Soprema: Drummondville défriche la Chine


Édition du 22 Novembre 2014

Soprema: Drummondville défriche la Chine


Édition du 22 Novembre 2014

Par Suzanne Dansereau

Soprema a installé des membranes autour du stade olympique de Pékin en 2008. (Photo: Bloomberg)

L’entreprise de revêtements et d’étanchéité Soprema Amérique du Nord vient de faire le grand saut en Chine: elle bâtira une usine à 150 kilomètres de Shanghai.


Ce projet de 60 M$ permettra à l’entreprise établie à Drummondville de mieux desservir sa clientèle chinoise et d’accroître la pénétration de ce gigantesque marché, qu’elle a su apprivoiser grâce au succès obtenu aux Jeux olympiques de Pékin, en 2008.


«On avait alors eu le contrat de produire et d’installer des membranes d’étanchéité autour du stade olympique pour étanchéifier l’immense jardin recouvrant un stationnement souterrain, raconte Richard Voyer, vice-président de Soprema. Notre produit a fait ses preuves, et cela nous a donné un bon positionnement qui a fait rayonner l’entreprise»


L’usine chinoise ne comptera que trois unités de production, tandis que celle de Drummondville en dénombre sept. Mais elle permettra de réduire les coûts de production, et d’offrir ainsi un prix concurrentiel au marché de masse chinois.


Tandis que le contrat pour les JO représentait un produit de niche, Soprema veut maintenant offrir des produits pour toutes sortes de clients de l’Empire du milieu: écoles, hôpitaux, routes, ponts, etc.


Cette stratégie n’aurait pu être déployée en augmentant sa capacité de production à Drummondville, fait valoir M. Voyer. Son usine québécoise fonctionne à pleine capacité pour le marché nord-américain et produire ici n’aurait pas été concurrentiel sur le marché chinois, a-t-il expliqué. Il calcule néanmoins que cette expansion en Chine créera 15 postes au Québec.


En 2015, le volume des ventes devrait s’élever à 15 M$. Son plan d’affaires prévoit des revenus annuels de 200 M$ d’ici cinq ans. 


Autres ententes


 


Lisez les autres reportages de notre journaliste.


Que vont chercher C2 Montréal, les Cris et Olymel en Chine?



Enerkem : les dessous d'une percée en Chine



Installer un orgue en Chine, pas une sinécure pour Casavant Frères


Avenir de Nunavik Nickel: Couillard va aux nouvelles


Comment une PME montréalaise a conquis 250 millions de Chinois



image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

À la une

L'expérience client décortiquée

Il y a 19 minutes | Martin Jolicoeur

On en parle beaucoup. Mais que font Lolë, Aldo et Groupe Germain au juste pour nourrir l'expérience de leurs clients?

La chaîne de boutiques Dans un Jardin cesse ses opérations et déclare faillite

Il y a 1 minutes | La Presse Canadienne

La direction évoque des difficultés financières insurmontables.

Test du Huawei Mate20 Pro : le téléphone intelligent le plus puissant de 2018

19/11/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. Ce téléphone chinois rendra jaloux tous les autres. Mais il traîne la lourde réputation de son fabricant...