Installer un orgue en Chine, pas une sinécure pour Casavant Frères


Édition du 22 Novembre 2014

Installer un orgue en Chine, pas une sinécure pour Casavant Frères


Édition du 22 Novembre 2014

Par Suzanne Dansereau

À Noël, les catholiques de Beijing étrenneront un cadeau qui vient directement du Québec: un orgue de Casavant Frères, que l’on est présentement en train d’installer à l’Église Xishiku au nord du square Tian' anmen.


À lire aussi :


Que vont chercher C2 Montréal, les Cris et Olymel en Chine?


Enerkem : les dessous d'une percée en Chine


Avenir de Nunavik Nickel: Couillard va aux nouvelles


Comment une PME montréalaise a conquis 250 millions de Chinois


Soprema: Drummondville défriche la Chine


Cette installation n’est cependant pas une sinécure, racontent Fabien Tremblay et Serge Leclerc, qui y travaillent depuis déjà plusieurs semaines.


Le bijou de 1,3 millions de dollars est arrivé de Sainte-Hyacinthe en pièces détachées à bord de deux conteneurs. «Quand on est allés le chercher, il n’avait pas été dédouané», se souvient Fabien Tremblay. Premier pépin. «Quand tu essaies de régler un problème, tu t’adresses à une personne en espérant qu’elle puisse t’aider, mais elle est imputable à un autre, qui est imputable à un autre et ainsi de suite. La chaîne hiérarchique est souvent longue.»


Ensuite, à cause des fils électriques trop bas dans le quartier où est situé l’église, il a fallu transporter les pièces à bord de quinze camions, et la distance, qui ne devait être que de 15 kilomètres, s’est avérée de 50 kilomètres: un trajet de deux heures et demi dans les bouchons de Beijing.


Sur place, tout devait avoir été préparé d’avance. Or, rien n’avait été fait.


«On s’est dit: cela va prendre une semaine pour déballer tout cela, mais 20 Chinois sont apparus et cela n’a pris que deux jours», raconte Serge Leclerc.


Et c’est cela, la Chine: «un moment tout est coincé, rien ne bouge et on ne comprend pas pourquoi. Puis, tout d’un coup, cela débloque et tout fonctionne, sans qu’on sache pourquoi non plus. Il faut savoir composer avec les zones grises», poursuit-il.


Parlant de zones grises, ce qui inquiète le plus ces Québécois qui travaillent en Chine pendant plusieurs semaines sur ce genre de projet – ils ont fait d’autres livraisons d’orgues – c’est le smog.


«Les alertes oranges, cela me fait réfléchir à ma santé. Il y a du plomb dans ce smog. Les Chinois sont en train de s’empoisonner à petit feu», s’exclame M. Tremblay.


Casavant Frères exporte ses orgues partout dans le monde. C’est en 2005 que l’entreprise de Saint-Hyacinthe a entamé ses démarches en Asie. Depuis, elle a installé des orgues dans des salles de concert ou dans des églises à quatre endroits: Macau, Hefei (Chine continentale), Ordos ( Mongolie intérieure) et Beijing. La prochaine destination est Séoul, en Corée du Sud.


Notre journaliste Suzanne Dansereau se trouve en Chine, où elle couvre la mission commerciale initiée par le gouvernement du Québec.



Lisez les autres reportages de notre journaliste.


Que vont chercher C2 Montréal, les Cris et Olymel en Chine?


Enerkem : les dessous d'une percée en Chine


Avenir de Nunavik Nickel: Couillard va aux nouvelles


Comment une PME montréalaise a conquis 250 millions de Chinois


Soprema: Drummondville défriche la Chine


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Les Affaires anime et diffuse le débat sur les enjeux environnementaux montréalais

Le débat pré-électoral sur les enjeux environnementaux sera diffusé en direct sur LesAffaires.com dès 19h30.

Nos déchets, ce nouvel or brun

Édition du 28 Juillet 2018 | Alain McKenna

L’économie de marché ­peut-elle sauver la planète?  ­Oui, répond d’emblée l’Alliance canadienne pour l’innovation.

«Le véritable enjeu de la SAQ»... de 2005 à aujourd'hui

#90ansenaffaires | On parle beaucoup de la Société des alcools du Québec (SAQ) du Québec ces derniers jours...