1000 pharmaciens recherchés

Publié le 17/11/2012 à 00:00

1000 pharmaciens recherchés

Publié le 17/11/2012 à 00:00

Par Les Affaires

Pénurie de pharmaciens, salaires en forte augmentation, rareté des assistants techniques en pharmacie, formation non adéquate… Recruter du personnel représente un véritable casse-tête pour les pharmaciens propriétaires.


« On aurait besoin de 1000 pharmaciens », estime la présidente de l’Ordre des pharmaciens, Diane Lamarre. Au lieu de cela, 385 diplômés sortent chaque année de l’Université Laval et de l’Université de Montréal, les deux établissements qui forment des pharmaciens au Québec.


En comptabilisant ceux qui sont réellement disponibles et les départs à la retraite, ce sont seulement 244 pharmaciens qui sont arrivés sur le marché du travail en 2011. Or, « il faudrait de 400 à 500 diplômés par an pour combler les besoins », s’alarme Albert Falardeau, pharmacien propriétaire et président de Familiprix.


Pourtant, les deux cohortes d’étudiants en pharmacie ont été augmentées au cours des cinq dernières années. L’Université Laval compte 180 étudiants contre 100 auparavant et l’Université de Montréal 205 contre 130.


Mais ce n’est pas suffisant. «La situation est moins critique qu’il y a quelques années grâce à la hausse du nombre d’étudiants, reconnaît la présidente de l’Ordre, mais comme il existe de nouveaux créneaux, la demande va croître.»


Les besoins vont grandir en raison de la Loi 41, qui amènera les pharmaciens à jouer un plus grand rôle dans les soins de première ligne. La volonté du gouvernement de multiplier le nombre de Groupes de médecins de famille (GMF) auxquels devraient se joindre des pharmaciens va également contribuer à accentuer la demande.


Or, il manque déjà de 400 à 500 pharmaciens aujourd’hui dans le secteur hospitalier, selon l’Ordre, et les pharmacies qui ont pignon sur rue n’en ont pas assez non plus. À tel point qu’elles doivent avoir recours à des pharmaciens remplaçants, dont les salaires ont fortement augmenté ces dernières années.


Recourir aux pharmaciens étrangers


«Le défi principal des pharmaciens propriétaires, c’est la gestion des ressources humaines », affirme Vincent Forcier, directeur aux affaires publiques de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP).


Pourtant, il n’est pas prévu d’accroître le nombre d’étudiants, les deux universités travaillant déjà au maximum de leur capacité et les terrains de stage étant saturés.


Pour combler les trous, « on a recours aux candidats étrangers », indique Diane Lamarre. Un accord de reconnaissance mutuelle des qualifications avec la France, qui permet aux pharmaciens français d’accéder plus facilement à la pratique au Québec (examen et stage de quatre mois,) commence à porter ses fruits : 11 d’entre eux ont obtenu le droit de pratiquer en 2012.


Par ailleurs, les premiers diplômés d’une toute nouvelle cohorte composée uniquement de pharmaciens étrangers (une trentaine) sortiront de l’Université de Montréal, en décembre, après 16 mois d’études.


«On pense que ces mesures permettront d’amener de nouveaux pharmaciens qualifiés sur le marché québécois », assure Diane Lamarre.


Des assistants techniques plus qualifiés


Quant aux assistants techniques en pharmacie (ATP), beaucoup sont recrutés sans qualification et formés par les pharmacies. Plusieurs bannières ont d’ailleurs établi un programme de formation adapté à leurs besoins.


En raison de l’application de la Loi 41, plusieurs tâches seront déléguées dans les prochains mois aux ATP. On s’attend donc à une pression supplémentaire sur le recrutement de ces employés.


Il existe bien, depuis 2005, un DEP qui diplôme des assistants dans plusieurs régions du Québec. Mais « il n’y a pas suffisamment de diplômés », regrette Diane Lamarre.


En outre, le niveau de formation n’est pas assez élevé. « La formation au niveau secondaire n’est pas très poussée. On essaie de développer des formations au niveau collégial», indique Vincent Forcier.


Avec le changement de gouvernement, les travaux sont au ralenti, mais ils devraient reprendre prochainement. Et le temps presse.

À suivre dans cette section

Le Québec en bref
Édition du 22 Juillet 2017 | Les Affaires

image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 19 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Résidences pour aînés

Jeudi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 26 septembre


image

Contrats publics

Mercredi 11 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Croissance PME

Mercredi 25 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre


image

Sommet Marketing B2B

Mardi 21 novembre


image

Acceptabilité sociale

Mercredi 29 novembre


image

Communication interne

Mardi 05 décembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 06 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Big Brother est québécois

Dans le 1984 d’Orwell, Big Brother est fictif. En 2017, c’est une technologie québécoise bien réelle.

Le dollar canadien a monté vite, peut-être trop vite

Le huard se hisse à 80 cents US, mais plusieurs observateurs croient que l'ascension a été trop rapide.

Les pièges à aubaine font mal!

BLOGUE INVITÉ. Dure journée pour certains investisseurs dans la vente au détail. Attention aux mirages d'aubaine!