Irriguer les cultures de l’île de Pâques grâce à l’énergie solaire

Publié le 18/11/2015 à 00:01

Irriguer les cultures de l’île de Pâques grâce à l’énergie solaire

Publié le 18/11/2015 à 00:01

Par

SOMMAIRE DU DOSSIER

Par Alejandra Maturana, Diaro Financiero (Chili)

TRAITEMENT DE L'EAU – Située en Polynésie, au milieu de l’océan Pacifique, l’île de Pâques est l’une des attractions touristiques les plus importantes du Chili. Les touristes affluent principalement en été, période à laquelle le manque de pluie et les températures élevées, en plus d’encourager la fête, entraînent une pénurie d’eau pour irriguer les cultures.

« Étant donné la diminution des ressources hydriques disponibles, les agriculteurs de la région doivent réduire leur production ou utiliser de l’eau potable pour irriguer leurs terrains durant ces quelques mois. Cela fait grandement augmenter le prix de leurs produits, ce qui les rend moins concurrentiels par rapport à ceux qui sont importés du continent », affirme Carolina Cuevas, chef de projet à la Fondation Chili.

Avec le soutien d’acteurs locaux, cet organisme vise à produire de l’eau d’irrigation grâce à des technologies d’énergie solaire.

L’experte explique que la première phase du projet a été une réussite, puisqu’ils sont parvenus à faire fonctionner une petite usine de dessalement d’eau de mer conçue par la Fondation en fonction des conditions propres à l’île. En effet, les côtes de Rapa Nui ont un niveau de salinité supérieur à celui des côtes du continent et, après les pluies, elles concentrent une grande quantité de sédiments suite au déplacement de la terre.

La mise en marche

Fin 2013, alors qu’elle présentait les progrès d’autres projets de dessalement menés par la Fondation Chili au nord du pays afin de produire de l’eau potable et d’irrigation pour des communautés isolées, Carolina Cuevas a été contactée par une secrétaire du Conseil de la production propre de l’île. Cette dernière souhaitait lui faire part du problème auquel ses habitants faisaient face et lui exprimer son intérêt d’y développer un projet similaire.

Cela a rapidement mené à la mise en place d’une équipe de travail qui a commencé à recueillir des informations pour élaborer une proposition leur permettant de rechercher des partenaires et de recueillir des fonds. Du financement a alors été obtenu du Fonds d’innovation pour la compétitivité du gouvernement régional de Valparaiso, dont dépend l’île de Pâques.

L’Office national des forêts (Conaf) leur a également cédé, pour y effectuer des essais, l’une de ses pépinières, consacrée au reboisement d’espèces natives et qui comporte près de 4 000 spécimens, certains étant des espèces endémiques, comme le Sophora Toromiro.

Ils y ont ainsi installé un petit prototype d’usine de dessalement capable de produire un mètre cube d’eau par heure. Ce prototype est capable de produire 70 % de l’énergie nécessaire à son fonctionnement grâce à un système d’énergie solaire. Cette usine leur a permis d’obtenir le premier verre d’eau dessalée adaptée à l’irrigation en mai dernier, et ils ont consacré les derniers mois à étudier ses performances.

« À l’heure actuelle, l’alimentation électrique des îles est basée sur le diesel et tout ce qu’il est possible d’obtenir à partir de sources renouvelables aide donc à remplacer ce combustible fortement polluant, en augmentant la durabilité du territoire », insiste Carolina Cuevas.

Produire à grande échelle, un défi important

Dans le cadre du projet, un petit prototype d’usine de dessalement capable de produire un mètre cube d’eau par heure a été mis au point. Ce prototype est capable de produire 70 % de l’énergie nécessaire à son fonctionnement grâce à un système d’énergie so

La pépinière de Conaf où les premiers essais ont été réalisés est petite, souligne Carolina Cuevas. La seconde phase d’implantation de cette technologie directement sur le terrain d’un agriculteur représente donc un grand défi.

De plus, les grands producteurs agricoles sont éloignés du réseau électrique. Il faudrait donc envisager une usine fonctionnant entièrement à l’énergie solaire ou une autre solution utilisant le même type de ressource pour traiter les eaux de moins bonne qualité.

Cependant, Carolina Cuevas affirme que plusieurs agriculteurs plus petits installés près du village pourraient utiliser un système similaire à celui de la pépinière, même si le but final reste de pouvoir tous les équiper.

« Actuellement nous sommes en train d’évaluer ce qui est le plus faisable et d’élaborer un projet pour avancer dans la seconde phase. Pour le moment, nous ne disposons pas de fonds et nous continuerons d’avancer dans ce sens jusqu’à en obtenir », affirme l’experte de la Fondation Chili.

SOMMAIRE DU DOSSIER

À suivre dans cette section


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Découvrez la nouvelle formule de Les Affaires!

21/01/2020 | Les Affaires

Consultez le fruit de nos réflexions sur qui nous sommes et ce que nous voulons offrir à nos chers lecteurs.

Nouvelle année, nouvelle formule

Édition du 22 Janvier 2020 | Marine Thomas

BILLET. Nous commençons 2020 sous le signe de la nouveauté, puisque le journal sort désormais 14 fois par année.

Investir en 2020

Édition du 22 Janvier 2020 | Stéphane Rolland

OÙ INVESTIR EN 2020. Que nous réserve la Bourse en 2020? Le marché haussier peut encore s'étirer, selon nos experts.