Essayez et économisez !

Publié le 12/06/2010 à 00:00

Essayez et économisez !

Publié le 12/06/2010 à 00:00

Au magasin La Vie en Rose du boulevard Taschereau, à Longueuil, une montagne de bikinis s'accumule près des cabines d'essayage. Toutes les clientes essaient des hauts de bikini de style pigeonnant.

Le produit est nouveau, mais c'est surtout la promotion de type " essayez et économisez " qui crée cet engouement. Du 27 mai au 7 juin, les clientes obtenaient un rabais de 10 $, applicable sur un achat de 50 $ ou plus, lorsqu'elles essayaient le haut de bikini et en faisaient la preuve à une vendeuse.

" C'est une promotion qui nécessite une action de la part des clientes, ce qui rend le produit beaucoup plus " concret dans leur esprit qu'une simple campagne d'affichage ", explique Elyse Parent, vice-présidente, marketing, de La Vie en Rose.

Les résultats de cette campagne ne sont pas encore disponibles, mais la chaîne, qui compte 150 boutiques au Canada, a déjà connu beaucoup de succès dans des campagnes semblables, dit-elle.

Jordan Lebel, professeur de marketing à l'École de gestion John-Molson de l'Université Concordia, n'est pas surpris d'une telle promotion. " Les détaillants veulent à tout prix éviter de revivre l'été désastreux de 2009 ", commente-t-il.

Selon lui, la tactique peut s'avérer rentable, compte tenu du fait que les marges bénéficiaires brutes sont élevées dans ce secteur (de 80 à 90 %) et que les clients dépensent plus, au total, lorsqu'ils reçoivent un rabais.

À la une

Unifor fait état de 35 licenciements à Global News à travers le pays

Il y a 28 minutes | La Presse Canadienne

«Le nombre total de journalistes et de travailleurs des médias d’Unifor licenciés cette année s’élève à 197.»

La banque centrale évitera l’assouplissement quantitatif à moins d’un épisode majeur

Il y a 47 minutes | La Presse Canadienne

Le résumé des délibérations de la banque centrale sur la réduction de son taux directeur devrait être publié le 19 juin.

La francophonie, futur boom économique

«Il faut voir la francophonie comme une chose pour laquelle il faut passer à l’offensive.»