Buffett investirait-il dans Quincaillerie Richelieu et Saputo?

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Mai 2017

Buffett investirait-il dans Quincaillerie Richelieu et Saputo?

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Mai 2017

Par Yannick Clérouin et François Pouliot

Y a-t-il au Québec et au Canada des titres qui pourraient intéresser le jeune Warren Buffett? Abstraction faîte du fameux critère de taille que lui impose maintenant l'importance de la capitalisation de Berkshire Hathaway.


Dans une série d'articles, nos chroniqueurs Yannick Clérouin et François Pouliot examinent quelques titres québécois et canadiens populaires chez les investisseurs.


Yannick et François sont des assidus de longue date de l'école Buffett. Dans le passé, ils ont à plusieurs reprises assisté à la grand-messe des actionnaires de Berkshire, à Omaha, histoire de parfaire leur compréhension des principes d'investissement qu'appliquent Buffett et son complice de toujours, Charlie Munger.


Quincaillerie Richelieu (RCH, 30,51$)


Y.C. Le distributeur de quelque 110 000 produits de quincaillerie spécialisée tomberait certainement dans l’oeil de M. Buffett. L’investisseur accorde une grande importance à la qualité des dirigeants et Richelieu est gérée de main de maître par Richard Lord depuis 1988. Le distributeur montréalais possède un avantage concurrentiel important dans son créneau, grâce à la diversité de son offre et à ses relations privilégiées avec une multitude de fournisseurs. Cela se reflète dans le rendement élevé qu’il tire de son capital. M. Buffett aimerait aussi l’attitude pro-actionnaire de l’entreprise, qui utilise ses liquidités excédentaires pour racheter de ses actions à des moments opportuns (elle en a racheté plus de 7% depuis la fin de son exercice 2012). Le bilan sans faille lui plairait aussi, tout comme son potentiel de croissance. Il attendrait toutefois une meilleure occasion pour acheter, car le titre se négocie à 24 fois le bénéfice prévu pour 2017.


F.P. En 20 ans, le titre a fait 20 fois sa mise. Il ne faut pas se laisser confondre par son nom. La société ne vend pas directement au consommateur, mais plutôt à ceux qui lui vendent, les autres quincailliers (Rona, Lowe's, Home Depot, etc.). C'est en fait un distributeur. Comme en font foi les résultats, sa direction est de première classe. Toujours à la recherche de nouveaux produits à offrir, elle est aussi sur le sentier des acquisitions aux États-Unis pour acheter d'autres distributeurs, qui pourront à leur tour offrir son catalogue de produits. De souvenir, Buffett n'est pas vraiment présent dans le secteur de la distribution. Notre compréhension du modèle d'affaires de Richelieu et de la concurrence dans son secteur n'est pas assez exhaustive pour que l'on puisse trancher sur l'intérêt que l'Oracle pourrait y porter. Mais la croissance affichée ces dernières années, le fait qu'elle génère de bons flux de trésorerie, et celui qu'elle n'a pas de dette, attireraient peut-être son attention.


Cours actuel: 30,51$
Cours cible moyen: 31,50$
Surperformance: 1
Conserver: 1


Source: Thomson Reuters
En date du 25 avril


 


Saputo (SAP, 45,15$)


Y.C. Warren Buffett n’a pas caché son grand appétit pour les multinationales alimentaires ces dernières années. Il s'est allié avec le fonds d’investissement privé 3G Capital pour avaler Heinz en 2013, puis Kraft en 2015. En février dernier, Kraft Heinz, dont M. Buffett est le principal actionnaire à hauteur de 27%, a tenté de mettre la main sur Unilever. Avec son rôle de consolidateur de l’industrie des produits laitiers, Saputo séduirait probablement M. Buffett. Pas pour privatiser l’entreprise comme il l’a fait avec Kraft et Heinz, mais plutôt comme placement minoritaire. La rentabilité élevée et les abondantes liquidités que dégage Saputo séduiraient l’intéresseraient. Son solide bilan aussi. Le patron de Berkshire Hathaway n’est toutefois pas du genre à payer ses titres trop cher. Or, à 21 fois le bénéfice prévu pour l’exercice 2018, Saputo ne serait pas l’aubaine qu’il rechercherait.


F.P. La société devrait l'intéresser. La croissance fournit par Saputo depuis 20 ans est impressionnante (elle a fait 20 fois sa mise). Bien que la loi des grands nombres empêche la performance de se répéter, le marché mondial demeure encore assez largement ouvert. L'équipe de direction est solide, ultra compétente même, et a fait la preuve de sa capacité à déployer l'entreprise à l'international. À 24 fois le bénéfice anticipé pour 2017, le titre est cependant un peu cher. Il l'a en fait toujours été. Buffett est conscient qu'il vaut parfois la peine de payer un bon prix pour une bonne société, mais on est probablement actuellement un peu en avant de ce qu'il serait prêt à payer. Il achèterait probablement davantage à la faveur d'une faiblesse de marché ou d'un rare faux pas.


Cours actuel: 45,15$
Cours cible moyen: 48,45$
Surperformance: 2
Conserver: 6
Sous-performance: 1


Source: Thomson Reuters
En date du 25 avril


À lire:
Buffett investirait-il dans :


Air Canada, le CN et le CP


CGI et Couche-Tard


Dollarama et Lassonde


Groupe MTY et Power Corp


Stella-Jones et WSP


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Où investir en 2019: le secteur industriel dans le brouillard

Édition du 12 Janvier 2019 | Dominique Beauchamp

La possibilité d'un ralentissement économique embrouille la sélection de titres dans le secteur industriel pour 2019.

Une Bourse en sursis?

Édition du 12 Janvier 2019 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les commentateurs les plus cyniques diront « jamais aura-t-on vu tant de prédictions de récession, ...

À la une

CGI, l'effet du «shutdown» américain dans la mire

Washington représente 12,7% des revenus de CGI, mais la majorité des contrats sont de nature essentielle.

Le «shutdown» pèse sur l'économie américaine

11:36 | AFP

Aucune solution immédiate n’apparaît pour mettre un terme à la fermeture partielle des administrations.

Pourquoi je suis pour le projet Royalmount

BLOGUE INVITÉ. J'ai rarement entendu des journalistes être aussi peu impartiaux qu’en commentant le projet Royalmount.