D'ingénieur minier à chef de Mines Richmont

Publié le 06/10/2012 à 00:00, mis à jour le 04/10/2012 à 11:05

D'ingénieur minier à chef de Mines Richmont

Publié le 06/10/2012 à 00:00, mis à jour le 04/10/2012 à 11:05

En 1992, alors qu'il était analyste pour Lévesque Beaubien Geoffrion, Paul Carmel recommandait l'achat de Mines Richmont à 2,40 $ l'action. Maintenant qu'il en est devenu le président et chef de la direction, il veut démontrer que le titre, sous la barre des 5 $, mérite mieux.


Et il le dit avec l'assurance que confère l'expérience. « Cela fait presque 20 ans que je suis les activités de Mines Richmont », souligne-t-il.


Il est vrai que cet ingénieur minier de 49 ans a passé la plus grande partie de sa carrière dans des habits de financier. Il a notamment créé MinQuest Capital, un fonds d'investissement spécialisé qui a investi 5% de son capital de 250 millions de dollars dans Richmont.


L'ingénieur minier a également conseillé le producteur d'or de Rouyn-Noranda en matière de fusions et acquisitions, à l'époque où il dirigeait le financement des sociétés minières chez Desjardins Marché des capitaux.


De fait, son expérience d'ingénieur minier de « terrain » se résume à trois années, après l'obtention de son diplôme, passées chez Inco Limitée, un producteur de nickel, à titre d'ingénieur contremaître à la production. Trois années qui lui ont permis de connaître intimement le fonctionnement d'une mine.


Connaître les rouages du financement


Il n'est pas inusité d'avoir, aux commandes de sociétés minières, des ingénieurs ayant passé plus de temps dans l'univers de la finance que dans celui des opérations minières.


Toutefois, la direction d'une société minière exige de bien connaître ce qu'est une mine.


« Selon moi, il ne suffit pas d'être CFA ou chartered financial analyst [analyste financier agréé] pour diriger une société minière. Il faut être ingénieur minier, ce qui permet de saisir comment une minière peut réaliser son potentiel d'exploration tout en contrôlant ses coûts », dit-il.

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Broadsign International acquiert Ayuda Media System

«C’est une transaction relativement transformatrice pour nous», résume le PDG de Broadsign, l'Américain Burr Smith.

À surveiller: Dollarama, Thomson Reuters et Rogers

Que faire avec les titres de Dollarama, Thomson et Rogers? Voici quelques recommandations d'analystes.

Ottawa aide Chrysler et Honda… mais pas les entreprises québécoises

Il y a 36 minutes | Alain McKenna

BLOGUE. L’aide fédérale à l’achat d’une auto électrique s’arrête là où l’industrie québécoise débute.