La Caisse échappe aux pertes

Publié le 21/02/2019 à 11:05

La Caisse échappe aux pertes

Publié le 21/02/2019 à 11:05

Par Stéphane Rolland

Michael Sabia

La Caisse de dépôt et placement du Québec a échappé à l’encre rouge en 2018, malgré une fin d’année difficile sur les marchés boursiers mondiaux. Soutenu par les marchés privés, les actifs réels et le portefeuille «Qualité mondiale», le bas de laine des Québécois a affiché un rendement de 4,2% en 2018 et a battu les indices de référence dans plusieurs catégories d’actifs.


Michael Sabia, le PDG de la Caisse, a souligné que la stratégie de l’institution qui gère entre autres les actifs du Régime des rentes du Québec et du Fonds des générations, a été mise à l’épreuve «pour la première fois depuis plusieurs années» en raison de soubresauts de la Bourse en fin d’année. Le dirigeant a tenu à rappeler l’attention portée à créer des portefeuilles «plus résilients». 


Le rendement positif est la preuve du succès de la stratégie, selon lui. «La valeur ajoutée importante créée cette année et sur cinq ans démontre l’efficacité de ce que nous avons mis en place, au bénéfice des Québécois.» La Caisse estime que sa surperformance par rapport à son indice de référence aura permis de générer une valeur excédentaire de 5,3 G$.


M. Sabia a reconnu qu’il y avait une incertitude quant à la possibilité d’une récession en 2019. S’il juge que les fondamentaux demeurent convenables, il ne sait pas si l’incertitude politique pourrait avoir un impact sur l’économie réelle. «Il y a un risque qu’en raison des incertitudes, qu’on puisse se convaincre d’une récession. Quels seront les impacts sur les investissements des entreprises ou sur la confiance des consommateurs ? Il est difficile de savoir ce qui va arriver et c’est pourquoi nous misons sur des portefeuilles résilients.»


Rendement par portefeuille


Les placements privés et les marchés immobiliers ont permis à la Caisse d’afficher un rendement positif. Les actifs réels, qui comprends immeubles et infrastructures, s’est appréciés de 9%, soit un peu moins que l’indice de référence à 10,1%. Les placements privés, pour leur part, affichent un rendement de 16,6%, mieux que les 8,7% de l’indice de référence.


La Caisse a tout de même fait mieux que la gestion indicielle sur les marchés boursiers. Ses portefeuilles d’action ont perdu 0,9% en 2018. C’est mieux que leur indice de référence en 2018, qui a décliné de 2,5%.


Cette perte survient à un moment où les marchés boursiers mondiaux ont connu leur pire année depuis la crise financière de 2008. Le S&P/TSX à Toronto a reculé de 8,9% en 2018. En comparaison, le portefeuille d’actions «Mandat Canada» a perdu 7,2%.


La stratégie du portefeuille «Qualité mondiale», près du tiers des portefeuilles d’actions publiques, progresse de 6,4%, comparativement à un recul de 0,8% pour l’indice de référence. «Nous avons investi dans les grandes entreprises, qui génèrent beaucoup de «cash », qui sont mieux positionnées pour résister à la turbulence du marché. C’est une bonne chose pour année tellement volatile comme en 2018.»


Québec


Au Québec, la Caisse a fait de nouveaux investissements de 7,3 G$ en 2018 dans les entreprises privées québécoises pour atteindre un actif de 44,3 G$ en placements privés. L’actif total au Québec s’établit à 63,8 G$.


 


 


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

La Caisse de dépôt et placement investit 260 M $ dans l'énergie solaire

La Caisse a en outre indiqué qu’elle voulait réduire son empreinte carbone de 25 % par dollar investi d’ici 2025.

La Caisse vend le Rockhill pour 268M$

Mis à jour le 10/05/2019 | Martin Jolicoeur

Sa filiale immobilière, Ivanhoe Cambridge, l'avait acheté pour 160M$ il y a huit ans.

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.