Investir dans le pot: des risques à bien peser


Édition du 16 Juin 2018

Investir dans le pot: des risques à bien peser


Édition du 16 Juin 2018

Par Dominique Beauchamp

[Photo: 123RF]

Toute industrie émergente comporte des risques élevés, surtout lorsque l'engouement initial envers son potentiel l'emporte sur l'éventuelle réalité économique.

Voici les principaux risques que les investisseurs doivent garder en tête s'ils veulent s'y aventurer.

> Le marché annuel canadien était de 5,7 G$ en 2017, selon Statistique Canada. Il pourrait atteindre de 9,5 G$ à 12 G$ en 2025, selon des prévisionnistes (New Frontier Data et Cowen & Co). Tous les producteurs en Bourse cumulent déjà une valeur de 31 G$.

> L'évaluation du marché repose sur la vente au détail d'environ 800 000 kg alors que les producteurs capteront seulement 36 % du prix au détail. CIBC estime à 850 M$ le bénéfice d'exploitation potentiel que tous les producteurs pourront se partager en 2020.

> Le marché récréatif légal pourrait démarrer lentement, car la chaîne d'approvisionnement ne sera pas au point alors que le marché illicite est bien rodé.

> Les marges potentielles sont incertaines. Certains estiment que le cannabis dégagera des marges semblables à celles de l'alcool et du tabac, tandis que d'autres croient que la culture d'un produit agricole est peu rentable.

> Les marchés internationaux seraient de 5 à 10 fois plus imposants que le marché canadien et offrent un débouché aux producteurs de cannabis médical. Par contre, les exportations de cannabis récréatif sont proscrites dans les ententes commerciales. Ces pays auront éventuellement leurs propres producteurs.

> La construction prévue de serres est telle que l'industrie fonce droit vers une surcapacité qui pourrait faire tomber les prix avant taxes de 8 % par année entre 2021 et 2025, soit de 8 $ à 6,83 $ le gramme, selon Cowen & Co. Certaines estimations indiquent que la production prévue de 1,8 million de kg des quinze principaux fournisseurs est presque le double de la demande prévue.

> Les producteurs autorisés par Santé Canada se concurrenceront les uns les autres et devront aussi déloger le marché noir, dont les revenus sont estimés à 5,1 G$ au Canada, en 2017. Les producteurs illicites pourraient abaisser leur prix ou gonfler la concentration en THC, le principal élément psychoactif, pour garder leurs clients. Le plan de la SAQ prévoit déloger 35 % du marché illicite la première année, 45 % la deuxième et 55 % la troisième.

> En Ontario et au Québec, les détaillants contrôlés par les provinces dicteront les prix de gros. Les achats conclus par la SAQ, par exemple, prévoient un prix de gros de 4,50 $ le gramme.

> Une fois que la marijuana à usage récréatif sera légale, les titres des producteurs en Bourse se négocieront davantage en fonction de leurs coûts totaux de production, incluant la distribution, l'emballage et la mise en marché. On peut comparer cette transition à celle que connaissent les explorateurs miniers lorsqu'ils deviennent des producteurs de métaux.

> Les producteurs-grossistes ne capteront pas la marge au détail. Un producteur qui vendrait son cannabis séché à 5 $ le gramme, avec des coûts de production de 1,50 $ et d'autres coûts de 2 $, peut aspirer à une marge d'exploitation de 30 %, selon GMP.

> Les prix et les coûts ne sont pas les seules considérations. Les producteurs doivent avoir un acheteur contractuel pour leur cannabis. Même si un fournisseur peut produire à moins de 2 $ le gramme, il n'ira pas bien loin s'il ne peut pas écouler ses fleurs séchées à un détaillant.

> L'industrie canadienne pourrait bientôt avoir à jouer du coude pour du capital et de la visibilité, avec les nombreux producteurs américains qui ont l'intention d'imiter iAnthus Capital et Medmen et de s'inscrire à la Bourse Canadian Securities.

> Plusieurs producteurs misent sur les poudres comestibles et les concentrés, mais ces produits plus rentables ne pourront pas être offerts avant la fin de 2019, au plus tôt.

Consultez nos graphiques.

À la une

Bourse: Wall Street termine sans direction, craintes d'une récession

Mis à jour le 29/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en baisse de près de 150 points.

À surveiller: Couche-Tard, Air Canada, et Gildan

Que faire avec les titres d’Alimentation Couche-Tard, Air Canada et Vêtements de sport Gildan?

Les mythes de la table d’imposition

29/06/2022 | Thomas Gaudet

BLOGUE INVITÉ. Non, votre voisin n’est pas la référence en matière fiscale.