Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 21/03/2019 à 06:54

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 21/03/2019 à 06:54

[Photo : 123rf]

La Bourse de New York semble vouloir ouvrir en ordre dispersé jeudi matin, prenant le temps de digérer les annonces de la Réserve fédérale américaine qui a renoncé à remonter ses taux directeurs cette année.

Du côté des contrats à terme, le Dow Jones Industrial Average, l’indice vedette du parquet new-yorkais, est en baisse de 0,09% à 25 706 points. Toujours selon les contrats à terme, le Nasdaq, à forte coloration technologique, avance de 0,12% %, à 7418 points. Le S&P500, quant à lui, perd 0,04% à 2826 points.

Contexte

La Fed a annoncé mercredi qu'elle abandonnait l'idée de relever les taux d'intérêt cette année, dans la perspective d'un ralentissement plus marqué de la croissance aux Etats-Unis et d'une inflation toujours plus contenue.

L'institution «confirme son nouveau mantra: la patience», a observé Tangi Le Liboux, stratégiste du courtier Aurel BGC.

Cette réunion introduit un «doute dans l'esprit des investisseurs» au sujet de «la vigueur économique et de l'inflation», ont également estimé les experts de Mirabaud Securities Genève. Selon eux, ils «vont maintenant se demander quand sera la prochaine baisse des taux».

Une décision de politique monétaire de la Banque d'Angleterre est également attendue dans la journée.

Le Brexit restera par ailleurs au coeur de l'attention des investisseurs, à l'occasion d'un dernier sommet de deux jours de l'Union européenne avant la date-butoir du 30 mars.

Theresa May va présenter jeudi à Bruxelles sa demande d'un report de trois mois du Brexit. L'Union européenne est prête à accorder au Royaume-Uni un court délai à condition que les députés votent l'accord de divorce négocié par la Première ministre, lui a répondu mercredi le président du Conseil européen, Donald Tusk.

Le divorce prend «une tournure dramatique» mais, à ce stade, «les marchés ne parviennent pas à intégrer pleinement ce risque, la situation évoluant d'heure en heure», a souligné M. Le Liboux.

À l’étranger

Les Bourses chinoises ont terminé jeudi en ordre dispersé, Hong Kong reculant fortement tandis que Shanghai a résisté, dans des marchés agités par des propos de Donald Trump promettant à la Chine des surtaxes douanières «pour une période conséquente», même en cas d'accord.

Certes, les investisseurs chinois ont initialement salué la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui a drastiquement changé de cap mercredi en renonçant à relever les taux d'intérêt en 2018, face à l'essoufflement de l'économie.

L'annonce a pris par surprise les marchés, qui anticipaient au moins un nouveau relèvement de taux cette année, mais était également de nature à exacerber les inquiétudes sur un assombrissement pire qu'attendu de la conjoncture mondiale.

Et les gains de la Bourse de Hong Kong se sont ensuite évaporés après des propos du président américain Donald Trump.

Celui-ci a assuré que les surtaxes douanières punitives imposées par les États-Unis aux produits chinois seraient maintenues «pour une période conséquente» en cas d'accord commercial, pour «s'assurer que Pékin tienne ses engagements». Ce qui complique la recherche d'un compromis avec le géant asiatique.

«Cela peut être un point d'achoppement pour les Chinois», observe Ray Attrill, analyste de National Australia Bank.

«On ne peut qu'espérer que ce soit une stratégie tirée de l'"Art du deal" (ouvrage phare de M. Trump, NDLR), mais dans l'immédiat, nous ne pouvons guère compter avec grande confiance (...) sur un accord dès le mois prochain, ou plus tard», souligne-t-il.

À l’agenda

Du côté des indicateurs, aux États-Unis, les demandes hebdomadaires d'allocations chômage sont attendues.

Sur le même sujet

Bourse: un scénario émerge pour 2020

BLOGUE. Le rétablissement de l'économie et des profits domine les pronostics, mais la Bourse a pris les devants.

La Bourse toujours aussi ambivalente

BLOGUE. L'emploi rassure tout comme la Fed, mais tous les yeux sont fixés sur la visite de Liu He à Washington.

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...