Les revenus et profits de BlackBerry surpassent les attentes au 3e trimestre

Publié le 21/12/2018 à 06:47

Les revenus et profits de BlackBerry surpassent les attentes au 3e trimestre

Publié le 21/12/2018 à 06:47

Par La Presse Canadienne

BlackBerry a affiché jeudi un bénéfice et des revenus supérieurs aux attentes des analystes pour son troisième trimestre, grâce à la croissance de ses activités de logiciels et de services.

La société a fait état d'un bénéfice net de 59 millions $ US pour le trimestre clos le 30 novembre, ce qui se compare à une perte de 275 millions $ US pour la même période l'an dernier.

Le bénéfice par action a atteint 11 cents US, en regard d'une perte de 52 cents US un an plus tôt. Le bénéfice par action ajusté s'est établi à 5 cents US, alors qu'il avait été de 3 cents US de l'an dernier.

Les revenus ont totalisé 226 millions $ US, ce qui était égal au chiffre d'affaires de l'an dernier et supérieur aux revenus de 210 millions $ US du deuxième trimestre de cette année.

Les logiciels et services ont généré des revenus de 217 millions $ US, contre 190 millions $ US un an auparavant, tandis que les ventes d'appareils portables, en baisse depuis des années, n'ont généré aucun revenu au troisième trimestre.

Les analystes misaient en moyenne sur un bénéfice ajusté de 2 cents US par action et sur des revenus de 212,5 millions $ US, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters Eikon.

L'action de BlackBerry a pris jeudi 29 cents, soit 2,9 pour cent, pour clôturer à 10,22 $ CAN à la Bourse de Toronto.

Sous la direction du chef de la direction John Chen, qui s'est joint à l'entreprise en 2013, BlackBerry a graduellement abandonné ses activités de fabricant de téléphones intelligents pour se repositionner en tant que spécialiste des technologies fiables et sécurisées.

Lors d'une conférence téléphonique, M. Chen a indiqué aux analystes que la société était en passe de respecter ses principales estimations financières pour son exercice 2019, qui prendra fin en février.

Pas de conflit avec la Chine

L'action de BlackBerry avait grimpé à la fin 2017 et au début 2018, grâce à la publication de meilleurs résultats financiers que prévu et l'annonce de contrats d'approvisionnement prometteurs. Un de ces contrats porte sur la fourniture du système d'exploitation de sécurité pour un système de véhicule autonome chinois développé par le moteur de recherche Baidu et plusieurs fabricants.

Après avoir atteint un sommet de 18,14 $ le 9 janvier 2018, à la Bourse de Toronto, l'action de BlackBerry a chuté et se négociait cette semaine aux environs des 10 $. La plus grande partie de ce recul précédait la réaction diplomatique et celle du marché après l'arrestation de la femme d'affaires chinoise Meng Wanzhou à Vancouver, le 1er décembre, à la demande des États-Unis.

Dans une entrevue, M. Chen a indiqué n'avoir constaté aucune perturbation liée au mécontentement de la Chine au sujet de l'arrestation de Mme Meng

Il a en outre expliqué que la technologie de BlackBerry était intégrée au système Apollo de Baidu pour les véhicules autonomes.

«Ils (essaient) de vendre ces plateformes aux constructeurs automobiles, en particulier en Chine. Et ils aimeraient en faire une norme dans le monde entier, bien sûr. Et nous aimerions les aider.»

M. Chen s'est dit optimiste quant à l'issue des conflits politiques entre la Chine, le Canada et les États-Unis _ la plus grande source de revenus de BlackBerry. Il s'attend à ce que ces problèmes se règlent et n'entraînent pas de changements dans les projets à long terme de l'entreprise.

«Nous faisons beaucoup d'investissements dans le secteur automobile en Chine, ainsi qu'en Corée et au Japon, et je continuerai à le faire jusqu'à ce que quelqu'un me signale d'arrêter.»

Plusieurs analystes affirment attendre que les revenus de BlackBerry commencent à augmenter grâce à la vigueur de ses nouvelles activités. Certains d'entre eux ont suggéré que l'acquisition, pour 1,4 milliard $ US, de Cylance, une société américaine spécialisée dans l'intelligence artificielle et la cybersécurité, pourrait générer des revenus à long terme. Cette transaction ne devrait cependant pas être conclue avant le mois de février.

M. Chen a expliqué aux analystes que la transaction avait récemment éliminé l'un des principaux obstacles réglementaires, en vertu de la loi antitrust Hart-Scott-Rodino, et que BlackBerry aurait désormais plus de liberté pour discuter du potentiel de la transaction avec ses clients.

«Ces capacités de cybersécurité s'intégreront parfaitement à tout ce que nous faisons», a fait valoir M. Chen.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Les résultats de BlackBerry déçoivent, le titre chute

Mis à jour le 26/06/2019 | Denis Lalonde

BlackBerry a dévoilé des résultats mitigés au 1er trimestre, ce qui faisait plonger le titre à la Bourse de Toronto.

BlackBerry dévoile un profit supérieur aux attentes

Les revenus ont grimpé à 255 millions $ US, comparativement à un chiffre d’affaires de 233 millions $ US un an plus tôt.

À la une

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

10:49 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».

IGA conclut un accord commercial avec un «Beyond Meat» québécois

Il y a 28 minutes | La Presse Canadienne

La compagnie installée à Montréal met l’accent sur son haché végétal et sur ses galettes pour hamburgers.

À surveiller: Netflix, Bank of America et Brookfield Infrastructure

09:59 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Netflix, Bank of America et Brookfield? Voici des recommandations d'analystes.