La capitalisation boursière des grands groupes bondit à nouveau en 2018

Publié le 05/07/2018 à 06:44

La capitalisation boursière des grands groupes bondit à nouveau en 2018

Publié le 05/07/2018 à 06:44

Par AFP

La capitalisation boursière des 100 plus grandes entreprises mondiales a bondi de 15% cette année, établissant un nouveau record, après avoir progressé de 12% en 2017, selon une étude publiée jeudi par le cabinet d'audit PwC.


Les 100 plus grandes sociétés mondiales totalisaient une capitalisation de 20.035 milliards de dollars au 31 mars 2018, contre 17.438 milliards à la même date en 2017, selon cette étude de PwC (PricewaterhouseCoopers).


«Le cap symbolique des 20.000 milliards a été franchi pour la première fois, la bonne santé économique de l'an dernier s'est traduite dans la valorisation boursière des sociétés», a commenté auprès de l'AFP Philippe Kubisa, associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC.


Les entreprises américaines dominent ce classement une fois de plus, mais la Chine a gagné du terrain.


Au total, 54 sociétés des États-Unis figurent dans le palmarès, contre 55 l'an passé, représentant 61% de la capitalisation boursière mondiale, contre 22% pour la Chine et 17% pour l'Europe, poursuit l'étude.


«Les sociétés technologiques américaines dominent toujours mais nous observons une montée en puissance des groupes chinois, qui se développent énormément et deviennent des concurrents très importants», a souligné M. Kubisa.


Deux entreprises chinoises se sont hissées dans le top 10, exclusivement américain l'an dernier. Les géants chinois de l'internet Tencent et du commerce en ligne Alibaba ont ainsi raflé les 5e et 7e places.


Le trio de tête reste toutefois composé des mastodontes américains Apple, Alphabet (maison mère de Google) et Microsoft.


«Là où des sociétés ont mis des années à arriver aux stades où elles en sont, Tencent et Alibaba ont gravi très vite les échelons», a ajouté l'expert.


Les groupes américains (12.187 milliards de dollars de capitalisation boursière en 2018) sont suivis de la Chine, en deuxième position avec 12 entreprises classées et une capitalisation boursière qui a augmenté de 57% pour atteindre 2.822 milliards de dollars.


Les entreprises européennes sont désormais au nombre de 23 dans le classement, contre 22 en 2017, pour une capitalisation boursière qui a progressé de 11% à 3.362 milliards de dollars.


Après États-Unis et Chine, le Royaume-Uni conserve sa troisième place, suivi de la Suisse.


«L'Europe se maintient dans le classement mais les sociétés européennes et françaises risquent d'être rattrapées par des groupes asiatiques (dont la croissance de la capitalisation boursière est plus rapide, ndlr) qui pourraient les sortir du classement», a expliqué M. Kubisa.


Enfin, la France est parvenue à conserver la cinquième position du classement, malgré une importante chute de l'une de ses sociétés classées.


La première capitalisation boursière française de ce palmarès est LVMH (48e), suivi de Total (53e), puis de L'Oréal (64e) et enfin de Sanofi, qui a chuté de la 57e à la 90e place.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À surveiller: Dollarama, Stella-Jones et IPL

Que faire avec les titres de Dollarama, Stella-Jones et IPL?

La Bourse de Sao Paulo dépasse les 100 000 points, une première

Mis à jour le 18/03/2019 | AFP

Les réformes ultralibérales promises par le nouveau gouvernement encouragent la place boursière.

À la une

L'accès à la propriété: la quadrature du cercle

BUDGET FÉDÉRAL. Ottawa introduit un nouveau programme d’aide pour les premiers acheteurs et améliore le RAP.

Budget fédéral: des indices sur les thèmes de la campagne électorale

Sans surprise, le déficit atteint 14,9G$ pour l'année financière qui se termine et grimpera à 19,8G$ en 2019-2020.

Budget fédéral: l'aide au journalisme se concrétise

BUDGET FÉDÉRAL. La principale mesure demeure le crédit d’impôt de 25 % sur les coûts de la main-d’œuvre.