Rousseau Métal: Objectif Amérique

Publié le 28/05/2010 à 14:07, mis à jour le 06/06/2011 à 11:29

Rousseau Métal: Objectif Amérique

Publié le 28/05/2010 à 14:07, mis à jour le 06/06/2011 à 11:29

Charles-Alexandre Paré, directeur des ventes et du marketing, Rousseau Métal. Photo: Martin Martel.

À ses débuts en 1950, Rousseau Métal travaillait le métal en fonction des demandes spécifiques de chaque client. Elle fabriquait tant des contenants pour les laitiers que des cadres de portes.


" L'équipe ne comptait que trois employés [100 fois moins qu'aujourd'hui] et fabriquait des produits sur mesure, dit Charles-Alexandre Paré, directeur des ventes et du marketing. Si un client voulait 500 tables pliantes, nous fabriquions 500 tables pliantes. "


Aujourd'hui, la PME compte parmi sa clientèle Pratt & Whitney, Alcan, Bombardier, Boeing, General Motors et Honda, et a un vaste portefeuille de produits brevetés. Tout un revirement !


Juste équilibre entre le sur-mesure et la fabrication en série


La PME a été fondée à Saint-Jean-Port-Joli par André Rousseau, ancien ministre de l'Industrie et du Commerce dans le premier gouvernement de Jean Lesage, en 1960.


Au milieu des années 1970, Rousseau Métal décide de créer ses propres lignes de produits et se spécialise dans la fabrication de systèmes de rangement industriels, un tournant majeur pour l'entreprise de Chaudière-Appalaches. Cependant, il fallait, dans une certaine mesure, pouvoir répondre aux besoins spécifiques de la clientèle.


L'entreprise a donc mis au point des produits de base facilement adaptables, comme la table de travail ou le tiroir modulaire, qui ont fait sa réputation. " Nous pouvons vendre le même produit à une entreprise aéronautique ou à un musée. La base du produit, qui représente 80 % de sa valeur, reste la même, et on adapte le reste ", dit M. Paré.


La PME a su trouver son équilibre entre le sur-mesure et la fabrication en série. " Cela a été une excellente décision. Nous sommes probablement uniques en notre genre au Canada ", affirme M. Paré.


Accroître sa présence en Amérique du Nord


Le marché de Rousseau Métal s'étend du Canada au Mexique. Cependant, elle affronte une concurrence très forte des Européens aux États-Unis, et devra travailler d'arrache-pied pour s'y tailler une plus grande place. " C'est un marché difficile. Nous visons à réaliser de 20 à 25 % de nos ventes aux États-Unis. Notre plan de match consiste à conserver une présence très forte au Canada, à augmenter nos ventes aux États-Unis et à développer le marché mexicain ", précise M. Paré.


La PME souhaite aussi pouvoir s'adapter plus rapidement aux changements économiques et augmenter la vitesse de lancement de produits. " C'est vraiment un défi important. Nous nous efforçons aussi de créer des produits à valeur ajoutée et brevetés, difficiles à copier ", explique M. Paré.


Rousseau Métal n'hésite pas non plus à s'associer à diverses initiatives en matière d'innovation. L'entreprise commandite plusieurs projets, notamment le sousmarin à propulsion humaine Omer 6 de l'École de technologie supérieure (ETS) et le véhicule monoplace à très faible consommation d'essence de l'Université Laval, Alérion Supermileage.


" Nous sommes très engagés dans le milieu universitaire. Ces étudiants seront sur le marché du travail demain matin, souligne M. Paré. C'est une autre façon pour nous de nous tourner vers l'avenir. "

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

CDPQ: un nouveau fonds d'investissement pour le secteur de l'IA

Il servira à propulser des entreprises qui développent ou commercialisent des produits qui touchent ce secteur.

Défi Start-up 7: Biotifull poursuit son chemin

ENTREVUE. La start-up Biotifull a parcouru beaucoup de chemin depuis la 2e édition du Défi Start-up 7.

Défi Start-up 7: pourquoi intégrer un espace de co-travail?

ENTREVUE. Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils considérer l'option d'intégrer un espace de co-travail?