Noces prochaines entre les nouveaux fournisseurs sans-fil

Publié le 22/11/2011 à 12:20, mis à jour le 23/11/2011 à 12:45

Noces prochaines entre les nouveaux fournisseurs sans-fil

Publié le 22/11/2011 à 12:20, mis à jour le 23/11/2011 à 12:45

Par Dominique Beauchamp

Photo : Bloomberg

La consolidation entre les nouveaux fournisseurs sans-fil pourrait survenir beaucoup plus tôt que prévue, croient certains analystes.

«  Nous prévoyons que les nouveaux arrivants sans-fil s’acquerront ou s’allieront les uns aux autres, au cours de la prochaine année. Le changement de la garde à la présidence de Wind et de Mobilicity depuis six mois, ainsi que des revenus par abonné et un taux d’abonnement décevants déclencheront les unions » écrit Peter Rhamey, analyste chez BMO Marchés des capitaux.

En effet, le modèle d’affaires de Wind Mobile, Public Mobile et Mobilicity, qui misent sur les forfaits à bas prix, est fragile, note Dvai Ghose, analyste chez Canaccord Genuity.

De plus, Industrie Canada dévoilera sous peu les règles qui encadreront les prochaines enchères de fréquences sans-fil, qui devraient se tenir en 2012.

Industrie Canada invitera les entreprises de télécommunications à acheter des licences de spectre dans les bandes de basse fréquence de 700 mégahertz (Mhz).

Si le gouvernement fédéral ne réserve pas une partie des nouvelles fréquences aux nouveaux venus, comme il l’avait fait lors des enchères de 4,2 milliards de dollars de 2008, les nouveaux fournisseurs devront unir leurs forces pour être viables face aux géants Bell, Rogers et Telus, avance M. Ghose.

« Les nouvelles fréquences mises aux enchères sont vitales pour les nouveaux fournisseurs, car le signal voyage plus rapidement sur la bande de 700 MHz, diminuant le besoin de multiplier les tours et les cellules de transmission, pour éventuellement offrir le nouveau service de quatrième génération (LTE) », explique M. Ghose.

L’enjeu est tel que Naguib Sawiris, l’entrepreneur égyptien derrière la Canadienne Wind Mobile, a menacé, le 17 novembre dernier, de ne pas participer aux enchères et de quitter le Canada, si le gouvernement fédéral ne réserve pas une partie des licences aux nouveaux venus et s’il n’assouplit pas les règles de propriété étrangère des fournisseurs canadiens de télécommunications..

«  Nous prévoyons une consolidation entre les nouveaux fournisseurs sans-fil avant et après les enchères », dit M. Ghose.

L’épuration du nombre de fournisseurs devrait relever les revenus par abonné, diminuer le taux de désabonnement et compenser pour la hausse des coûts d’acquisition des abonnés, tout en rationalisant les coûts de la mise à niveau des réseaux, des acteurs issus des unions.

Wind Mobile pourrait s’unir à Mobilicity qu’elle concurrence en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique. Les deux entreprises ont des modèles d’affaires similaires, indique M. Ghose.

Vidéotron est aussi un acquéreur potentiel, puisqu’elle possède des fréquences sans-fil à Toronto. Toutefois, M. Ghose doute de l’intérêt pour l’entreprise de sortir du Québec puisque Vidéotron ne pourrait pas offrir en forfait son service de câble à l’extérieur du Québec, ce qui a fait son succès au Québec.

 

À la une

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.

Multiplier la déduction pour gain en capital, c'est possible?

19/04/2024 | WelcomeSpaces.io

LE COURRIER DE SÉRAFIN. Quelle est l'avantage de cette stratégie?