Sensibiliser davantage la haute direction

Publié le 22/01/2016 à 10:42

Sensibiliser davantage la haute direction

Publié le 22/01/2016 à 10:42

Plus de la moitié des entreprises et des organisations considèrent l’énergie comme un enjeu opérationnel plutôt que stratégique. C’est la conclusion de la Première enquête sur la gestion de l’énergie en entreprise au Québec, réalisée par la Chaire de gestion du secteur de l’énergie de HEC Montréal.

Retour au dossier Efficacité énergétique

« C’est le reflet du manque d’attention qu’on porte à la productivité des entreprises, croit Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal et co-auteur de l’étude effectuée à partir d’une enquête menée auprès d’une quarantaine de cadres d’entreprises et d’organisations faisant affaire au Québec. « Pour être plus compétitives, les entreprises devraient aussi réduire le coût et l’utilisation de leurs intrants, en se disant qu’il y a des gains à réaliser afin de se prémunir contre la croissance des prix de l’énergie et la probable forte croissance des coûts du CO2. »

Bien que 64 % des entreprises interrogées disent compter parmi les membres de la haute direction au moins un représentant ayant comme responsabilité la stratégie de gestion de l’énergie, la moitié des répondants ont indiqué que le leadership en la matière revenait à leur directeur. Dans seulement 35 % des cas, le leadership était exercé par un président ou un vice-président. « Le leadership est bienvenu partout, mais c’est certain que beaucoup de décisions de dépenses en capitaux se prennent par la haute direction, juge M. Pineau. Des investissements judicieux peuvent avoir un impact à long terme sur la consommation d’énergie. Pour qu’ils soient faits, il faut que la haute direction soit sensibilisée et voit cela comme un secteur stratégique. »

À suivre dans cette section

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais:

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.

Le plan d'affaires est-il essentiel au démarrage d'une entreprise?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. On ne «construit pas les pyramides sans avoir déjà construit un château de sable».