Un site qui dévoile l'empreinte écologique des produits

Publié le 30/05/2009 à 00:00

Un site qui dévoile l'empreinte écologique des produits

Publié le 30/05/2009 à 00:00

Les bureaux de Sylvatica Montréal, situés rue Saint-Hubert, ont plus à voir avec un appartement d'étudiant qu'avec les locaux au design chromé du centre-ville. Pourtant, il s'y trame un des projets de recherche les plus innovateurs en matière d'approvisionnement responsable : Earthster. Le principe ? Offrir, en quelques clics, un portrait quantifié et synthétisé de l'impact environnemental et social d'un produit, qu'il s'agisse d'une chaise de bureau ou d'un ordinateur.

L'idée vient de Gregory Norris, professeur en analyse du cycle de vie à l'Université Harvard, qui s'est associé à des montréalais pour le réaliser. Le principe est simple. L'entreprise qui veut vendre un produit remplit un formulaire en ligne. Elle y inscrit, entre autres, les gaz et les produits rejetés dans l'environnement lors de la production, la quantité de matières premières utilisées, etc. Au bout du processus, elle obtient une analyse du cycle de vie. À terme, on y inclura aussi des données sociales, comme le respect des droits de la personne. L'entreprise peut ensuite, si elle le désire et, évidemment, si les résultats lui font honneur, diffuser ces informations auprès des acheteurs.

Ces derniers - et l'entreprise elle-même - pourront par la suite comparer les propriétés du produit avec celles d'un produit concurrent ou avec la moyenne de l'industrie concernée. Pour des raisons de confidentialité, seul un résumé des données sera accessible aux regards externes. " Le principe est d'offrir aux entreprises un motif d'améliorer constamment leur bilan social et environnemental ", explique Gregory Norris.

Un choix éclairé

Daniel Normandin, directeur du CIRAIG, le Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services, suit le projet de près. Selon lui, le système s'attaque à un problème important en matière d'approvisionnement. " Actuellement, les acheteurs ne sont pas outillés pour choisir entre deux produits ayant obtenu la même certification, dit-il. Earthster, fondé sur l'analyse du cycle de vie, dresse un portrait plus précis. "

Le projet, qui a débuté en 2004, s'est attiré des appuis de taille. Earthster est notamment financé par Caterpillar, Tetra Pak et Stonyfield Farm, de même que par l'Environnemental Protection Agency, le ministère de l'Environnement américain.

Earthster est déjà opérationnel, mais en système fermé, l'accès étant limité aux entreprises partenaires. Sylvatica entend l'ouvrir aux usagers externes d'ici un an.

Mais, de l'aveu même de Gregory Norris, il reste beaucoup à accomplir. L'un des défis est la validation des données. " Elles doivent faire l'objet d'une certification par une tierce partie. Autrement, on pourrait inscrire ce qu'on veut, dit-il. Nous étudions différentes possibilités. "

Il faudra faire vite, car la concurrence s'organise. " Nous venons d'apprendre que Microsoft planchait sur un système similaire. Cela nous incite à bouger plus rapidement ! ", dit Gregory Norris.

Sylvatica, PQ

C'est en 2005 que Pascal Lesage, alors finissant au doctorat en analyse du cycle de vie, assiste à une conférence donnée par Gregory Norris, à Montréal. Il en ressort emballé.

" Il nous a présenté le projet Earthster. Ça m'a complètement épaté ", raconte-t-il.

Après quelques mois, M. Lesage reprend contact avec M. Norris dans l'idée d'effectuer un post-doctorat à ses côtés. Mais au fil des discussions, ils décident plutôt de devenir partenaires d'affaires, en se partageant la direction de Sylvatica, une firme de recherche et consultation en analyse du cycle de vie.

Pascal Lessage dirige le bureau de Montréal, Gregory Norris, celui de York, dans le Maine. Parmi leurs clients figurent Hewlett-Packard et International Paper. La firme vient aussi de terminer un important mandat pour Wal-Mart.

C'est essentiellement à Montréal que s'élabore le projet Earthster. Évoquant la concurrence de Microsoft, Pascal Lessage compare le phénomène à la course du déchiffrage du génome humain. " Sauf que dans ce cas, il s'agit de déchiffrer le génome écologique ", dit-il.

CYCLE DE VIE D'UN PRODUIT

1

Acquisitions des ressources

Extraction

Transformation

2 Fabrication

Assemblage

Emballage

3 Distribution

Entreposage

Manutention

Transport

4 Utilisation

Entretien

Réparation

Réutilisation

5 Fin de vie

Collecte

Recyclage

Valorisation

Enfouissement

Source : CIRAIG

dossiers@transcontinental.ca

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Détrompez-vous, la hausse ne profite pas qu'aux GAFAs

BLOGUE. Surprise. Le mouvement haussier commence à gagner des secteurs plus cycliques.

Donald Trump s'en prend à nouveau à l'aluminium canadien

De nouveaux tarifs douaniers seront imposés.

Bourse: le Nasdaq franchit la barre des 11000 points

06/08/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. L'indice a une nouvelle fois profité de la bonne santé de plusieurs de ses valeurs phares.