Si le Canada est en panne, c'est à cause... des chefs d'entreprise!

Publié le 25/09/2016 à 16:00, mis à jour le 26/09/2016 à 08:53

Si le Canada est en panne, c'est à cause... des chefs d'entreprise!

Publié le 25/09/2016 à 16:00, mis à jour le 26/09/2016 à 08:53

Les chefs d'entreprise canadiens ont une trop forte aversion au risque... Photo: DR

C'est aujourd'hui un secret pour personne, l'économie du Canada fait du surplace depuis la crise de 2007. La croissance de son produit intérieur brut (PIB) a stagné autour de 2% rien que ces trois dernières années et les prévisions de la Banque du Canada la placent à seulement 1,3% pour 2016, alors que le taux de croissance mondial prévu en juillet par le Fonds monétaire international (FMI) est de 3,1%.


Comment expliquer un tel immobilisme économique? Le cabinet-conseil Deloitte n'y va pas par quatre chemins pour avancer une explication : si l'économie canadienne est au neutre, c'est parce que les chefs d'entreprise ne sont pas assez courageux! C'est ce qu'avance en effet son tout nouveau rapport intitulé L'avenir appartient aux plus audacieux – Le Canada a besoin de plus de courage.


Découvrez les précédents billets d'Espressonomie


Et la page Facebook d'Espressonomie


Au cours de la dernière année, Deloitte a sondé 1 200 chefs d'entreprise d'un océan à l'autre, histoire de mieux comprendre le niveau de courage des organisations du pays. Et ce, en considérant qu'avoir du courage en affaires se traduisait par le fait de, simultanément :


> prendre des risques calculés;


> oser faire les choses autrement et remettre en question le statu quo;


> faire ce qui est juste;


> commencer tout changement par soi-même;


> unir pour inclure.



« Au Canada, 9 chefs d'entreprise sur 10 ne sont pas à la hauteur »


Résultat? Seulement 11% des chefs d'entreprise peuvent être considérés comme réellement courageux! C'est-à-dire que 1 chef d'entreprise sur 10 ne présente aucune lacune particulière dans chacune des cinq caractéristiques du courage en affaires.


Il ressort également ceci :


> Sur la bonne voie. 30% des chefs d'entreprise sont «sur la bonne voie» pour être considérés comme courageux, en ce sens qu'ils présentent des lacunes dans au moins un de ces critères.


> Hésitants. 43% des chefs d'entreprise sont, au mieux, «hésitants», n'étant pas particulièrement doués dans aucun de ces critères.


> Craintifs. 15%, soit plus de 1 chef d'entreprise sur 8, peuvent être considérés comme «craintifs» puisqu'ils n'affichent peu, voire aucune, des qualités d'un dirigeant courageux.


Bref, les experts de Deloitte concluent, laconiques : «Au Canada, 9 chefs d'entreprise sur 10 ne sont pas à la hauteur»! Ni plus ni moins.


Or, le courage, c'est justement ce qui permet à une entreprise de briller, à tout le moins plus que les autres. Là encore, les résultats du rapport de Deloitte sont sans équivoque :


> Revenus. 69% des entreprises courageuses ont affiché une hausse des revenus l'an dernier; en comparaison, seulement 46% des entreprises craintives ont vu leurs revenus augmenter.


> Revenus encore. 34% des entreprises craintives ont vu leurs revenus chuter l'an dernier; d'ailleurs, les entreprises craintives étaient deux fois plus susceptibles d'afficher une baisse de revenus que leurs homologues courageuses.


> Emploi. Les entreprises courageuses étaient plus susceptibles de voir leur nombre d'employés croître au cours de l'année dernière, contrairement aux entreprises craintives qui, elles, étaient plus susceptibles de voir leur nombre d'employés décroître.


Ce n'est pas tout! L'effarante aversion pour le risque des chefs d'entreprise canadiens n'a pas que des conséquences négatives sur les organisations qu'ils dirigent, elle en a également sur l'ensemble de l'économie du Canada. Pis, elle représente carrément un frein majeur à la croissance, selon Deloitte.


Pour preuve, ces quelques données qui ressortent de l'étude :


> R&D. 67% des entreprises courageuses ont l'intention d'accroître leurs investissements en recherche & développement (R&D) au cours des cinq prochaines années; de leur côté, seulement 22% des entreprises craintives entendent faire davantage de R&D.


> Innovation. 49% des entreprises courageuses ont mis sur le marché un nombre important de nouveaux produits ou services au cours des cinq dernières années; ce qui ne concerne que 23% des entreprises craintives. C'est bien simple, les entreprises craintives étaient les plus susceptibles de peu, voire pas du tout, sortir une nouveauté sur le marché au cours de cette même période de temps.


«Les entreprises qui font preuve de courage en affaires sont les véritables moteurs de l'économie canadienne. Leur audace permet de créer des emplois et d'assurer la prospérité de nos industries», souligne Marc Perron, associé directeur, Québec, de Deloitte. Et d'ajouter : «Nous voilà forcés de constater que les chefs d'entreprise canadiens ont une trop grande aversion au risque».


 


Un problème de myopie


La question saute aux yeux : pourquoi les chefs d'entreprise canadiens sont-ils si trouillards, n'osant pas, comme le dit M. Perron, «prendre des décisions fortes et parfois difficiles»? Eh bien, il semble que le problème découle en grande partie du fait que les chefs d'entreprise ont «tendance à surestimer leurs capacités, leurs investissements et leur état de préparation au changement», selon le rapport.


Un chiffre dit tout : alors que seulement 11% des chefs d'entreprise peuvent bel et bien être considérés comme courageux, près de la moitié des dirigeants (46%) affirment, lorsqu'on leur demande leur sentiment à ce sujet, qu'ils font preuve de courage dans leur quotidien au travail! Autrement dit, ils ont une perception erronée d'eux-mêmes, ce qui les empêche de corriger le tir, soit, d'entre autres : effectuer des investissements majeurs, explorer de nouvelles idées, ou encore saisir des occasions prometteuses. «Ce faisant, les entreprises dirigées par ces leaders-là perdent du terrain par rapport à leurs concurrentes», indique le rapport.


Le courage, ça consiste à faire ce qu'il faut pour le bien commun – ce qui n'est pas toujours facile, selon M. Perron. Et à le faire même lorsqu'on se sent accablé par la crainte, le doute, l'incertitude. Le courage, c'est d'oser se projeter en avant quand c'est difficile à faire, pas quand tout paraît facile à accomplir.


Faire preuve d'audace, donc. Car notre avenir commun en dépend. Directement. Irrévocablement.


Et ce, en visant avant tout le bien commun. À savoir, d'après Deloitte, non pas ses intérêts personnels – son salaire et les primes qui lui sont associées, sa carrière, ni même les intérêts de la seule entreprise –, mais bel et bien les retombées de ses décisions et actions sur l'ensemble de l'écosystème dans lequel évolue l'entreprise.


Le rapport de Deloitte présente cela comme la nécessité de faire ce qui est juste, en agissant en tant que «partenaire de la croissance économique du pays». Et de lancer un touchant cri du coeur, tant il y a urgence :


«Soutenez la croissance au moyen de partenariats et d'investissements dans des start-ups, de programmes de formation pour vos nouveaux employés, de meilleurs programmes sociaux. Car cela contribuera à créer une société plus prospère et équitable. (...)


«Concentrez-vous sur le long terme. Certes, toutes les entreprises doivent générer un rendement pour couvrir le coût du capital, mais sachez que celles qui parviennent à se concentrer sur la croissance durable sont toujours en meilleure posture que les autres pour apporter de la valeur aux actionnaires, aux employés et au pays tout entier. Ce qui peut notamment se faire en créant un lien plus étroit entre la rémunération et le rendement à long terme des travailleurs et des dirigeants ainsi qu'en déterminant des objectifs de l'organisation autres que la génération de profits.»


Voilà. C'est dit. Il y a moyen de devenir audacieux, vraiment audacieux en affaires, et d'ainsi contribuer à un monde meilleur. C'est même un devoir que se doit d'avoir en tête tout chef d'entreprise digne de ce nom.


Et le rapport de Deloitte de conclure : «La simple réalité, c'est que les chefs d'entreprise du Canada doivent trouver du courage et y donner libre cours. Il en va de notre avenir à tous».


*****


Espressonomie


Un rendez-vous hebdomadaire sur Lesaffaires.com, dans lequel Olivier Schmouker éclaire l'actualité économique à la lumière des grands penseurs d'hier et d'aujourd'hui, quitte à renverser quelques idées reçues.


 

À propos de ce blogue

ESPRESSONOMIE est le blogue économique d'Olivier Schmouker. Sa mission : éclairer l'actualité économique à la lumière des grands penseurs d'hier et d'aujourd'hui. Ce blogue hebdomadaire présente la particularité d'être publié en alternance dans le journal Les affaires (papier/iPad) et sur Lesaffaires.com. Olivier Schmouker est chroniqueur pour Les affaires et conférencier.

Sujets liés

Économie

Sur le même sujet

Pourquoi éviter les obligations du Canada

Édition du 20 Avril 2019 | Richard Guay

CHRONIQUE. Avec le prix des actions qui ne cesse de monter depuis le début de l'année, le marché boursier ...

Le Canada veut plus d'étudiants étrangers

Les retombées économiques des étudiants étrangers ont presque doublé de 2010 à 2016.