode 1 | Olivier Primeau | L'entrepreneur imposteur

L’émission, présentée par le Mouvement Desjardins et enregistrée au studio C de l’Université Concordia, sera diffusée toutes les deux semaines ce printemps, sur lesaffaires.com ou sur lesderangeants.com.

 

 

À la une

Des solutions RH à déguster tous les matins avec votre café

17/09/2021 | Marine Thomas

Nous lançons une rubrique quotidienne pleines de solutions de gestion pour bien commencer votre journée.

En face du prochain premier ministre

19/09/2021 | Les Affaires

Si le prochain premier ministre du­ ­Canada était en face de vous, que lui ­demanderiez-vous en priorité?

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la charge administrative

Édition du 08 Septembre 2021 | Catherine Charron

La question de Lyne Rivard, travailleuse autonome en coaching d’affaires.