Une fois dans l'OMC, la Russie sera plus accessible

Publié le 03/12/2011 à 00:00

Une fois dans l'OMC, la Russie sera plus accessible

Publié le 03/12/2011 à 00:00

Après 18 ans d'âpres négociations, la Russie grossira en 2012 les rangs de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), gendarme des échanges internationaux. Les entreprises et les investisseurs étrangers auront ainsi un meilleur accès au marché russe.

La Russie devra en effet réduire ses tarifs douaniers et ses barrières non tarifaires, tout en permettant aux étrangers d'investir plus librement dans certains secteurs. L'accès à celui des hydrocarbures - jugé très stratégique par Moscou - est très limité actuellement.

Cette plus grande ouverture signifie que les entreprises canadiennes pourront vendre plus facilement dans ce pays de 142 millions d'habitants, dont le PIB compte pour 2,8% de l'économie mondiale. Le fabricant de produits d'emballage et de papiers tissus, Cascades, fait partie des entreprises qui en profiteront. Il vend déjà en Russie et souhaite y accroître ses revenus, notamment à Moscou.

Selon le ministère du Commerce international du Canada, les entreprises canadiennes exportent des dizaines de milliers de produits en Russie, dont chacun est soumis à un tarif douanier individuel. Tous ces tarifs diminueront à différents rythmes entre 2012 et 2020, mais ne seront pas éliminés. L'OMC n'est pas synonyme de libre-échange.

En 2011, le tarif moyen imposé par la Russie aux entreprises étrangères était de 10%: il réduira jusqu'à 7,8%. En particulier, le tarif moyen sur les produits agricoles glissera de 13,2 à 10,8%, tandis que celui sur les produits manufacturés passera de 9,5 à 7,3%.

En Russie comme dans les autres pays du BRIC, la classe moyenne et les nouveaux riches ont soif de produits et de services étrangers. De 2011 à 2013, le pays privatisera plusieurs sociétés d'État, des entreprises dans lesquelles les étrangers pourront investir.

Malgré son potentiel, la Russie demeure un pays risqué, voire dangereux, disent les analystes. La corruption demeure un «problème constant», selon Exportation et développement Canada, qui a un bureau en Russie.

Brasser des affaires y est difficile. Cet automne, BNP Paribas s'est en partie retirée des services bancaires aux particuliers en Russie. Le mauvais climat d'investissement serait en cause, selon les analystes. Standard & Poor's estime même que le retour annoncé de Vladimir Poutine à la présidence de la Russie, en 2012, pourrait nuire à l'économie.

LES SECTEURS CLÉS POUR LES ENTREPRISES CANADIENNES EN RUSSIE

Technologies de l'information et des télécommunications

Équipement et services pétroliers et gaziers

Équipement et services miniers

Produits agricoles et agroalimentaires

Matériel agricole et équipement forestier

Transports

Source : Exportation et développement Canada

À la une

Il faut concentrer les investissements en R-D, dit le Conseil de l’innovation du Québec

24/04/2024 | Emmanuel Martinez

L’État devrait davantage concentrer les investissements en R-D dans certains secteurs, selon le Conseil de l’innovation.

Repreneuriat: des employés au rendez-vous

23/04/2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Le taux de survie des coopératives est bien meilleur que celui des entreprises privées.

De nouvelles règles fiscales favorisent le repreneuriat familial

Édition du 10 Avril 2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Elles devraient stimuler le transfert d'entreprise à des proches.