Initié: le président du CA de Stingray investit près d'1M$

Publié le 23/11/2017 à 11:39

Initié: le président du CA de Stingray investit près d'1M$

Publié le 23/11/2017 à 11:39

Par Stéphane Rolland

(Photo: Denis Lalonde)

Les déclarations d’initiés permettent de savoir ce que font les dirigeants des sociétés inscrites en Bourse avec leurs actions. Bien que des raisons personnelles puissent expliquer les transactions, certains investisseurs les analysent pour orienter leurs décisions de placement. Voici quelque transaction récente digne de mention.

Mark Pathy investit près d’un million dans Stingray

Le président du conseil d’administration de Stingray (RAY.A) continue de miser de grosses sommes sur le distributeur de musique. Mark Pathy a investi un peu moins d’un million dans l’entreprise montréalaise, selon les documents réglementaires consultés par Les Affaires.

Par le biais de son entreprise Mavrik Corp, l’homme d’affaires a acheté 104 000 actions à un prix de 9,14$, le 16 novembre dernier. Cela représente un investissement de 950 000$ pour celui qui siège également au comité des ressources humaines et de la rémunération. Sa participation atteint désormais 664 200 actions.

Ce n’est pas le seul vote de confiance de M. Pathy envers Stingray. En 2017, il a acquis pour un total de 520 200 actions de la société à des prix variant entre 7,90$ et 9,14$. Au moins une transaction importante a eu lieu chaque saison de l’année.

Il n’est pas le seul initié à accroître son pari dans la société. En septembre, Eric Boyko, le fondateur et PDG de l’entreprise, a acquis l’équivalent de 5M$ en actions. La transaction avait donné un élan au titre, car elle avait été faite à une prime de 15% afin de mettre la main sur une partie de la participation détenue par Télésystème, l’entreprise de la famille Sirois. 

 

Des analystes optimistes

L’investissement de M. Pathy survient tandis que la grande majorité des analystes sont optimistes pour les perspectives de Stingray en Bourse, selon une recension de Reuters. Des six qui suivent le titre, cinq émettent une recommandation d’achat et un seul suggère de le conserver.

L’action, pour sa part, a procuré un rendement de 7,9% depuis le début de l’année et de 30,5% depuis l’entrée en Bourse de l’entreprise, en juin 2015.

Drew McReynolds, de RBC Marchés des capitaux, est du camp des optimistes. La société offre une combinaison attrayante de croissance et de possibilité d’anticiper les résultats futurs, selon lui. La société est en mesure d’obtenir de la croissance tant des activités internes que des acquisitions. Parmi les forces du modèle d’entreprise, il souligne le fait qu’environ 86% des revenus de Stingray sont récurrents. Il émet une recommandation «surperformance» et une cible de 11$.

Bentley Cross, de Valeurs mobilières TD, est le seul à recommander la prudence. L’analyste continue d’aimer le modèle d’affaires et les perspectives de croissance. À 13,1 fois ses prévisions du bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA), M. Cross juge que le potentiel d’augmentation du multiple est limité. Il réitère sa recommandation «conserver» et une cible de 10$.

M. McReynolds concède que l’action «ne semble pas une aubaine». «Notre cible de 11$ ne s’explique pas par une expansion de multiple, mais par une appréciation des actifs de la société», précise-t-il.

À la une

Commerce en Asie: ne misons pas tout sur la Chine

07/12/2019 | François Normand

ANALYSE - Exporter, c’est un peu comme investir à la Bourse : il ne faut pas tout mettre ses œufs dans le même panier.

Michel Letellier, ancré dans la collectivité

Édition du 07 Décembre 2019 | François Normand

PDG DE L’ANNÉE – MOYENNE ENTREPRISE. Michel Letellier est assez unique au Québec.

Voici de quoi sont faits les PDG de l'année «Les Affaires»

04/12/2019 | Catherine Charron

BALADO. Prenez des notes. Qui sait, ça pourrait être vous l'an prochain...