Fort rebond des Bourses européennes

Publié le 13/09/2011 à 13:08

Fort rebond des Bourses européennes

Publié le 13/09/2011 à 13:08

Par AFP

Les Bourses européennes ont rebondi mardi après leur plongeon de la veille, les valeurs bancaires profitant partout de l'embellie au terme d'une séance chaotique, ponctuée de folles rumeurs.

Les investisseurs ont bien accueilli l'annonce d'une téléconférence, mercredi, entre le Premier ministre grec Georges Papandréou, le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel au sujet de la Grèce.

Le ministre brésilien des Finances, Guido Mantega, a pour sa part annoncé que les cinq pays émergents du Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) discuteront la semaine prochaine de la possibilité de venir en aide à l'Union européenne dans la tourmente de la crise de la dette.

Les marchés ont oscillé au grès des rumeurs, rapidement démenties, évoquant notamment un achat par la Chine d'obligations d'Etat italiennes et une "initiative franco-allemande sur la Grèce". Après un net rebond lundi, Wall Street évoluait en légère baisse à l'heure de la clôture en Europe.

L'Eurostoxx 50 a gagné 2,09%.

A la Bourse de Paris, l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 1,41% à 2.894,93 points après avoir atteint la veille son plus bas niveau depuis avril 2009.

Le secteur bancaire a fermement rebondi en fin de séance après avoir encore souffert dans la matinée. Le titre de la Société Générale, plus forte hausse du CAC a progressé de près de 15%.

BNP Paribas a bondi de 7,20% à 28 euros. Elle a démenti des propos, prêtés à un cadre anonyme de la banque et rapportés par le quotidien américain le Wall Street Journal, faisant état d'une incapacité pour le groupe à trouver des liquidités en dollars.

A Francfort, l'indice vedette Dax a fini en hausse de 1,85% à 5.166,36 points après une journée en dents de scie. Il a par moments chuté, jusqu'à repasser brièvement sous les 5.000 points, mais a bénéficié en fin de séance de spéculations sur des annonces d'aide à la Grèce.

Les valeurs bancaires ont profité au maximum de ce climat très fébrile: Deutsche Bank a fini en hausse de 8,15% à 23,15 euros et Commerzbank de 3,79% à 1,59 euro.

L'opérateur de la Bourse de Francfort Deutsche Börse, le mieux placé pour profiter de la volatilité des marchés, synonyme d'échanges démultipliés, a fini en progression de 4,55% à 40,06 euros.

La Bourse de Londres a terminé en hausse au terme d'une séance hésitante, l'indice Footsie-100 des principales valeurs gagnant 44,63 points, soit 0,87% par rapport à la veille, après avoir alterné entre hausse et baisse pendant une partie de la journée au gré des rumeurs sur la Grèce.

En tête de l'indice, trois banques ont finalement enregistré les plus fortes progressions: Royal Bank of Scotland (RBS) (+5,34% à 21,88 pence), Barclays (+4,69% à 148,3 pence) et Lloyds Banking Group (+4,16% à 31,83 pence).

Le groupe pétrolier écossais Cairn Energy a quant à lui plongé de 8,16% à 287 pence après avoir fait état de l'échec d'un de ses forages d'exploration au large du Groenland.

L'indice vedette de la Bourse de Milan, le FTSE Mib, a clôturé sur un rebond de 2,19% à 13.769 points au terme d'une séance très agitée, grâce à l'envol des valeurs bancaires.

Banca Popolare di Milano, plus forte hausse de la séance, a bondi de 8,35% à

1,363 euro, UBI Banca de 8% à 2,376 euros, UniCredit de 7,43% à 0,737 euro et Intesa Sanpaolo de 6,34% à 0,923 euro.

Le groupe de télévision Mediaset a pris 3,39% à 2,32 euros et le groupe automobile Fiat 1,11% à 3,638 euros. Le groupe d'aéronautique et de défense Finmeccanica a en revanche cédé 1,06% à 4,5 euros.

A Madrid, l'indice Ibex-35 a bondi de 2,53% à 7.834,2 points, après avoir terminé lundi au plus bas depuis le 16 mars 2009.

Les valeurs bancaires ont terminé sur de fortes hausses, le numéro un du secteur Santander prenant 4,33% à 5,492 euros et son principal concurrent BBVA 5,00% à 5,401 euros. Caixabank a fini sur un gain de 3,63% à 3,199 euros, et Bankinter de +2,96% à 3,58 euros.

Bonne performance pour l'assureur Mapfre, qui a pris 3,54% à 2,167 euros.

Le géant des télécommunications Telefonica a progressé de 3,11% à 13,085 euros et le groupe pétrolier Repsol YPF de +1,89% à 19,1 euros.

L'indice PSI-20 de la Bourse de Lisbonne a pris 0,63% à 5.831,83 points.

Les banques Banif (+4,50%) et BES (+2,68%) ont enregistré les plus fortes performances à la clôture. Le secteur de l'énergie a également contribué à ce rebond du PSI-20 grâce aux gains du groupe pétrolier Galp (+2,85%) et de l'électricien EDP (+1,56%).

L'indice Bel-20 de la Bourse de Bruxelles a progressé de 0,83% à 2.070,07 points.

La plupart des titres ont terminé en territoire positif, en particulier dans le secteur bancaire: Dexia a gagné 6,40% à 1,39 euro, Ageas (ex-Fortis) a progressé de 3,85% à 1,18 euro et KBC de 2,18% à 15,73 euros.

La Bourse suisse a gagné 1,06%, à l'issue d'une séance très fébrile, avec un indice SMI à 5.359,14 points.

Les valeurs bancaires se sont bien comportées, avec +5,92% pour UBS, +2,73% pour Credit suisse, et +2,39% pour Julius Baer.

A Amsterdam, l'indice AEX a terminé sur un gain de 0,58% à 270,05 points.

La hausse la plus importante a été enregistrée par le groupe de banque et d'assurances ING qui gagne 4,40% à 4,69 euros, suivi par le géant de l'électronique Philips (+3,92% à 12,70 euros).

La baisse la plus forte a été enregistrée par le groupe foncier Corio a cédé 3,85% à 33,96 euros.

À la une

«On réinvestit dans la croissance pour capter les occasions qui se multiplient», Patrick Decostre, PDG de Boralex

Patrick Decostre, PDG de Boralex, a répondu à nos questions sur ses nouvelles orientations stratégiques et financières.

Boralex veut doubler sa puissance d'ici 2025, et encore d'ici 2030

Cette croissance se fera d’abord par la multiplication de son empreinte dans le solaire et aux États-Unis.

Boralex se lance dans le partage de terrains pour le solaire

14/06/2021 | François Normand

Comme les terrains sont rares, le producteur d'énergie verte se lance dans l’agrivoltaïsme avec la française Sun’Agri.