Les chaînes et enseignes dominent le marché

Publié le 17/11/2012 à 00:00

Les chaînes et enseignes dominent le marché

Publié le 17/11/2012 à 00:00

Maxim Charland est l'un des 26 pharmaciens indépendants au Québec, sur un total de 1 900 pharmaciens propriétaires. Il ne s'est jamais posé la question de savoir s'il allait ouvrir une pharmacie sans le soutien d'une enseigne. «Être indépendant aujourd'hui représente un très gros risque», affirme le jeune homme, propriétaire de trois pharmacies Familiprix.


L'achat d'une pharmacie existante coûte en moyenne de 4 à 5 millions de dollars, tandis qu'il faut débourser entre 1 et 1,5 M$ pour ouvrir une nouvelle pharmacie.


La chaîne l'a aidé à faire les études de marché, à composer son stock, etc. «Un conseiller me rend visite tous les mois. Je peux lui demander de l'aide en marketing ou encore pour la gestion de la boutique», dit-il.


«Les indépendants peuvent encore tirer leur épingle du jeu, mais c'est difficile pour de jeunes pharmaciens, tant les frais de financement pour l'achat d'une pharmacie sont élevés. Seuls, ils ne pourront pas encaisser les coups durs», affirme Daniel Larouche, président de Larouche Consultant et conseiller de l'AQPP.


De l'aide pour la gestion commerciale


Les chaînes et enseignes épaulent leurs pharmaciens dans la gestion commerciale mais aussi sur le plan de la pratique, mais aussi au niveau financier, par exemple pour les aider à investir dans leur commerce.


Ceci explique en grande partie qu'aujourd'hui, le marché est occupé à 60 % par des chaînes et enseignes, comparativement à 20 % par les indépendants et 20 % par les pharmacies installées dans des magasins à grande surface, selon l'Association québécoise des pharmaciens propriétaires.


Ce modèle commercial permet aux pharmaciens de réaliser d'importantes économies d'échelle en centralisant services et commandes de médicaments. Certaines, comme Familiprix, possèdent également un grossiste en produits pharmaceutiques. Jean Coutu est propriétaire d'un fabricant de médicaments génériques, Pro Doc.


Les indépendants voient souvent leur salut dans la spécialisation. Certains se postent à proximité d'un CHSLD ou d'une clinique. D'autres se concentrent sur des traitements contre le VIH ou les cancers. «La spécialisation est un phénomène en émergence», constate Daniel Larouche. Objectif : trouver sa niche pour assurer sa survie dans un marché dominé par des géants économiques.


21 Nombre moyen d'employés par pharmacie. | Source : AQPP

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

10 choses à savoir mercredi

16/05/2018 | Alain McKenna

Votre hypothèque va coûter plus cher, comment Familiprix vous fera oublier Google. Une carte de crédit signée IKEA!

Les défis du marketing numérique

Édition du 28 Janvier 2017 | Simon Lord

Impossible de passer à côté, le marketing numérique est aujourd'hui essentiel pour rejoindre le consommateur. ...

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: