Voici comment combiner impact financier, social et environnemental

Publié le 09/02/2018 à 08:39

Voici comment combiner impact financier, social et environnemental

Publié le 09/02/2018 à 08:39

Le 10 finalistes de la 3e cohorte Mouvement ont décliné leur idée d'entreprise en 3 modèles d'affaires: économique, social et envrionnemental

«Vos partenaires aident votre entreprise à produire et à vendre. La communauté, elle, vous aide à exister. » Maxime Desjardins, fondateur de l’agence Atelier qui accompagne les entreprises dans leur transition vers des modèles d’affaires durables combinant impact économique, social et environnemental


 Les entrepreneurs et les dirigeants travaillent avec la matrice d’affaires (business model canevas) depuis une bonne dizaine d’années. Ce concept, codéveloppé par Yves Pigneur et Alex Osterwalder, illustre une idée d’affaires sur une matrice comportant neuf cases.


Voici un exemple.


La matrice économique



Ce modèle purement économique décrit comment l’entreprise crée et capture de la valeur financière.


Bien que très utile, cet outil a ses limites. Dans un monde où on évoque de plus en plus l’impact social et environnemental des entreprises, il semble logique de décortiquer l’un et l’autre avec la même minutie.


C’est ce que propose Alexandre Joyce, conseiller en innovation et stratégie au Desjardins Lab. Il a créé deux autres matrices: la matrice sociale et la matrice environnementale. Celles-ci adoptent le même format à neuf cases que la matrice économique. Les voici.


La firme montréalaise Atelier utilise ces trois dimensions du modèle d’affaires - qu’elle inclut dans un outil nommé Capsules - pour aider les organisations à élargir leurs horizons.


Remplir ces matrices permet d’identifier les risques associés aux activités d’une entreprise et de les réduire. Mais il aide surtout à mettre le doigt sur de nouvelles occasions d’affaires en arrimant les activités économiques d’une entreprise avec des tendances, des besoins ou des contraintes sociales ou environnementales. En combinant une matrice économique, une matrice sociale et une matrice environnementale, une entreprise accroit sa pertinence.


Comme le dit le Britannique, Simon Sinek, auteur de «Start with why»: «Les gens n’achètent pas ce que vous produisez. Ils achètent la raison pour laquelle vous le produisez.»



J’ai assisté à l’atelier que Maxime Desjardins a donné aux finalistes du concours Mouvement, organisé par Novae. J’aimerais partager avec vous ce que j’ai appris.


Explorons d’abord la matrice sociale.


La matrice sociale



Débutons par une grande question philosophique: comment allez-vous changer le monde?


Si votre entreprise disparaît, cela changerait-il quelque chose à la vie de vos clients, ou achèteraient-ils ailleurs sans se poser de question?


Si cette question vous intimide, Maxime Desjardins vous propose d’en réduire la portée: comment changez-vous, ou comptez-vous changer, votre industrie?


Soyons plus précis avec trois questions suivantes :


1-Quelle clientèle allez-vous transformer et comment?


2-Quel type de transformation allez-vous générer (ex : habitudes de vie.)


3-Par quel indicateur allez-vous mesurer cette transformation ?


Le canevas social s'intéresse aussi aux employés


1-Comment l’organisation est-elle gérée?


2- Comment traitez-vous les employés? Quels bénéfices tirent-ils à travailler pour votre entreprise?


Voici deux exemples de valeur sociale que des finalistes de l’édition 2018 du concours Mouvement ont énoncé pendant cet atelier :


«Nous luttons contre la surconsommation en favorisant la consommation durable à échelle humaine avec relation directe avec les producteurs d’objets .» Ericka So, fondatrice de la platerforme d'aide à la gestion pour artisans Cabale



«Nous allons changer le monde en permettant aux gens de trouver des espaces pour se réaliser.» Mathilde Rudloff, coordonnatrice générale d’Entremise, un OBNL qui facilite les usages temporaires et transitoires dans les bâtiments vacants



 


Pour vous rédiger votre propre matrice, voici, en détail, le contenu des neuf catégories de celle-ci.



Passons à la matrice environnementale. Celle-ci s’inspire de l’analyse cycle de vie.


La matrice environnementale



Cette fois, vous passez en revue les ressources que votre production requiert, l’impact de vos méthodes de production et de distribution et ce qu’il advient de votre produit lorsqu’on cesse de l’utiliser.


Parmi les questions importantes :


1-Comment vos activités économiques affectent-elles l’environnement? (GES, écosystèmes, santé humaine, utilisation des ressources, etc.)


2- Comment comptez-vous contribuer à régénérer l’environnement?


«Pour faciliter la rédaction de votre matrice environnementale, je vous suggère de prendre une unité de votre produit et de décortiquer les ressources qu’elle utilise. Je vous suggère aussi de vous inspirer des coûts de votre matrice économique pour identifier tout ce que votre production utilise comme ressources », dit Maxime Desjardins.


Voici le détail du contenu des cases de la matrice environnementale.



Maintenant que vous avez vos trois matrices, quelle est la prochaine étape?


Assurez-vous que celles-ci s’avèrent cohérentes entre elles.


Ultimement, vous devriez être capable de rédiger l’énoncé synthèse suivant, qui encapsule votre raison d’être à travers ses trois missions (économique, sociale et environnementale).


L'énoncé de synthèse


«Chez (le nom de votre entreprise) nos (produits et services) aident (groupe de clients sur qui vous souhaitez avec un impact) qui veulent (besoins primaires) pour (ambitions) et (mission sociale).»


Pour poursuivre votre réflexion sur les modèles d’affaires innovants et durables, je vous invite à assister à la finale du concours Mouvement, qui se tiendra le 13 février prochain. Qui sait, les modèles d’affaires des finalistes vous inspireront peut-être des idées pour votre entreprise.

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueuse au journal Les Affaires et a dirigé le magazine Commerce pendant sept ans. Elle est régulièrement invitée à commenter l'actualité économique dans les médias. Auteure de trois livres (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J'ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à transmettre sa passion du monde des affaires et de l'économie. «Le fil de Diane» vous aidera à trouver votre chemin à travers la masse d'informations économiques disponibles sur Internet.

Diane Bérard

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Quatre titres qu'il est tentant de jouer à l'envers

Édition du 28 Juillet 2018 | François Pouliot

CHRONIQUE. Oh là, cinq recommandations de vente ! Devrait-on jouer ces titres à l'envers ? Il est assez rare qu'une...

Quel est le secret de la réussite à long terme?

17/08/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il tient en un truc aussi simple qu'efficace, qui ne prend que 5 minutes par jour...