La Caisse légèrement en retard sur son indice après six mois

Publié le 02/08/2018 à 10:59

La Caisse légèrement en retard sur son indice après six mois

Publié le 02/08/2018 à 10:59

Par François Pouliot

[Photo: Archives Les Affaires]

La Caisse de dépôt et placement enregistre un rendement global de ses portefeuilles de 3,3 % depuis le début de l'année, alors que son portefeuille de référence affiche un rendement de 3,5 %.


Sur cinq ans, véritable repère de sa performance aux yeux des analystes (six mois étant un terme trop court), l'institution québécoise continue de nettement mieux faire que son indice comparable avec un rendement annuel de 9,9 %, contre 9 %.


« L’environnement de marché s’est complexifié au premier semestre. Le resserrement des conditions de liquidité sur les marchés et les mesures protectionnistes américaines alimentent une volatilité accrue depuis janvier », a indiqué Michael Sabia, président et chef de la direction.


« La longue séquence haussière des marchés mondiaux ralentit. Alors que le processus de normalisation de la Réserve fédérale américaine se consolide et que les taux augmentent progressivement, le ton change sur les marchés. Ces derniers ne disposent plus du soutien actif auquel ils se sont habitués depuis la crise financière et doivent composer avec les défis réels posés par le contexte géopolitique – l’escalade des tensions commerciales en tête. Dans ces marchés hypersensibles, en pleine transition, nous restons vigilants et continuerons à miser sur des actifs résilients », a-t-il ajouté.


Au premier semestre 2018, la Caisse dit avoir poursuivi sa stratégie visant à diversifier ses sources de rendement en investissant dans le crédit et les actifs moins liquides. Dans ces catégories, elle affirme avoir mis un accent particulier sur les secteurs de la nouvelle économie, de même que sur les énergies renouvelables et les technologies vertes. Les investissements réalisés, fait-elle valoir, contribueront à réduire l’empreinte carbone de son portefeuille et généreront des rendements attrayants pour ses déposants.


En revenu fixe, la Caisse, conjointement avec le Fonds de solidarité FTQ, a signé une entente avec Boralex en vue d’investir jusqu’à 300 M$ sous forme de dette subordonnée non garantie dans la société.


En placements privés, elle a continué de mettre de l’avant sa stratégie d’investissement direct avec plusieurs transactions au Québec et à l’international. Du côté des technologies et de l’innovation, la Caisse a appuyé les visées internationales d’entreprises québécoises, telles que Stingray, FX Innovation, Breather et Poka. Elle a aussi créé, de concert avec Agropur Coopérative, une plateforme de co-investissement destinée à l’innovation dans le secteur laitier. La Caisse a par ailleurs financé les projets de croissance de La Maison Simons, BFL CANADA et Metro Supply Chain Group.


En Europe, dans le cadre d’un consortium avec Partners Group, la Caisse a annoncé l’acquisition de la société allemande Techem, un chef de file mondial du comptage individuel de l’énergie dont la valeur d’entreprise se situe à 4,6 G€. Elle a aussi pris une participation importante au capital d’Alvest, une société française spécialisée dans l’équipement électrique aéroportuaire d’assistance au sol, en partenariat avec Ardian. Également en France, la Caisse a conclu un accord avec la famille Delachaux afin d’acquérir la participation de CVC Capital Partners dans Groupe Delachaux, une firme d’ingénierie qui propose des solutions industrielles à haute valeur ajoutée.


En immobilier, Ivanhoé Cambridge a continué de miser sur le secteur de l’industriel et de la logistique, qui profite de l’essor du commerce électronique. Cette filiale de la Caisse a réalisé un investissement dans Peel Logistics Property, une transaction qui fait suite au lancement d’un véhicule visant des propriétés logistiques au Royaume-Uni. En outre, elle a acquis 38 % de la fiducie Pure Industrial Real Estate Trust, qui gère un portefeuille de propriétés industrielles en Amérique du Nord. Au Québec, Ivanhoé Cambridge a annoncé des investissements majeurs pour redévelopper deux de ses centres commerciaux phares, soit 200 M$ pour le Centre Eaton, une nouvelle étape dans son plan de 1 G$ pour dynamiser le centre-ville de Montréal, et 60 M$ à Laurier Québec afin d’y rehausser l’expérience client.


En infrastructures, la Caisse a été active dans le secteur des énergies renouvelables. Elle a augmenté significativement sa participation dans Invenergy Renewables, la plus importante société privée nord-américaine dans ce domaine, la portant à 52,4 %. Récemment, elle a aussi accru celle dans Azure Power Global, une société indienne qui compte parmi les plus grands producteurs d’énergie solaire en Inde.


 

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

CDPQ: un nouveau fonds d'investissement pour le secteur de l'IA

Il servira à propulser des entreprises qui développent ou commercialisent des produits qui touchent ce secteur.

Lightspeed vaudra 1,4 milliard à son entrée en Bourse

Lightspeed fera ses premiers pas en Bourse demain après un appel public à l'épargne de 240 M$ à 16$ par action.

À la une

Première: des étudiants de McGill deviennent investisseurs d'impact

23/04/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Le Montreal Social Value Fund permettra à des étudiants d'expérimenter l'investissement d'Impact local.

Dans quelles villes le prix des propriétés a le plus crû?

23/04/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. En 10 ans, le prix des maisons a augmenté davantage dans certaines villes du Québec. Lesquelles?

Le PDG d'Aldo veut prouver qu'il n'est pas que «le fils du patron»

23/04/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «Je veux prouver que je suis vraiment digne de ce poste; je ne veux laisser aucun doute.»