Qu'est-ce que la population n'accepte plus de la part des promoteurs ?

Publié le 31/01/2009 à 00:00

Qu'est-ce que la population n'accepte plus de la part des promoteurs ?

Publié le 31/01/2009 à 00:00

Par Dominique Froment

D'être tenue dans l'ignorance et de ne pas participer aux décisions qui auront un impact majeur sur sa qualité de vie. Trop souvent, les promoteurs consultent localement pour des projets d'intérêt national, comme les projets hydroélectriques. Ça concerne tous les Québécois, même si 99,9 % d'entre eux ne verront jamais la rivière qui a été détournée.

Comment arriver à distinguer, parmi toutes les voix qui s'élèvent lorsqu'un projet est annoncé, la volonté de la majorité de la population ?

C'est Claude Béland [ancien président de Desjardins] qui disait que la société civile organisée n'est pas représentative de l'ensemble de la société. Cela signifie que certains groupes de pression ne représentent qu'eux-mêmes. C'est pourquoi la façon de faire traditionnelle du promoteur, qui consiste à attendre les commentaires sur son projet, est dépassée. La majorité silencieuse réussit rarement à se faire entendre dans ce processus souvent infiltré par des lobbys bien organisés. Le promoteur ne doit pas attendre passivement les commentaires et suggestions, mais aller au-devant de la majorité silencieuse pour solliciter son opinion.

Quel est la recette du succès pour "vendre" un projet à la population ?

Il faut lui donner une chance réelle d'influencer son projet. Et pour cela, il faut la faire participer assez tôt et ne pas arriver avec un projet tout ficelé. Mais le promoteur ne doit pas tomber dans l'excès contraire et présenter une page blanche à la population, sinon ça va aller dans toutes les directions. Le promoteur ne doit pas essayer de contrôler l'information; aujourd'hui, avec les moyens de communication, c'est impossible. Il est préférable de consacrer ses efforts à diffuser son message.

Avez vous un exemple du meilleur et du pire en matière d'acceptabilité sociale ?

Deux projets auxquels le Cirque du Soleil a participé : la Tohu et le Casino de Montréal. Le premier répondait très bien aux besoins de la communauté, alors qu'avec le Casino, les promoteurs ont commis l'erreur de croire qu'il suffisait d'associer le projet au Cirque du Soleil pour que la population l'"achète".

"La population n'accepte plus d'être tenue dans l'ignorance"

60 secondes avec...

Nom: Julie Caron-Malenfant

Âge: 32 ans

Fonction: Présidente

Entreprise: C3 Consensus

Après sa maîtrise en sciences poilitiques, elle a travaillé dans le développement local au Mexique. C'est là qu'elle a eu l'idée de devenir consultante en acceptabilité sociale.

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...