St-Hubert et Bâton Rouge : des cibles potentielles?

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Mai 2015

St-Hubert et Bâton Rouge : des cibles potentielles?

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Mai 2015

Par Dominique Beauchamp

Une croissance rapide nécessitera des acquisitions de la part de Cara et le Québec fait partie de ses plans, car elle y compte seulement 61 de ses 837 restaurants.

«Globablement, Cara s'intéresse aux chaînes qui réalisent un chiffre d'affaires de 150 à 200 millions de dollars ou qui ont le potentiel d'atteindre cette marque», précise Sabahat Khan, de RBC Marchés des Capitaux.

Grâce à ses revenus annuels de 385 M$ et à ses 115 succursales, Les Rôtisseries St-Hubert pourraient-elles être une cible pour Cara ? M. Khan le croit : «Si l'entreprise se met en vente ou que la famille Léger songe à vendre un bloc de participation majoritaire, Cara serait un acheteur naturel», écrit-il.

St-Hubert donnerait à Cara une position de chef de file dans une région où la société ontarienne est peu présente.

Les synergies seraient importantes, étant donné la taille de la rôtisserie québécoise et les nombreuses similarités de menu avec celui de sa chaîne Swiss Chalet.

Cara pourrait aussi s'appuyer sur l'infrastructure de St-Hubert pour faire croître ses autres franchises dans la province.

Un intérêt pour Imvescor

L'analyste de RBC place aussi le Groupe Restaurants Imvescor (Tor., IRG, 1,84 $), le franchiseur mal en point des chaînes Mike's, Bâton Rouge, Scores, Pizza Delight et Commensal, dans la liste des proies potentielles.

«Le groupe offre quatre marques complémentaires et un potentiel de redressement», note M. Khan. Quelque 88 % de ses restaurants sont situés au Québec et dans les Maritimes.

L'analyste calcule qu'il en coûterait 135 M $ à Cara pour mettre la main sur Imvescor, soit un multiple de 7 à 9 fois le bénéfice d'exploitation de 15,2 M$ des 12 derniers mois.

Le franchiseur de 234 restaurants réalise un chiffre d'affaires de 371 M$.

«En intégrant le réseau de franchises d'Imvescor, Cara pourrait exploiter le levier de sa plateforme de services communs pour gonfler son bénéfice d'exploitation», explique M. Khan.

De surcroît, St-Hubert et Imvescor offrent toutes deux certains des produits de leur menu en épicerie, un filon que Cara occupe déjà avec les trempettes Swiss Chalet, et qu'elle veut développer.


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Votre chaîne d'approvisionnement peut-elle résister aux virus?

22/02/2020 | François Normand

ANALYSE - Les chaînes d'approvisionnement sont vulnérables. Voici trois stratégies pour réduire les risques de rupture.

Titans techno: un peu trop tôt pour parler de fièvre

BLOGUE. Les parallèles avec la bulle dot-com de 2000 se multiplient. Voici quelques repères.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

22/02/2020 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.