Francine Brûlé: acheter une entreprise au lieu de se retirer

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

Francine Brûlé: acheter une entreprise au lieu de se retirer

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

Francine Brûlé, lauréate - Entrepreneure, grande entreprise

En 2008, à 53 ans, Francine Brûlé jongle avec l’idée de prendre sa retraite. Entrepreneure en mode depuis 30 ans, elle considère avoir fait le tour du milieu. « Le cœur n’y était plus alors que, pour travailler, j’ai besoin d’être passionnée et d’avoir du plaisir », raconte-t-elle. Mais quand elle apprend qu’un restaurant réputé d’Outremont ferme ses portes, elle a un déclic. Elle rachète le fonds de commerce et se lance dans la restauration. C’est le début de l’aventure des Enfants Terribles.


Cliquez ici pour consulter le dossier Prix Femmes d'affaires du Québec 


Aujourd’hui, Francine Brûlé possède deux restaurants qui emploient quelque 135 personnes et dont les revenus dépassent 5 millions de dollars. Et elle caresse des projets d’expansion.


Pourtant, les débuts ont été durs. Très durs. Néophyte en restauration, la femme d’affaires avait alors tout à apprendre. « On a ouvert un lundi soir d’avril pluvieux, se remémore-t-elle. On pensait qu’il n’y aurait presque personne. Il y avait une file d’attente. On n’était pas prêts, tout allait de travers. Les gens ont attendu leurs assiettes deux à trois heures. Et ça a été ainsi tout l’été. Je travaillais 18 heures par jour. Sous la pression, le chef a accroché son tablier en plein service. L’enfer. J’en ai pleuré un coup. »


Jamais, toutefois, Francine Brûlé n’a songé à tout lâcher. « Je suis une battante ! » À l’automne, les choses se sont placées et le restaurant a connu un vif succès. « Je souhaitais que les clients se retrouvent dans une ambiance conviviale, comme à la maison : familles, personnes seules, groupes, toutes générations confondues. »


Au menu, des plats familiaux révisés, comme le pâté chinois à la joue de bœuf braisée. Chaises d’écoliers, murs en bois de grange, cuisine ouverte, photos d’enfants en noir et blanc, le design, imaginé par Alexandre Brûlé-Brosseau, l’un des trois fils de la propriétaire, évoque l’idée que tout le monde a en lui un enfant terrible.


Des projets sur le feu


Désormais restauratrice aguerrie, Francine Brûlé a ouvert en 2013 un deuxième restaurant Les Enfants Terribles, à L’Île-des-Sœurs. Elle prévoit aussi en ouvrir un à Laval en 2016. L’emplacement est déjà ciblé. Mais entre-temps, un troisième de la marque verra le jour dans les premiers mois de 2016, au centre-ville de Montréal. Cette fois-ci toutefois, il s’agira d’une première franchise. Pour franchiser son concept, la femme d’affaires a retenu les services de consultants spécialisés dans le domaine.


« Ce qu’il y a de bien avec le franchisage, c’est qu’il y a aussi des bénéfices pour mes deux restaurants existants et pour la future adresse de Laval. Cela me force à mieux structurer, à standardiser les recettes, à tout documenter. »


Cliquez ici pour consulter le dossier Prix Femmes d'affaires du Québec 



image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les femmes prennent leur place

Édition du 16 Juin 2018 | Jean-François Venne

« L'année 2017 marquait les dix ans du réseau Blakes au féminin, qui accompagne les femmes dans la progression et ...

Femmes Leaders : faites de vos évaluations un outil stratégique

BLOGUE. Les organisations et entreprises qui excellent à la fois en gestion d’équipes et de talents, ainsi ...

À la une

Et si Trump était réélu en 2020?

23/06/2018 | François Normand

ANALYSE - On sous-estime les appuis du président et on surestime la capacité des démocrates de rebondir.

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...