Bourse: Wall Street plombée par les données sur l'emploi

Publié le 08/03/2019 à 10:28

Bourse: Wall Street plombée par les données sur l'emploi

Publié le 08/03/2019 à 10:28

Un feu rouge sur Wall Street.

(Photo: 123rf.com)

La Bourse de New York a terminé en légère baisse vendredi, pâtissant de chiffres sur l'emploi aux États-Unis et sur les exportations en Chine qui ont ravivé les inquiétudes sur la croissance mondiale au moment où les négociations commerciales entre les deux pays peinent à avancer.

Les indices

À la fermeture à Toronto, l'indice S&P/TSX a perdu 60 points, ou 0,38%, à 15 996 points.

À New York, le S&P 500 a reculé de 5 points, ou de 0,21%, à 2 743 points.

Le Dow Jones a cédé 22 points, ou 0,09%, à 25 450 points.

Le Nasdaq a baissé de 13 points, ou de 0,18%, à 7 408 points.

Le contexte

Vendredi, le marché a été fragilisé par l’effondrement des créations d’emplois aux États-Unis en février : l’économie américaine, qui avait créé en janvier un nombre record d’emplois sur un an à cause de la fermeture partielle des services administratifs (shutdown), n’a engendré le mois dernier que 20.000 postes, le plus faible niveau depuis septembre 2017.

« On peut blâmer le mauvais temps, le contrecoup du “shutdown”, mais il n’en reste pas moins que c’est un chiffre très bas », a souligné Tom Cahill de Ventura Wealth Management.

« Est-ce la décélération de l’économie que nous attendions au premier trimestre ? Le “shutdown” peut-il tout expliquer ? Comment va réagir la Fed dans deux semaines ? » à l’occasion de sa prochaine réunion de politique monétaire, se sont de leur côté interrogés les analystes de Mirabaud Securities.

En tout cas, « pour ceux qui pariaient encore sur une hausse des taux en 2019, il faudra certainement... patienter », ont-ils avancé.

Les chiffres du département du Travail contenaient malgré tout quelques éléments positifs : le taux de chômage est descendu à 3,8 %, la rémunération horaire a grimpé de 3,4 % sur un an, et le taux de participation au marché du travail est resté le même à 63,2 %. 

Mais « clairement le message cette semaine c’est que l’économie ralentit », a relevé M. Cahill. 

« Injustice »

Outre les chiffres sur les créations d’emplois, les acteurs du marché digéraient aussi vendredi des statistiques moroses en provenance de Chine : les exportations du pays, moteur de la croissance mondiale ces dernières années, se sont effondrées de plus de 20 % en février. 

Et la veille la Banque centrale européenne a nettement abaissé ses prévisions de croissance et d’inflation pour la zone euro. 

Jetant un froid sur l’issue des négociations commerciales avec la Chine, Donald Trump a par ailleurs brandi vendredi la menace d’interrompre les discussions si les points les plus contestés n’étaient pas résolus.

Parmi les valeurs du jour Facebook (+0,28 %), Amazon (-0,32 %) et Alphabet (-0,09 %), la maison mère de Google, se sont retrouvées dans le viseur d’Elizabeth Warren, l’une des candidates démocrates à la présidentielle de 2020 les plus en vue, qui a fait part vendredi de son souhait de les démanteler estimant qu’elles avaient « trop de pouvoir ». 

La chaîne de supermarchés de vente en gros Costco est montée de 5,09 % après avoir fait part de bénéfices trimestriels supérieurs aux attentes. Le groupe a aussi indiqué avoir relevé son salaire minimum horaire à 15 dollars, contre 14 dollars auparavant et 13 dollars en juin. 

Le groupe National Beverage, maison mère des populaires canettes d’eau gazeuse La Croix, a chuté de 14,65 % après avoir dévoilé des ventes trimestrielles en repli. Le patron de l’entreprise, Nick Caporella, s’est dans un communiqué excusé pour ces résultats et a imputé la performance du groupe non à « la négligence », à « la mauvaise gestion » ou à « un cas de force majeure », mais à « l’injustice ». National Beverage a fait l’objet l’an dernier d’une plainte pour avoir frauduleusement qualifié ses produits de « naturels ».

Sur le marché obligataire, le taux d’intérêt sur la dette à dix ans évoluait à 2,632 %, contre 2,639 % jeudi à la clôture, et celui sur la dette à 30 ans à 3,012 % contre 3,026 % la veille.

Sur le même sujet

À surveiller: Dollarama, Banque Nationale et Telus

Que faire avec les titres de Dollarama, Banque Nationale et Telus?

À la une

Mission accomplie pour Brian Hannasch

Édition du 07 Décembre 2019 | Pierre Théroux

PDG DE L’ANNÉE – GRANDE ENTREPRISE. Brian Hannasch peut dire mission accomplie.

Couche-Tard, un prétendant «sérieux» et «crédible», dit l'australienne Caltex

La société n'a pas eu de réponse de la part de Couche-Tard depuis l'annonce du rejet de l'offre, mardi.

Bourse: Wall Street quasi-stable à la clôture, scrutant le front commercial

09:35 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. « Le chemin a été assez cahoteux cette semaine ».