Wall Street monte, Toronto recule

Publié le 03/01/2014 à 10:00

Wall Street monte, Toronto recule

Publié le 03/01/2014 à 10:00

Les Bourses américaines retrouvent la hausse vendredi. De son côté, Toronto continue de clignoter dans le rouge pour la deuxième séance de l'année 2014.

Vers 11h15, le S&P/TSX lâche 42 points, ou 0,31%, à 13 552 points.

Au sud de la frontière, Wall Street s'affichait en légère hausse vendredi, au cours d'une séance devant être ponctuée par plusieurs discours de responsables de la banque centrale américaine: le Dow Jones gagnait 0,34% et le Nasdaq 0,08%.

Le Dow Jones s'apprécie de 39 points à 16 481 points et l'indice élargi S&P 500 s'adjuge 2 points à 1 834 points. Le Nasdaq recule de 6 points à 4 137 points.

La Bourse de New York avait clôturé dans le rouge jeudi, les investisseurs choisissant d'engranger quelques profits après avoir terminé 2013 sur de nouveaux records: le Dow Jones avait perdu 0,82% à 16 441 points et le Nasdaq avait lâché 0,80% à 4 143 points.

Il s'agissait de la première fois depuis 2008 que la Bourse entamait l'année sur une séance à la baisse et ce repli «a concerné tous les secteurs et presque toutes les valeurs du Dow», remarquait Patrick O'Hare de Briefing.com.

«Le marché s'annonce un peu meilleur ce matin, même si la neige continue de tomber sur l'ensemble de la côte Est» des Etats-Unis, perturbant l'arrivée au travail de certains opérateurs, ajoutait-il.

En l'absence d'indicateurs majeurs, les investisseurs présents seront à l'affût de signaux sur l'état d'esprit des responsables de la banque centrale américaine dans les discours du président de la Fed de Richmond, Jeffrey Lacker, du gouverneur de la Fed Jeremy Stein et surtout du patron de l'institution Ben Bernanke, qui devait s'exprimer sur le thème: «Une Réserve Fédérale changeante: passé, présent et futur».

Après huit ans à sa tête, M. Bernanke laissera les commandes de la Fed à Janet Yellen à la fin du mois. Elle aura notamment comme mission de gérer le ralentissement progressif du soutien à l'économie de l'institution, dont Wall Street a largement profité ces derniers mois.

Pour jauger la vigueur de la consommation aux Etats-Unis, traditionnel moteur de la croissance dans le pays, les courtiers surveillent également les chiffres sur les ventes de voitures.

Celles du constructeur automobile américain Chrysler, filiale de l'italien Fiat, se sont affichées en hausse de 6% en décembre, et celles de Ford de 1,8% (-0,78% à 15,32 dollars).

Les ventes du premier constructeur automobile américain, General Motors (GM), ont en revanche reculé de 5,7% en décembre (-4,57% à 39,08 dollars).

Parmi les autres valeurs du jour figure la société de sécurité informatique FireEye, qui bondissait de 25,70% à 51,70 dollars au lendemain de l'annonce de l'acquisition de son homologue non coté Mandiant, pour environ un milliard de dollars.

Le réseau social Facebook gagnait 0,75% à 55,12 dollars. Deux internautes américains ont déposé un recours en nom collectif contre la société qu'ils accusent d'analyser leurs messages privés à leur insu pour transmettre les données à des annonceurs.

Le numéro trois américain de la téléphonie mobile, Sprint, reculait de 3,13% à 10,07 dollars. La société Stifel a abaissé sa recommandation sur le titre, estimant que l'éventuelle fusion avec son rival T-Mobile USA (-3,64% à 32,15 dollars), sur laquelle les rumeurs s'amplifient, se heurterait probablement à un refus des autorités américaines de la concurrence.

Le marché obligataire évoluait en baisse. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans progressait à 3,000% contre 2,985% jeudi soir et celui à 30 ans à 3,945% contre 3,919% à la précédente clôture.

À la une

NĂ©gociations Ă  TVA: un lock-out n'est pas Ă  exclure, dit PKP

Les pourparlers entre la direction et le syndicat se déroulent actuellement en présence d’un médiateur.

Télécom: «Ça devient encore plus concurrentiel», note le patron de Québecor

Québecor a dévoilé jeudi des résultats inférieurs aux attentes des analystes.

Hausses de bénéfices pour Québecor, au 4T de 2023 et pour l'exercice

Le conseil d’administration a déclaré mercredi un dividende trimestriel de 0,325 $ par action.