Le prix médian des condos montréalais dépasse maintenant les 350$ le pi2

Publié le 30/01/2019 à 09:40

Le prix médian des condos montréalais dépasse maintenant les 350$ le pi2

Publié le 30/01/2019 à 09:40

BLOGUE INVITÉ. Après quelques années plus difficiles, les reventes de copropriétés se sont accélérées au cours des deux dernières années. L’île de Montréal à elle seule influence grandement le marché québécois des copropriétés considérant qu’en 2018, 43% des condominiums vendus dans la province étaient situés dans l’agglomération de Montréal.


Sur l’île de Montréal, environ 10 800 copropriétés (neuves exclues) ont été vendues en 2018, ce qui représente une hausse de 15% par rapport à l’année dernière et montre bien l’engouement pour ce type de propriétés. 


La forte demande a permis une hausse des reventes, mais également une augmentation des prix au-dessus de l’inflation.


Le prix médian au pied carré des copropriétés revendues a grimpé de 6% pour atteindre 352$ selon les données colligées par JLR, société d’Equifax, à partir des actes publiés au Registre foncier du Québec. Au cours de la même période, l’inflation a été d’environ 2%, une hausse de valeur réelle est donc observée.


Évolution du prix médian au pied carré – île de Montréal


Le prix d’une copropriété et son évolution peuvent fluctuer largement selon l’arrondissement où elle se trouve. Généralement, plus on s’approche du centre-ville plus le prix au pied carré est élevé.


La ville de Westmount affiche, sans surprise, le prix médian au pied carré le plus élevé payé en 2018 parmi tous les arrondissements et villes de l’île de Montréal où un nombre suffisant de copropriétés ont été vendues pour permettre l’établissement d’un prix médian représentatif. Dans ce secteur, le prix médian au pied carré pour les reventes atteint 532$. Il s’agit du seul endroit où le prix médian au pied carré dépasse 500$. Pour cette ville, le prix médian au pied carré a bondi de 7% cette année et de 30% sur 5 ans.


Les deux autres territoires les plus chers sont ceux de Ville-Marie (465$/pi2) et Sud-Ouest (462$/pi2). Les trois secteurs avec les prix les plus élevés font également partie des 5 endroits où le coût a crû le plus rapidement au cours des 5 dernières années, c’est-à-dire de plus de 20%.


Source: JLR


À l’opposé, seul le secteur de Rivière-des-Prairies/Pointe-aux-Trembles continue d’afficher un prix inférieur à 200$/pi2, avec un prix médian de 187$/pi2. D’ailleurs, dans cet arrondissement, malgré une croissance des prix de 2% cette année, le prix médian au pied carré est 1% plus faible que l’année dernière. Bref, il existe des différences dans l’évolution des prix selon les secteurs de l’île.


L’est de l’île semble avoir été plutôt au ralenti au cours des dernières années comparé au reste de l’agglomération. Anjou et Rivière-des-Prairies affichent toutes deux des baisses du prix médian au pied carré sur 5 ans, alors que Saint-Léonard (+1%), Montréal-Nord (+4%) et Mercier-Hochelaga-Maisonneuve (+6%) affichent de faibles hausses sur 5 ans. Ces augmentations sont inférieures à la croissance sur l’ensemble de l’île et également inférieures à l’inflation sur la période.


À surveiller


Le marché immobilier en 2018 a été particulièrement dynamique et en a surpris plusieurs. Pour 2019, la croissance des ventes risque d’être plus modérée, même si plusieurs facteurs vont continuer de soutenir le marché immobilier.


La bonne tenue de l’emploi et l’arrivée de nombreux immigrants devraient aider à faire croître la demande. Qui plus est, la progression des taux d’intérêt pourrait être plus lente qu’il était prévu il y a quelques mois.


D’un autre côté, l’offre d’unités neuves devrait augmenter en 2019, car le nombre d’unités en construction dans la ville de Montréal est passé de 6561 en décembre 2017 à 7431 en décembre 2018. Par conséquent, plusieurs unités sont susceptibles d’intégrer le marché en 2019 ce qui diminuera la pression sur le marché de la revente.


*Les superficies des copropriétés utilisées pour l’analyse correspondent à celles inscrites au rôle foncier. Cela implique que les stationnements et les balcons ne sont pas inclus dans les espaces mesurés pour le calcul de la taille d’une copropriété. Ceux-ci peuvent toutefois avoir un impact important sur la valeur des propriétés.


Pour plus de détails sur les prix au pied carré des copropriétés dans votre secteur, vous pouvez consultez l’étude complète de JLR


Lire mes autres articles


Me suivre sur Twitter : @JFontaineJLR

À propos de ce blogue

Économiste chez JLR Solutions foncières, Joanie Fontaine analyse le marché immobilier et ses différentes composantes. Titulaire d’une maîtrise en économie, elle réalise des études statistiques à partir de la base de données de JLR comptant plus de 6,5 millions de transactions, en plus des rôles d’évaluation municipale, des permis de construction et des recensements de Statistique Canada. JLR est la seule entreprise au Québec à disposer de l’historique de toutes les transactions immobilières réalisées depuis 1986.www.jlr.ca

Joanie Fontaine

Sur le même sujet

Mauvaises créances immobilières: fin de la baisse?

04/04/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INIVTÉ. Depuis 2015, le nombre de préavis d'exercice diminue. Mais en ce début d'année, il a cessé de baisser.

Plus d'acheteurs étrangers, mais la proportion demeure faible

19/03/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les Chinois représentent le tiers des acheteurs étrangers de propriétés résidentielles à Montréal.