Le Québec stimule les ventes des fabricants canadiens

Publié le 16/12/2009 à 09:52

Le Québec stimule les ventes des fabricants canadiens

Publié le 16/12/2009 à 09:52

Par La Presse Canadienne

Les ventes de pièces et de produits aérospatiaux sont en bonne partie responsable de la progression en octobre. Photo : Bloomberg

Les ventes des fabricants ont augmenté de 2% au Canada en octobre par rapport à septembre, pour atteindre 42,5 milliards $, en grande partie grâce à l'apport du Québec. Il s'agit d'une quatrième augmentation en cinq mois, a souligné Statistique Canada, en publiant ces données.


Les ventes ont progressé dans 15 des 21 industries manufacturières et ont représenté environ 72 pour cent du total des ventes.


La majeure partie de la progression en octobre provenait de deux industries, à savoir les pièces et les produits aérospatiaux ainsi que les produits du pétrole et du charbon. La production de pièces et de produits aérospatiaux s'est accrue de 54,1 pour cent en octobre, après deux mois de forte baisse, alors que les ventes de produits du pétrole et du charbon ont progressé de 7,2 pour cent en octobre.


Statistique Canada a expliqué que la plupart des hausses observées en octobre sont attribuables aux fabricants du Québec, notamment dans les secteurs du matériel de transport (+44,6 pour cent) _ qui comprend les produits aérospatiaux _, des produits du pétrole et du charbon (+19,2 pour cent) ainsi que des métaux de première transformation (+11,7 pour cent).


Globalement, les ventes des fabricants, au Québec, ont augmenté de 7,3 pour cent en octobre pour atteindre leur niveau le plus élevé depuis décembre 2008.


Si l'on exclut le Québec, les ventes des fabricants canadiens sont demeurées essentiellement stables, ayant affiché une augmentation de 0,2 pour cent.


En dépit de ces progressions récentes, les ventes des fabricants au Canada sont demeurées inférieures de 16,6 pour cent à celle affichées en octobre 2008, indiquent les données de l'agence fédérale de la statistique.


Par ailleurs, les niveaux des stocks sont demeurés pratiquement inchangés (+0,1 pour cent) en octobre, s'étant établis à 59,9 milliards $.


Le ratio des stocks aux ventes a diminué pour passer à 1,41 en octobre, soit une quatrième baisse en cinq mois. Le recul inscrit en octobre a été principalement attribuable à la croissance des ventes, ce qui a porté le ratio à son niveau le plus bas depuis octobre 2008.


Le niveau des commandes en carnet a diminué de 3,4 pour cent en octobre pour se chiffrer à 51,8 milliards $. Il s'agit d'un quatrième recul consécutif et du niveau le plus bas depuis avril 2007. Ce repli de commandes en carnet a été principalement attribuable à une baisse de 6,1 pour cent dans l'industrie des pièces et des produits aérospatiaux, imputable en partie au raffermissement du dollar canadien.


Les nouvelles commandes ont diminué de 1,8 pour cent en octobre pour se chiffrer à 40,7 milliards $, après avoir affiché une hausse de 7,9 pour cent en septembre. Cette baisse des nouvelles commandes s'est concentrée dans l'industrie des produits aérospatiaux.


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Pourquoi éviter les obligations du Canada

Édition du 20 Avril 2019 | Richard Guay

CHRONIQUE. Avec le prix des actions qui ne cesse de monter depuis le début de l'année, le marché boursier ...

Le Canada veut plus d'étudiants étrangers

Les retombées économiques des étudiants étrangers ont presque doublé de 2010 à 2016.

À la une

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.

Comment calculer la valeur intrinsèque d'une entreprise

Il y a 57 minutes | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Si l’on applique la méthode scientifique, la formule pour calculer cette valeur est relativement simple.

Avantage concurrentiel (partie 2): les coûts de commutation et l’économie d’échelle.

BLOGUE INVITÉ. Est-ce un avantage concurrentiel du point de vue des banques canadiennes et de la STM?