Cinéma et télé: pas «d'assurance COVID-19»

Publié le 18/09/2020 à 16:04

Cinéma et télé: pas «d'assurance COVID-19»

Publié le 18/09/2020 à 16:04

Par La Presse Canadienne
Un tournage cinématographique

(Photo: La Presse Canadienne)

Les producteurs de films et d’émissions de télévision affirment que des centaines de productions — et près de 20 000 emplois directs — sont menacées à très court terme si Ottawa n’intervient pas rapidement pour remédier à l’absence de couverture d’assurance en cas d’interruption de tournage due à la COVID−19.

L’Association canadienne des producteurs médiatiques (CMPA) et l’Association québécoise de la production médiatique (AQPM) affirment qu’un volume de production de plus d’un milliard de dollars est menacé au Canada en raison du manque d’options d’assurance en cas d’interruption sanitaire.

Selon un sondage mené par les deux associations, les tournages de 214 projets de films et de télévision au Canada ne peuvent aller de l’avant puisque les compagnies d’assurance excluent de leur couverture les risques liés à la COVID−19. Ces productions généreraient 19 560 emplois directs, selon les associations de producteurs. 

Au Québec seulement, 93 productions seraient paralysées à cause de cette absence de couverture d’assurance, pour un volume de production de 251 millions de dollars et 7353 emplois en jeu.

Les deux associations de producteurs avaient proposé en juin à Ottawa la création d’un programme gouvernemental de compensation, mais elles affirment aujourd’hui que le gouvernement de Justin Trudeau n’a pas encore donné suite. Elles exhortent donc le gouvernement fédéral à intervenir «avant qu’il ne soit trop tard».

L’Association québécoise de la production médiatique représente plus de 150 maisons de production. Sa PDG, Hélène Messier, estime qu’«en raison de ce délai injustifiable, le gouvernement fédéral met non seulement en péril la prospérité économique de tout un secteur, mais il réduit drastiquement le nombre de productions québécoises et canadiennes qui occuperont nos écrans au cours des prochains mois, au bénéfice des contenus étrangers».

Plusieurs productions ont été interrompues au début de la pandémie en mars, mais certains plateaux de tournage reprennent progressivement, en appliquant des mesures sanitaires. C’est le cas par exemple de la série télévisée «District 31», dans laquelle les personnages sont toujours en distanciation dans un même plan, sans jamais évoquer la COVID−19.

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Trop tôt pour assouplir les mesures, dit François Legault

Le premier ministre François Legault a adopté un ton très alarmiste jeudi.

La COVID-19 fait grimper l'endettement des États-Unis à un niveau historique

16/10/2020 | AFP

Le déficit budgétaire des États-Unis a atteint en 2020 un niveau record pour dépasser les 3000 milliards de dollars.

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.