Trouver les prochains grands gagnants, LA priorité


Édition du 10 Novembre 2018

Trouver les prochains grands gagnants, LA priorité


Édition du 10 Novembre 2018

Par Yannick Clérouin

L'assemblée annuelle d'Alimentation Couche-Tard (Tor, ATD.B) de la mi-septembre a mis en lumière un défaut qui afflige un trop grand nombre d'investisseurs : ils se laissent distraire par les cours boursiers plutôt que de chercher à mieux évaluer les entreprises qu'ils suivent.

Un actionnaire de très longue date de Couche-Tard a pris une quinzaine de minutes pour détailler une théorie du complot, illustrant à ses yeux pourquoi le titre de l'exploitant de dépanneurs faisait du surplace depuis trois ans.

L'actionnaire s'est grandement enrichi et est peut-être devenu millionnaire grâce à l'appréciation de ses actions de Couche-Tard, leur valeur ayant été multipliée par près de 30 en 15 ans.

Peu importe les gains passés, il s'est attardé à cuisiner les dirigeants sur les facteurs qui freinaient le titre, plutôt que de leur demander quelles initiatives ils privilégiaient pour accroître la valeur de l'entreprise.

Il peut être frustrant de voir un titre comme Couche-Tard stagner pendant plusieurs années malgré d'importantes acquisitions et une rentabilité qui augmente à un rythme rapide.

Logiques ou non, les raisons pour lesquelles les cours ne reflètent pas la valeur intrinsèque de l'entreprise à court terme peuvent être nombreuses. Le secteur d'activité de la société peut être boudé, les investisseurs peuvent préférer des titres en plus forte croissance dans une période haussière, etc.

Patienter plusieurs années

Il est crucial de garder à l'esprit que tôt ou tard, les cours finissent pratiquement toujours par refléter la croissance du bénéfice par action des entreprises. Comme investisseur à long terme, il faut être prêt à patienter plusieurs années avant que la valeur de nos entreprises ne s'exprime pleinement. À une condition : les dirigeants doivent prendre les bonnes décisions pour accroître les bénéfices et les avantages concurrentiels de leur entreprise.

Plutôt que de chercher les raisons expliquant la performance décevante d'un titre à court terme, il est plus rentable de se concentrer sur ce qui permettra de battre les marchés à long terme : trouver les prochains grands gagnants.

Cette inlassable quête départage l'investisseur obsédé par les cotes de celui qui découvre de nouveaux candidats pour son portefeuille et bonifie ses connaissances à propos des titres qu'il suit. Le plus grand avantage que présente l'investissement en Bourse relativement à d'autres secteurs, comme l'immobilier, est aussi son principal handicap : le fait que les cours sont affichés en temps réel contribue à corrompre l'esprit des investisseurs.

Et à les écarter de leur mission première. Pendant qu'on s'attarde au cours d'une action, une nouvelle occasion d'achat peut se dessiner là où on s'y attend le moins.

Être prêt à vivre avec les erreurs

On peut facilement se laisser distraire par un titre qui ne performe pas à la hauteur de ses attentes, particulièrement lors de replis généralisés, où tous les titres reculent sans discernement.

Quand on investit en Bourse, il faut être prêt à accepter qu'on ne peut avoir raison à tous les coups. Certains titres végéteront pendant une longue période, d'autres seront carrément perdants. Des erreurs, tout investisseur en commet. Même les meilleurs. Or, pour s'enrichir en Bourse, il n'est pas capital d'éviter coûte que coûte les perdants.

Comme le veut la loi de Pareto, une poignée de titres procure la majeure partie du rendement d'un portefeuille sur un horizon de 10 ans et plus.

Ce sont ces grands gagnants, dont la valeur se multiplie par 5, 10, 100 ou plus, qui contribueront le plus à nous enrichir. Comme ces entreprises sont très rares, l'investisseur doit consacrer le plus de temps possible à les dénicher et y accorder une place de choix dans son portefeuille.

L'ascension de ces champions boursiers n'est pas linéaire. Berkshire Hathaway (NY, BRK.A) a peut-être grimpé de plus de 2 033 000 % depuis 1965, le titre du conglomérat de Warren Buffett a connu des chutes de 37 % et plus à quatre reprises au cours des 53 dernières années. L'investisseur bien informé a su y rester accroché, même durant ces périodes de fortes turbulences.

Cette démarche ne veut pas dire pour autant de jouer à l'autruche avec les titres à la traîne.

Nous n'hésiterons pas à nous départir d'entreprises pour diverses raisons fondamentales : l'évaluation du titre est devenue déraisonnable, on veut libérer des liquidités pour investir dans une idée plus prometteuse, la situation a changé par rapport à notre thèse de départ ou une erreur d'évaluation a été commise.

S'en tenir uniquement aux repères économiques ne protège pas entièrement contre les faux pas, mais permet d'éviter de prendre des décisions coûteuses sous le coup de l'émotion.

De moins en moins d'investisseurs, même professionnels, consacrent le temps et l'énergie nécessaires à l'exigeante quête des grands gagnants de la Bourse. Ils se contentent plutôt de suivre le marché et obtiennent au mieux le rendement des indices, moins les frais.

Ceux, qui, comme nous, acceptent toutes les responsabilités qui incombent à la mission de repérer les meilleurs titres pour battre le marché et évitent au maximum les distractions comme les fluctuations boursières passagères, vont être récompensés pour leurs efforts à long terme. la

Les clients et associés de Gestion de portefeuille stratégique Medici détiennent des actions d'Alimentation Couche-Tard et de Berkshire Hathaway.

EXPERT-INVITÉ:
Yannick Clérouin est conseiller financier chez Gestion de portefeuille stratégique Medici.

À la une

Yoshua Bengio: TIME100 honore un pionnier de l'IA

11:01 | Les Affaires

Le professeur titulaire à l'Université de Montréal est l'un des chercheurs en IA les plus cités au monde.

Hausse de 15 % en deux ans des cas de fraude au Québec

Il y a 26 minutes | La Presse Canadienne

Montréal, la Montérégie et la Capitale-Nationale sont les régions où les fraudeurs ont fait le plus de victimes.

Est-ce une bonne idée d'offrir un REEE à ses petits-enfants?

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Que se passe-t-il si cet enfant ne poursuit pas d’études post secondaire?