Bérard - Pourquoi 17 000 personnes veulent, tout à coup, travailler chez Yahoo

Publié le 22/10/2013 à 15:48, mis à jour le 22/10/2013 à 16:37

Bérard - Pourquoi 17 000 personnes veulent, tout à coup, travailler chez Yahoo

Publié le 22/10/2013 à 15:48, mis à jour le 22/10/2013 à 16:37

BLOGUE. Il y a un an, 2000 personnes ont postulé pour un emploi chez Yahoo. Cette année, ils étaient 17 000. Pourquoi pareille augmentation? Quelles leçons d’autres employeurs peuvent-ils en tirer?

Yahoo partait de loin. Ex-enfant chérie des techos, sa direction et son conseil d’administration étaient devenus des siège éjectables. Impossible de trouver le bon candidat. Et Yahoo a raté un virage après l’autre.

En juillet 2012, le CA choisit Marissa Mayer, la geekette en chef de Google, pour reprendre le contrôle. Une femme trentenaire, enceinte jusqu’aux yeux!

Madame Mayer est accueillie avec le mélange d’étonnement, de ravissement et de perplexité que l’on réserve aux candidats venus de champ gauche. Depuis, on l’a tour à tour encensée et honni. Lorsqu’elle interdit le télétravail, par exemple, l’onde de choc se fait sentir jusqu’en Grande-Bretagne où Richard Branson lui-même affirme qu’elle ne comprend rien au monde du travail de 21e siècle. Les blogues technos aussi la descendent aux enfers. Elle répond qu’avoir tout le monde présent est essentiel pour ranimer la culture Yahoo!

Pourquoi 17 000 personnes veulent, tout à coup, travailler chez Yahoo?

Parce que Marissa Mayer a joué la défense plutôt que l’attaque. Inspirée par son mentor chez Google, Eric Schmidt, Marissa Mayer a joué la facilitatrice plutôt que l’instigatrice. Elle s’est occupée de retirer tout ce qui empêchait ses employés de compter, tout ce qui nuisait à leur travail.

Comment?

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Sur le même sujet

Bérard - Une pétition pour légaliser le 8e groupe hôtelier au monde, airbnb

Mis à jour le 14/11/2013

BLOGUE. Connaissez-vous le site de location de maisons/appartements airbnb ? Lancé en 2008 à San ...

Bérard - Les 10 détaillants québécois perçus comme les plus responsables

Mis à jour le 13/11/2013

BLOGUE. Plus de 4 Québécois sur 10 seraient prêts à boycotter un détaillant qui ...

Blogues similaires

Comment (enfin) savourer vos congés d'été?

21/06/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est qu'étrangement les Québécois ont le chic pour... rater leurs vacances!