Comment relancer Les PAPEs au Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Novembre 2014

Comment relancer Les PAPEs au Québec

Offert par Les Affaires


Édition du 01 Novembre 2014

Par François Normand

Depuis 2007, les premiers appels publics à l'épargne d'entreprises québécoises à la Bourse de Toronto se comptent sur les doigts d'une seule main, alors qu'ils sont beaucoup plus nombreux en Ontario et dans l'Ouest canadien. Même si le Québec regorge de sources de financement, les marchés boursiers restent un outil indispensable pour développer les entreprises et l'économie québécoise, disent plusieurs sources de l'industrie. Comment ramener les entreprises d'ici sur le chemin de la Bourse ? Les solutions sont multiples, mais elles sont loin de garantir le succès.


C'est la disette. Cette année, une seule entreprise québécoise s'est inscrite à la Bourse de Toronto (TSX), soit le fabricant d'éclairage architectural DEL Lumenpulse (T.LMP), le 15 avril. Et depuis 2007, le Québec est pratiquement absent du marché des premiers appels publics à l'épargne (PAPEs) au TSX, à l'exception de rares cas comme celui du détaillant Dollarama, en octobre 2009, et du constructeur de véhicules récréatifs BRP, en mai 2013.


Cette situation prive non seulement nos entrepreneurs d'une source de financement et de croissance, mais elle mine aussi la place financière montréalaise.


« L'expertise dans les émissions publiques est en train de s'étioler à Montréal », affirme Michel Magnan, professeur spécialisé en finance et en gouvernance à l'Université Concordia. Ce dernier a copublié en septembre une étude pour le CIRANO (« Le premier appel public à l'épargne et les sociétés québécoises : état de la situation »), qui dresse un constat alarmant sur les causes et les conséquences du déclin des PAPEs sur l'industrie québécoise des valeurs mobilières, concentrée à Montréal.


La situation est à ce point préoccupante que l'Ordre des comptables agréés du Québec vient de créer un groupe de travail pour tenter de trouver une solution à cette problématique. (À l'instar des avocats et des courtiers, les comptables participent aux PAPEs et aux émissions secondaires des sociétés.) Le groupe analysera l'efficacité de l'écosystème financier québécois.


Le coprésident de ce groupe, Claude Désy, comptable agréé et avocat et associé du cabinet McMillan, estime que le Québec est une société distincte également au chapitre financier. « Notre écosystème nous referme sur nous-mêmes, ce n'est peut-être pas une bonne chose. Quand une entreprise est inscrite en Bourse, elle est plus ouverte sur le monde. »


À suivre dans cette section


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Ce chasseur d'aubaines s'en donne à coeur joie pendant la correction

La chute de 11% du S&P/TSX a multiplié les occasions d'achat pour ce gestionnaire de Montréal.

À surveiller: Couche-Tard, Dollarama, Bombardier

Que faire avec les titres de d’Alimentation Couche-Tard, Dollarama et Bombardier?

À la une

Investissement Québec doit prendre plus de risques, dit Fitzgibbon

19/02/2019 | François Normand

«Il y a une carence dans la chaîne de capitaux avec le capital de démarrage», affirme le ministre de l'Économie.

Ce qu'il faut retenir de la performance de Walmart Canada

La hausse de 1,1% des ventes comparables au 4e trimestre est bien pâle par rapport au bond de 4,2% aux États-Unis.

Walmart surprend au quatrième trimestre, l'action bondit

19/02/2019 | AFP

Walmart a annoncé mardi des résultats trimestriels meilleurs que prévu, et le titre grimpait de près de 4% à New York.