Après la ville intelligente, la ville "humainement intelligente"

Publié le 19/08/2014 à 09:39

Après la ville intelligente, la ville "humainement intelligente"

Publié le 19/08/2014 à 09:39

La ville "humainenement intelligente" conjugue espaces publics réels et espaces publics virtuels.s.

Le semaine dernière, je vous ai parlé de l’initiative « jevoismontréal.com » ainsi que des six tendances qui influencent l’avenir des villes (telles que vues par le Forum économique mondial). Poursuivons sur le thème de la ville car, aux quatre coins de la planète, celle-ci devient le principal moteur de la croissance.

Cet automne, mon collègue Julien Brault visitera quelques unes des villes numériques les plus avancées au monde pour produire une série de reportages. Si les villes ont la cote, les villes numériques encore plus. Montréal, d’ailleurs, suit la vague. Depuis août, l’administration Coderre a nommé un directeur de la ville numérique, Stéphane Goyette.

Quelles images la ville numérique évoque-t-elle pour vous ? Internet sans fil disponible partout, probablement. On pense spontanément quincaillerie, accès Internet, données ouvertes (tout ce qui a trait au gouvernement en ligne et à la démocratie ). C’est vrai, mais ce n’est pas tout.


« La ville 'humainement intelligente" conjugue espaces publics réels et espaces publics virtuels. »

Le concept de ville numérique, ou ville intelligente, évolue. Il prend de la maturité. Nous migrons vers une ville que j'ai baptisée « humainement intelligente ».

Dans ce esprit, j'ai lu ce matin une réflexion fort pertinente sur le site français Influencia. L’article s’intitule « La ville digitale : fini le tape à l’œil ! ». Il transpose le concept d’espace public réel en espace public virtuel.

Les espaces publics sont essentiels aux villes. Ce sont les lieux où les citoyens se retrouvent, font connaissance, se découvrent. Les espaces publics sont aussi les lieux où les citoyens entrent en contact avec l’art. On y expose souvent des sculptures, des photos et des installations ou encore on y présente des spectacles. Les espaces verts sont les poumons des villes. Les espaces publics, eux, en sont le cœur.

La ville numérique doit aussi se soucier de ses espaces publics. Ces espaces ce sont les plateformes d’information et d’échange entre citoyens. On ne branche pas une ville uniquement pour mieux gérer ses infrastructures (bien que cela constitue un excellent point de départ). On la branche aussi pour profiter et multiplier l’intelligence collective. Le concept d’espace public numérique existe déjà. Les citoyens n’ont pas attendu après leurs municipalités pour en créer. Mais les espaces publics numériques des villes remplissent une fonction particulière. Ils favorisent la cohésion entre les citoyens, la mobilisation et le sentiment d'appartenance. Particulièrement les espaces publics de proximité, ceux qui permettent de développer des liens de voisinage et , éventuellement, des quartiers plus entreprenants. Les espaces publics numériques des villes deviennent des lieux d’expression pour les influenceurs qui entraîneront d’autres citoyens dans leur sillon. Chaque quartier possède ses commerçants plus actifs, ses parents plus impliqués, ses citoyens plus militants. L’espace public numérique permet à leurs idées de faire davantage de bruit. La ville « humainement intelligente » exploitera conjointement l’espace public réel et l’espace public virtuel pour que les interactions entre les citoyens naviguent d’un univers à l’autre. Et profiter ainsi du meilleur des deux mondes.

ME SUIVRE SUR TWITTER : diane_berard

 

À propos de ce blogue

Diane Bérard est chroniqueur et journaliste de solutions pour la marque Les Affaires. Elle contribue à l’édition papier, au contenu web et à l’animation des événements. Elle pratique le journalisme de solutions qui consiste à présenter, avec un regard critique, des initiatives qui tentent de résoudre des problèmes sociétaux. Ses champs d’intérêt sont le nouveau capitalisme, l’innovation sociale, l’éthique, la gouvernance et la finance socialement responsable. Elle est régulièrement invitée à commenter ces enjeux dans les médias. Elle a coécrit quatre best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi, J’ai perdu ma montre au fond du lac, La chaise rouge devant le fleuve). Son blogue, «Le fil de Diane» aide le lecteur à trouver le chemin vers une économie à impact sociétal positif.

Diane Bérard

Blogues similaires

Employeurs, et si vous vous souciiez (enfin) des employés malentendants...

21/11/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. C'est que 10% de vos employés souffrent, souvent en silence, d'une perte auditive pénalisante...