Buffett investirait-il dans Groupe MTY et Power Corp?

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Mai 2017

Buffett investirait-il dans Groupe MTY et Power Corp?

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Mai 2017

Par Yannick Clérouin et François Pouliot

Y a-t-il au Québec et au Canada des titres qui pourraient intéresser le jeune Warren Buffett? Abstraction faite du fameux critère de taille que lui impose maintenant l'importance de la capitalisation de Berkshire Hathaway.


Dans une série d'articles, nos chroniqueurs Yannick Clérouin et François Pouliot examinent quelques titres québécois et canadiens populaires chez les investisseurs.


Yannick et François sont des assidus de longue date de l'école Buffett. Dans le passé, ils ont à plusieurs reprises assisté à la grand-messe des actionnaires de Berkshire, à Omaha, histoire de parfaire leur compréhension des principes d'investissement qu'appliquent Buffett et son complice de toujours, Charlie Munger.


Groupe MTY (MTY, 47,42$)


Y.C. Bien qu’il aime manger au restaurant tous les jours, Warren Buffett ne se précipiterait pas pour investir dans un exploitant de restaurants. À moins que celui-ci n’ait une recette qui ait fait ses preuves. C’est le cas de Groupe MTY. L’entreprise bâtie par Stanley Ma depuis 1980 affiche une performance financière exceptionnelle depuis 15 ans. Même si elle oeuvre dans un domaine aussi concurrentiel que la restauration, la société dégage un rendement du capital nettement plus élevé que ce qu’il lui en coûte. M. Ma serait le genre de gestionnaire que l’oracle d’Omaha aimerait avoir dans son équipe. Il perdrait toutefois appétit en raison de l’évaluation actuelle du titre. Il attendrait une meilleure occasion avant d’en prendre une bouchée.


F.P. Intéressante situation ici. MTY a réussi tout un exploit au Canada en consolidant le marché des aires alimentaires des centres commerciaux. Le franchiseur contrôle la majorité des enseignes de bien des endroits (Madisons, Mr Sub, Sushi Shop, Valentine, Tiki Ming, Vieux Duluth, Thai Express, etc.). Il a récemment fait l'acquisition de Kahala aux États-Unis (TacoTime, Cold Stone), et veut en faire sa plateforme de croissance chez l'Oncle Sam. Près de 35% des revenus du groupe proviennent de bannières de crème glacée, un secteur que connaît bien Buffett, Berkshire contrôlant 100% de Dairy Queen. On ne sait cependant trop s'il s'intéresse encore au secteur de la restauration. Il a financé 3G Capital lors de son opération de fusion de Burger King et Tim Hortons, mais il a aussi vendu, il y a plusieurs années, sa participation dans McDonald's. Il est assez rare que Buffett vende. L'impression est qu'il passerait son tour. Le marché américain est différent du marché canadien et la relève de Stanley Ma, le grand patron de MTY, n'est pas claire.


Cours actuel: 47,42$
Cours cible moyen: 51,90$
Surperformance: 2
Conserver: 3


Source: Thomson Reuters
En date du 25 avril.


 


Power Corp. (POW, 31,92$)


Y.C. Le conglomérat financier montréalais a plusieurs similitudes avec l’entreprise de M. Buffett. Les deux tirent la majeure partie de leurs revenus de leurs activités d’assurance et possèdent des participations dans d’autres sociétés inscrites en Bourse. M. Buffett investirait dans Power Corp s’il jugeait que l’entreprise dirigée par la famille Desmarais représente un meilleur investissement que Berkshire Hathaway. Or, ce n’est pas le cas. M. Buffett préfèrerait racheter de ses propres actions plutôt que d’investir dans une entreprise comparable qu’il ne contrôle pas.


F.P. Autre société embêtante. Power, c'est en bonne partie la Great-West, un assureur vie, et IGM, un gestionnaire de fonds communs de placement (Investors, Mackenzie). Buffett aime le secteur de l'assurance. C'est même l'assise de Berkshire, avec notamment le réassureur General Re et l'assureur dommages GEICO. Il table sur les rendements qu'il peut générer à partir des primes reçues (du capital à très faible coût si la politique de prix des polices est bien arrimée). Serait-il intéressé aux opérations de Power? Après avoir fait flèche de tout bois, depuis quelques années, la société a des résultats plus ou moins convaincants. Le secteur de l'assurance est très complexe, et, pour être tout à fait transparent, on a personnellement de la difficulté à le comprendre et encore plus à le prévoir. Quelque chose nous dit qu'il aurait des doutes sur la force des opérations de certaines divisions et regarderait probablement ailleurs s'il n'y a pas plus optimal.


Cours actuel: 31,92$
Cours cible moyen: 34,15$
Surperformance: 2
Conserver: 5


Source: Thomson Reuters
En date du 25 avril


À lire:
Buffett investirait-il dans :


Air Canada, le CN et le CP


CGI et Couche-Tard


Dollarama et Lassonde


Quincaillerie Richelieu et Saputo


Stella-Jones et WSP

À suivre dans cette section


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La Défense n'est pas un secteur défensif

Édition du 02 Juin 2018 | François Pouliot

Le secteur de la défense pourrait-il être un secteur défensif en cas de correction ? Mieux vaut ne pas trop miser ...

À surveiller: Facebook, La Baie et BRP

20/03/2018 | Stéphane Rolland

Que faire avec les titres de Facebook, La Baie et BRP? Voici quelques recommandations d’analystes.

À la une

Quel est VOTRE meilleur truc pour être efficace et heureux au travail?

Il y a 19 minutes | Olivier Schmouker

BLOGUE. Confiez-le moi, et celui-ci figurera peut-être bien dans un grand article du journal Les Affaires...

Hydro-Québec réclame des tarifs «dissuasifs» pour la crypto

17/06/2018 | François Remy

BLOGUE. L'énergéticien demande de tripler le prix du kilowattheure pour décourager l’industrie blockchain.

Gestion de l’offre: ce que Trump et cies ne vous disent pas

16/06/2018 | François Normand

ANALYSE GÉOPOLITIQUE - Un débat d’idées est le bienvenu, mais encore faut-il considérer tous les éléments. Les voici.