Qu'est-ce que la population n'accepte plus de la part des promoteurs ?

Publié le 31/01/2009 à 00:00

Qu'est-ce que la population n'accepte plus de la part des promoteurs ?

Publié le 31/01/2009 à 00:00

Par Dominique Froment

D'être tenue dans l'ignorance et de ne pas participer aux décisions qui auront un impact majeur sur sa qualité de vie. Trop souvent, les promoteurs consultent localement pour des projets d'intérêt national, comme les projets hydroélectriques. Ça concerne tous les Québécois, même si 99,9 % d'entre eux ne verront jamais la rivière qui a été détournée.

Comment arriver à distinguer, parmi toutes les voix qui s'élèvent lorsqu'un projet est annoncé, la volonté de la majorité de la population ?

C'est Claude Béland [ancien président de Desjardins] qui disait que la société civile organisée n'est pas représentative de l'ensemble de la société. Cela signifie que certains groupes de pression ne représentent qu'eux-mêmes. C'est pourquoi la façon de faire traditionnelle du promoteur, qui consiste à attendre les commentaires sur son projet, est dépassée. La majorité silencieuse réussit rarement à se faire entendre dans ce processus souvent infiltré par des lobbys bien organisés. Le promoteur ne doit pas attendre passivement les commentaires et suggestions, mais aller au-devant de la majorité silencieuse pour solliciter son opinion.

Quel est la recette du succès pour "vendre" un projet à la population ?

Il faut lui donner une chance réelle d'influencer son projet. Et pour cela, il faut la faire participer assez tôt et ne pas arriver avec un projet tout ficelé. Mais le promoteur ne doit pas tomber dans l'excès contraire et présenter une page blanche à la population, sinon ça va aller dans toutes les directions. Le promoteur ne doit pas essayer de contrôler l'information; aujourd'hui, avec les moyens de communication, c'est impossible. Il est préférable de consacrer ses efforts à diffuser son message.

Avez vous un exemple du meilleur et du pire en matière d'acceptabilité sociale ?

Deux projets auxquels le Cirque du Soleil a participé : la Tohu et le Casino de Montréal. Le premier répondait très bien aux besoins de la communauté, alors qu'avec le Casino, les promoteurs ont commis l'erreur de croire qu'il suffisait d'associer le projet au Cirque du Soleil pour que la population l'"achète".

"La population n'accepte plus d'être tenue dans l'ignorance"

60 secondes avec...

Nom: Julie Caron-Malenfant

Âge: 32 ans

Fonction: Présidente

Entreprise: C3 Consensus

Après sa maîtrise en sciences poilitiques, elle a travaillé dans le développement local au Mexique. C'est là qu'elle a eu l'idée de devenir consultante en acceptabilité sociale.

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Les marchés sont-ils dangereusement chers?

23/08/2019 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. L’investisseur qui a un horizon de plusieurs années devant lui devrait continuer de favoriser les actions

Transat: «Je ne me sens pas mal à l'aise du tout», dit Jean-Marc Eustache

23/08/2019 | Siham Lebiad

Le MÉDAC a remis en question les motivations des dirigeants de Transat d'approuver la proposition d'achat d'Air Canada.

Les actionnaires de Transat A.T. disent «oui» à l'offre d'Air Canada

Mis à jour le 23/08/2019 | La Presse Canadienne

Les actionnaires de Transat ont accepté dans une proportion de 94,77% l'offre d'Air Canada.