Des étudiants de Concordia vont rencontrer Warren Buffett

Publié le 14/11/2016 à 14:37

Des étudiants de Concordia vont rencontrer Warren Buffett

Publié le 14/11/2016 à 14:37

Par Stéphane Rolland

Photo: Gettyimages

Primeur. Une occasion unique pour la relève montréalaise des gestionnaires de portefeuille. Quinze étudiants de l’Université Concordia passeront quatre heures en compagnie de l’investisseur mythique Warren Buffett vendredi prochain, a appris Les Affaires.


Le troisième homme le plus riche au monde rencontre une dizaine de groupes d’étudiants par année. C’est le tour des quinze étudiants du Programme de gestion de portefeuilles Kenneth-Woods de l'École de gestion John-Molson de l’Université Concordia, le vendredi 18 novembre à Omaha au Nebraska. Pour les apprentis gestionnaires de portefeuille, c’est l’occasion de rencontrer et de poser des questions à la figure de proue de la stratégie «valeur».


«Nous enseignons une philosophie d’investissement à long terme, explique Reena Atanasiadis, directrice du Programme de gestion de portefeuilles Kenneth-Woods. À cet égard, Warren Buffett est l’homme idéal avec qui discuter de cette approche. Il a prouvé que cette stratégie-là fonctionne, d’avoir de la discipline et de choisir de bonnes sociétés.»


Dans le cadre de cette visite, les étudiants participeront à une session de deux heures où ils pourront poser leurs questions à l’Oracle d’Omaha. La rencontre sera suivie d’un dîner décontracté de deux heures avec M. Buffett.


«Les étudiants se sont bien préparés: ils ont fait leurs recherches sur Berkshire Hathaway(Tor., BRK.B) et sur la vie de Warren Buffett, raconte Mme Atanasiadis. Ils ont une trentaine de questions. C’est sûr que nous n’aurons pas le temps de poser toutes ces questions, mais nous pourrons aborder plusieurs sujets, que ce soit la géopolitique, les résultats des élections américaines et les tendances d’investissements.»


Après ce moment, la cohorte visitera trois entreprises de Berkshire Hathaway, la firme d’investissement de Warren Buffett: le détaillant de jouets et d’articles de décoration Oriental Trading, le détaillant de meubles Nebraska Furniture Mart et le bijoutier Borsheims.


Le Programme de gestion de portefeuilles Kenneth Woods a soumis sa candidature en janvier dernier. Le fait que les démarches aient abouti si rapidement démontre la qualité du programme, croit Mme Atanasiadis.


Elle mentionne que les étudiants gèrent eux-mêmes un portefeuille de plus de 2 millions grâce à un don de 1 million fait par Kenneth-Woods en 2000. «Nos étudiants rencontrent eux même les dirigeants des sociétés dans lesquelles ils investissent. Ils rédigent des rapports d’une soixante de pages et font des comités d’investissements avec les autres étudiants qui devront décider s’ils vont de l’avant avec cette idée ou non. Ce n’est pas le genre de travail que font les professionnels en début de carrière. C’est une occasion unique d’avoir ses responsabilités si tôt.»


Vendredi, ces mêmes étudiants auront la chance de discuter avec la source d’inspiration de nombreux investisseurs.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Un nouveau regard sur la diversification

BLOGUE INVITÉ. Dans le monde d'aujourd'hui, faut-il toujours chercher à diversifier son portefeuille d'actions?

Investir à long terme, malgré l'incertitude

BLOGUE INVITÉ. Quel est votre horizon de placement? Le professeur Warren Buffett peut vous guider à ce sujet.

À la une

CDPQ: un nouveau fonds d'investissement pour le secteur de l'IA

Il servira à propulser des entreprises qui développent ou commercialisent des produits qui touchent ce secteur.

Défi Start-up 7: Biotifull poursuit son chemin

18/03/2019 | Denis Lalonde

ENTREVUE. La start-up Biotifull a parcouru beaucoup de chemin depuis la 2e édition du Défi Start-up 7.

Défi Start-up 7: pourquoi intégrer un espace de co-travail?

18/03/2019 | Denis Lalonde

ENTREVUE. Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils considérer l'option d'intégrer un espace de co-travail?