COVID-19: les Québécois en confiance

Publié le 26/05/2020 à 08:16

COVID-19: les Québécois en confiance

Publié le 26/05/2020 à 08:16

Par La Presse Canadienne
Une femme portant un masque.

(Photo: 123RF)

Malgré le fait que le Québec compte de loin le plus grand nombre de cas et de décès liés à la COVID−19 au Canada, les Québécois ont moins peur de contracter le coronavirus, vivent moins de stress en sortant de la maison et estiment que leur santé mentale est en meilleure forme que les autres Canadiens.

C’est ce qui ressort de récents résultats d’un sondage mené par Léger et l’Association d’études canadiennes. 

Le Québec a beau être la province où l’épidémie est la plus active, le taux de répondants québécois qui craignent d’être contaminés s’élève à 48% contre une moyenne de 51% ailleurs au Canada.

Cependant, en ce qui concerne les membres de leur famille, les répondants du Québec sont plus nombreux à s’inquiéter de les voir attraper la maladie, soit 63%, contre 61% des autres Canadiens.

Il semble également que le sombre bilan qui afflige la Belle province n’a pas eu le meilleur sur la santé mentale des Québécois. Invités à évaluer leur état d’esprit, 51% des répondants du Québec ont assuré que leur santé mentale va «bien» contre une moyenne de 39% dans le reste du pays.

Un constat qui s’explique peut−être par le niveau de stress que ressentent les citoyens face à la crise sanitaire. Lorsqu’on leur demande à quel point le fait de sortir de la maison leur fait vivre du stress, ce sont 44% de répondants québécois qui disent en ressentir contre 53% des répondants dans le reste du Canada.

De plus, avant même d’être sortis de cette première vague de l’épidémie, les Québécois s’affichent comme les moins inquiets à la perspective de devoir affronter une deuxième vague à l’automne. Ils sont 78% de répondants à s’en inquiéter contre 89% dans le reste du Canada.

Autre signe de leur sentiment de confiance, 75% des répondants du Québec disent être tout à fait à l’aise de participer à un party piscine avec leurs amis dès que les mesures de confinement seront levées. Ailleurs au pays, il n’y a que 53% de Canadiens qui se sentiraient confortables de faire la fête dans la piscine.

 

Méfiance des autorités

Alors que la crise s’étire, la méfiance s’installe face à la transparence des gouvernements et ce sont les Québécois qui semblent les plus suspicieux.

Si dans l’ensemble des autres provinces 47% des répondants estiment que les gouvernements ne leur disent pas toute la vérité, c’est une forte majorité de Québécois qui doutent de la totale transparence de l’État.

Un taux de 60% de répondants du Québec croit que les gouvernements leur cachent certaines choses par rapport à la situation réelle de la pandémie.

La méfiance entraîne d’ailleurs certaines personnes à tomber dans les extrêmes, selon les données du sondage, alors que les théories du complot comptent leurs adeptes au pays.

Les fausses informations qui circulent liant la technologie sans fil de cinquième génération, la 5G, à la propagation du virus ont contaminé 15% de répondants canadiens, dont un sommet de 25% de répondants dans les provinces de l’Atlantique. Le taux chute à 12% au Québec.

Même constat en ce qui concerne les théories conspirationnistes autour de l’homme d’affaires Bill Gates, selon lesquelles le fondateur de Microsoft serait lié à la propagation du coronavirus. Un taux de 12% de répondants canadiens disent y croire, dont 15% dans les provinces de l’Atlantique et 10% au Québec.

 

Respect des consignes

La méfiance grandissante de la population ne semble toutefois pas nuire au respect des consignes de prévention de la santé publique. Un taux de 50% de répondants québécois affirment porter un masque en public, ce qui représente la deuxième plus forte proportion après l’Ontario à 51%.

Parmi ceux qui disent porter le masque, 92% des répondants du Québec affirment l’enfiler lorsqu’ils se rendent à l’épicerie; 86% à la pharmacie; et 23% au travail.

Dans ce dernier cas, il est important de souligner que 69% des répondants ont indiqué que cette situation ne s’applique pas à eux, un symptôme du ralentissement de l’activité économique et du nombre important d’employés en mode télétravail.

 

Satisfaction générale

Paradoxalement, alors qu’on sent que la méfiance monte, le taux de satisfaction envers les gouvernements demeure élevé. Pas moins de 79% des répondants québécois disent être satisfaits de la gestion de la crise par le gouvernement de François Legault et 69% disent la même chose du gouvernement de Justin Trudeau.

Le premier ministre du Canada semble d’ailleurs avoir réussi le tour de force de rallier les partisans des partis d’opposition à travers le pays grâce à sa généreuse gestion de la crise qui a multiplié les programmes d’aide financière.

Lorsque l’on répartit le taux de satisfaction selon les intentions de vote parmi les répondants, le gouvernement Trudeau récolte l’appui de 92% de libéraux, 81% de néodémocrates, 59% de bloquistes, 58% de conservateurs et 68% de verts.

C’est dans les maritimes que les taux de satisfaction envers les gouvernements provinciaux sont les plus élevés. Dans l’ordre, les gestions de crise les mieux appréciées sont celles de l’Île−du−Prince−Édouard (93%), de Terre−Neuve−et−Labrador (86%), de la Nouvelle−Écosse (85%) et du Nouveau−Brunswick (84%).

Un total de 1510 adultes canadiens a été interrogé dans le cadre de cette enquête, entre le 22 et le 25 mai. Puisque la méthode d’échantillonnage des répondants en ligne est non probabiliste, il n’est pas possible de mesurer la marge d’erreur.


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre


image

Adjointes administratives

Mercredi 14 octobre


image

Femmes Leaders

Mercredi 21 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une

Voulons-nous vraiment vivre dans ce monde?

18/09/2020 | François Normand

ANALYSE - Cessons d'écouter ceux qui disent que le développement durable mine l'économie, car c'est faux: il la stimule.

La Bourse en pause comme la reprise?

BLOGUE. Deux stratèges ne perdent pas espoir que les chouchous techno passent le bâton aux bénéficiaires de la reprise.

La Bourse sur une perspective de 100 ans (partie II)

18/09/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L'histoire du 20e siècle nous démontre que des changements majeurs sont à prévoir au 21e siècle.