Laboratoire et boutique, deux réalités

Publié le 17/11/2012 à 00:00, mis à jour le 15/11/2012 à 10:48

Laboratoire et boutique, deux réalités

Publié le 17/11/2012 à 00:00, mis à jour le 15/11/2012 à 10:48

Les pharmaciens propriétaires québécois sont non seulement à la tête d'une officine, mais aussi d'une boutique qui propose des produits d'hygiène, cosmétiques et même alimentaires. Ce modèle anglo-saxon a été instauré au Québec par la chaîne Jean Coutu dans les années 1970.


Une réalité que les pharmaciens propriétaires gèrent comme ils le peuvent, puisque la gestion d'un commerce ne fait pas partie de leurs programmes d'études. La plupart ont recours aux conseils de leur enseigne pour s'approvisionner et embauchent des gérants pour s'en occuper.


Le rendement de la partie boutique ne représentait que 26 % du chiffre d'affaires d'une pharmacie en 2011, selon une étude de l'AQPP. Un chiffre qui s'explique notamment par le fait que «la marge sur les produits de consommation courante est moindre que celle des produits pharmaceutiques», indique JoAnne Labrecque, professeure agrégée en commerce de détail à HEC Montréal.


En offrir plus


Le modèle génère de l'achalandage et fidélise la clientèle. «De plus en plus, il faut attirer les clients avec d'autres produits que les médicaments, sinon on risque de se faire engloutir par les Jean Coutu et les Walmart !», clame Maxim Charland, pharmacien propriétaire de trois succursales Familiprix.


Dans certains pays, un zonage permet d'éviter que plusieurs pharmacies ne se fassent concurrence sur un même périmètre. Pas au Québec, où deux pharmacies peuvent s'installer l'une en face de l'autre. «Alors, pour attirer la clientèle, il faut offrir des services», explique François J. Coutu, président et chef de la direction de la chaîne Jean Coutu.


Pharmaprix, par exemple, multiplie les produits exclusifs. «On veut devenir une destination», explique Denis Roy, directeur principal des affaires professionnelles de la chaîne.


Ce modèle plaît. La proportion de la partie boutique dans le chiffre d'affaires a augmenté de 6,2 points entre 2003 et 2011, selon l'AQPP. La tendance est à la diversification de l'offre. «La proportion des produits alimentaires a augmenté, on vend aussi parfois des vêtements», constate Mme Labrecque. Mais attention aux contradictions. Il faut offrir des produits complémentaires à ceux de l'officine. Car le devoir du pharmacien reste de veiller à la protection du public.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: